du 13 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

Forfait « gratuit » avec publicité Blu : en un an, plus de 100 000 000 d'éclairs distribués

Il y a tout juste un an, Prixtel dévoilait son forfait « gratuit » avec publicités Blu. Comme nous l'avions détaillé, il s'agit essentiellement d'un compte prépayé que l'on recharge par des « éclairs », la monnaie virtuelle du service. On peut en gagner en visionnant des publicités, en ajoutant un écran de verrouillage publicitaire, en installant des applications, etc.

L'offre est restée en bêta plusieurs mois, avant de se lancer dans le grand bain en janvier de cette année. Aujourd'hui, un an après le début de sa bêta, l'opérateur fait un point d'étape. Les utilisateurs ont « gagné au total 101 553 264 éclairs qui ont été transformés en communication télécom gratuite : la communauté a généré plus de 20 000 Gigas de datas, 6 millions de SMS/MMS et plus de 40 000 heures d’appels émises ».

L'opérateur en profite pour faire quelques changements dans son application : « nouvel univers, amélioration de l’interface pour une navigation plus fluide, nouveau personnage et de nouvelles fonctionnalités dont le cashback ».

L'application iOS, pourtant annoncée, n'est toujours pas disponible.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Un an après sa faillite, Vertu revient sur le devant de la scène en proposant à la vente, en Chine uniquement, un nouveau smartphone : l'Aster P.

Comme d'habitude, il se distingue davantage sur le plan cosmétique, que sur celui des performances. On y retrouve ainsi un écran AMOLED Full HD de 4,9 pouces, 6 Go de mémoire vive, 128 Go de stockage et un SoC Snapdragon 660, même si au vu du prix annoncé, de 5 000 à 14 000 dollars, une puce plus musclée n'aurait pas été du luxe.

À ce prix, on peut tout de même compter sur une coque en titane, dont la face arrière a été recouverte de cuir de crocodile, ou de lézard, ainsi que des inserts de métaux précieux. L'écran est quant à lui protégé par une vitre en verre saphir.

Copié dans le presse-papier !

La plainte a été déposée le 16 octobre en Californie, par des annonceurs. Facebook aurait connu le problème sans le signaler. Selon le Wall Street Journal, ces chiffres auraient été surestimés de 60 à 80 %.

En septembre 2016, le réseau social publiait des excuses, reconnaissant un mauvais décompte des vues. L'affaire avait érodé la confiance des publicitaires dans la plateforme, ces statistiques étant l'un des principaux indicateurs de performances sur ce marché.

Selon la plainte, Facebook aurait su que ses décomptes de vues étaient gonflés, et aurait laissé le problème perdurer plusieurs mois, parce qu'il lui profitait. Le groupe aurait donc sciemment trompé les publicitaires et médias, qui ont investi dans cette production vidéo, dans un large « pivot vers la vidéo ».

Nombre de médias en ligne suivent les tendances imposées par les réseaux sociaux, pour maintenir leur audience, voire la faire croître quand ils le peuvent.

Au WSJ, Facebook s'est défendu de toute tromperie. « Les suppositions selon lesquelles nous avons essayé de cacher ce problème à nos partenaires sont fausses. Nous avons averti nos clients de cette erreur quand nous l'avons découverte » répond la société.

Pour sa part, le Niemen Journalism Lab rappelle les discours grandiloquents de Facebook sur la vidéo, en pleine croissance face à une consultation du texte « en baisse ». À la mi-2016, le réseau social prédisait du « tout vidéo dans cinq ans ».

Copié dans le presse-papier !

Le magazine allemand Wirtschaftswoche, repris par TechCrunch, explique que l'Autorité fédérale de supervision financière (BaFin) a ouvert une enquête sur la néo-banque après avoir été informée que des clients avec de fausses cartes d'identité ont pu ouvrir un compte. Nos confrères ajoutent que ce détournement serait relativement simple.

Interrogé par TechCrunch, Valentin Stalf, directeur général de N26 s'explique : « une ou deux personnes ont réussi à obtenir un faux document d'identité. Et nous l'avons détecté plus tard. Malheureusement, nous ne l'avons pas fait en temps réel ».

Il précise qu'il ne s'agit pas d'un problème généralisé et que toutes les banques sont confrontées au même souci. Il affirme que N26 respecte dans tous les cas les réglementations en vigueur.

Copié dans le presse-papier !

Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances, l’Assemblée nationale a adopté hier un amendement prévoyant que l’administration fiscale, suite à la réforme du prélèvement à la source, communique à chaque contribuable son taux d’imposition, « assorti des calculs qui l’ont déterminé ».

Le ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, a donné un avis favorable à cette proposition. « Je propose d’ailleurs de publier sur le site internet www.impots.gouv.fr, avant même l’adoption définitive de la loi, les algorithmes permettant de calculer les taux d’imposition selon les divers cas », a surtout annoncé le locataire de Bercy.

En plus de mentionner le taux applicable, les futures feuilles d’impôt devraient renvoyer vers ces algorithmes, ainsi que vers des fiches pédagogiques publiées sur le site des impôts. Le ministre ne s’est cependant pas avancé sur la question de l’explicitation individuelle de ces mêmes algorithmes – une obligation de la loi Numérique qui reste malheureusement ignorée de Bercy.

Copié dans le presse-papier !

Il mesure 162,8 x 136 x 145,7 mm pour un poids de 1,18 kg et prend en charge les processeurs jusqu'à 250 watts de TDP.

Le Dark Rock Pro TR4 est livré avec deux ventilateurs PWM : un  Silent Wings 3 120mm et un autre de 135 mm. Un troisième peut être installé à l'arrière, les clips de fixations sont fournis dans le bundle. Il est d'ores et déjà en vente pour 90 euros chez Alternate.