du 06 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Selon un un rapport d'expert révélé par Politis, l'opérateur aurait une forte propension au licenciement pour « faute grave » dans son centre d'appel de Colombes, filiale d'Iliad. Soit 266 sur les 315 licenciements comptés entre juin 2014 et septembre 2017.

L'abandon de poste serait la cause première de ces séparations ou des absences injustifiées au fil du temps… ce qui ne cadre pas avec les critères d'une faute grave, selon le magazine .

Sur la période, les effectifs ont fondu de 60 %, selon l'étude commandée par le comité d'entreprise de Mobipel. Politis évoque aussi  84 contentieux devant les Prud'hommes entre 2014 et 2016.

Selon l'expertise, cette situation découle d'une stratégie assumée de réduction d'effectifs, soit par les départs, soit par la réaffectation des employés dans le groupe. Les problèmes de Mobipel sont connus depuis deux ans, grâce à plusieurs enquêtes de Cash Investigation, de Mediapart et de Politis.

Free accusé de « licenciements disciplinaires massifs » chez Mobipel
chargement Chargement des commentaires...