du 09 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Selon Epic Games, le jeu proposera les mêmes fonctionnalités que sur PS4, Xbox One, PC et Mac : « même gameplay, même carte, même contenu, mêmes mises à jour hebdomadaire ».

En partenariat avec Sony, il sera même possible de profiter d'un cross play et progression sur PS4, PC, Mac et iOS, et « éventuellement » sur Android.

Dès lundi, vous pourrez vous inscrire sur Fortnite.com pour demander une invitation. Si vous êtes sélectionné, vous aurez accès au téléchargement du jeu et recevrez des codes d'invitation à distribuer.

Pour en profiter, il faudra disposer d'un iPhone 6S, iPhone SE, iPad Mini 4, iPad Pro, iPad Air 2 ou iPad 2017. L'application pour Android « arrivera dans les prochains mois » précise le studio.

Fortnite Battle Royale débarque sur iOS, Android plus tard
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le gestionnaire de projets Trello s'était fait manger par Atlassian pour 425 millions de dollars en janvier 2017. Il passe aujourd'hui à l'offensive en rachetant Butler et son outil d'automatisation pour Trello.

L'éditeur explique sur son site qu'il permet de mettre en place des règles, des commandes planifiées, des boutons personnalisés, etc. De son côté, Trello affirme qu'avec l’acquisition de Butler, il « sera le seul outil de ce type à disposer de capacités d’automatisation natives ».

Le montant de la transaction n'est pas précisé.

Copié dans le presse-papier !

Partie de la Terre en septembre 2016, la sonde se trouve désormais à moins de 20 km de son objectif. Durant la phase d'approche, les instruments scientifiques étaient braqués sur l'astéroïde pour commencer les mesures.

Les analystes ont révélé « la présence de molécules contenant des atomes d’oxygène et d’hydrogène liés, appelées "hydroxyles" », affirme l'agence spatiale. « L’équipe soupçonne que ces hydroxyles se trouvent un peu partout sur l’astéroïde dans des minéraux argileux contenant de l’eau, signifiant qu’à un moment donné les matériaux rocheux de Bénou ont interagi avec l’eau », ajoute-t-elle.

Bénou est trop petit pour avoir de l'eau liquide en quantité, mais laisse penser qu'il s'agit d'un fragment d'un corps bien plus gros sur lequel se trouvait de l'eau. La prochaine étape est maintenant de récupérer un échantillon sur place et de le ramener sur Terre, en 2023 si tout va bien.

Copié dans le presse-papier !

Le moins que l'on puisse dire au sujet de la PlayStation Classic, c'est que Sony ne s'est franchement pas préoccupé des questions de sécurité. À un tel point qu'on se demande si la machine n'a pas été conçue dans le but d'être facilement bidouillée.

Comme le rapporte Ars Technica, deux hackers ont trouvé le moyen d'ajouter simplement de nouveaux contenus à la console grâce à un simple périphérique USB. En effet, si le kernel de la machine est bien protégé par un algorithme de chiffrement, sa clé est stockée localement sur la machine. Cela revient à fermer sa porte à clé, mais en laissant la clé sous le paillasson.

À ce rythme, la prochaine étape, l'installation d'émulateurs de consoles autres que la PlayStation, ne devrait être qu'une question de semaines.  

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, le concepteur de puces se réjouit de la décision d’un tribunal de Fuzhou (préfecture de la province de Fujian), interdisant la vente des iPhone 6s (Plus), 7 (Plus), 8 (Plus) et X dans le pays. Le coup est potentiellement dur pour Apple, la Chine étant son troisième plus grand marché, soit 20 % de ses revenus.

Le groupe est accusé depuis 2017 par Qualcomm d’enfreindre ses brevets. Selon Qualcomm, ils concernent l’ajustement et le formatage de la taille et de l’apparence des photos, ainsi que la gestion d’applications sur écran tactile.

Apple assure que les brevets concernés ne touchent que la version précédente du système iOS 11, donc que ses smartphones restent en vente. Les modèles les plus récents, les iPhone XR et XS (Max), ne sont pas inclus.

Elle dénonce « une autre tentative désespérée par une entreprise dont les pratiques illégales sont déjà sous le coup d'enquêtes par de régulateurs dans le monde ». Elle estime qu’un des trois brevets utilisés a déjà été invalidé et assure avoir fait appel de cette décision. Qualcomm affirme que les deux brevets utilisés pour l’interdiction sont bien valides.

Comme le relèvent Les Échos, la guerre judiciaire entre Apple et Qualcomm continue dans plusieurs pays. Le groupe avait échoué à faire interdire les iPhone aux États-Unis et attend de nouvelles décisions en Allemagne. Qualcomm estime qu’Apple lui doit 7 milliards de dollars, alors que ce dernier lui réclame un milliard.

Copié dans le presse-papier !

Le quotidien a publié un long article, richement illustré, sur les applications mobiles et le partage de données de localisation. Il a notamment étudié les déplacements d’une personne sur quatre mois, son téléphone l’ayant localisée plus de 8 600 fois, « en moyenne une fois toutes les 21 minutes ».

Selon le NYT, au moins 75 entreprises reçoivent des données de localisation de diverses applications, par exemple d’actualité ou de météo. Certaines affirment détenir les données de 200 millions d’Américains, pour un marché qui atteindrait 21 milliards de dollars par an.

Le journal s’inquiète de ce que révèle cette localisation, comme le lieu de travail, les personnes croisées ou la participation à des événements politiques. Selon la société MightySignal, au moins 1 000 applications Android et 200 applications iOS contiennent de tels outils de partage de localisation.

En France, la CNIL a récemment sévi contre des entreprises vivant de cette localisation discrète, comme Singlespot et Vectaury, les mettant en demeure de se mettre en conformité ; une mesure rapidement prise par Singlespot.