du 16 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Fnac Darty s'associe à Google

Alors qu'Amazon devrait proposer son assistant personnel chez nous d'ici peu, des tests étant en cours auprès de clients français, ses deux concurrents ont décidé de s'allier.

Dans un communiqué,  Fnac Darty annonce « le déploiement d’espaces de démonstration des produits Google dans l’ensemble de ses magasins ». Ces « espaces expérientiels » occuperont de 15 à 50 m², à la manière de ce que l'on trouve déjà autour des produits Microsoft ou Samsung.

Ici, c'est surtout des possibilités autour de Google Assistant dont il sera question : « Les produits Google seront également mis en avant de façon différenciée sur les sites internet du groupe et au sein des catégories de produits embarquant ses services : Son, Téléphonie, IT, Photo… ».

À l'inverse, Fnac Darty sera un revendeur privilégié par Google pour ses lancements de produits. Mais pas seulement, puisqu'il est aussi question de mises en avant et promotions spécifiques.

Le « Bouton Darty » (voir notre analyse) est également proposé via l'assistant numérique, tout comme des fonctionnalités d'achat à la Fnac pour quatre catégories de produits : musique, livre, vidéo et jouets.

« En quelques échanges vocaux, l'internaute pourra choisir son article, et après confirmation sur son téléphone via l’application de l’Assistant Google, payer avec son compte Fnac puis identifier le point de vente le plus proche de chez lui où il pourra récupérer sa commande dès le lendemain » précise l'annonce.

Le géant américain s'est montré très généreux avec les revendeurs français ces derniers mois, leur permettant par exemple de proposer des enceintes Google Home à prix cassés dans certaines conditions, pour tenter d'occuper le marché français rapidement.

Pour ces boutiques en ligne, Google a l'avantage de ne pas être un concurrent direct, mais plutôt un partenaire à travers les produits qu'il vend ou de services tels que le comparateur de prix Shopping.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Les profils Xbox Live peuvent désormais ainsi être insérés dans les profils Discord, et inversement, facilitant la recherche de contacts. Selon les deux éditeurs, cet échange devrait largement simplifier les communications entre joueurs console et PC.

Dommage cependant, les services audio eux-mêmes ne sont pas liés. Les joueurs devront toujours choisir entre celui intégré à la console et Discord. Les changements sont effectifs depuis hier soir.

Copié dans le presse-papier !

Comme Samsung Pay, Google Pay est attendu en France pour les prochains mois. Le service profite de cet intervalle pour ajouter quelques cordes à son arc, notamment N26.

L'équipe de la néobanque allemande vient de l'annoncer, évoquant les différentes possibilités du système de paiement d'Android : sans contact, promotions, envoi d'argent par email à des amis, etc.

Copié dans le presse-papier !

Suite à la douloureuse affaire Cambridge Analytica, le réseau social multiplie les annonces de tous les côtés. Dernière en date, la dépréciation d'une dizaine d'API.

Events API, Facebook Analytics, Facebook Login, Instagram Graph API, Instant Articles, Live API, Messenger Platform, Pages API et Places Graph sont concernés. Tous les détails sont disponibles par ici et par là.

Copié dans le presse-papier !

C'est dans un mois que le Règlement Général pour la Protection des Données s'appliquera en Europe. Voté il y a deux ans, après des années de discussions, il a fait l'objet ces derniers mois de nombreuses publications de la CNIL :

La Commission devrait continuer à publier des éléments dans les mois à venir afin d'aider les entreprises à se mettre en conformité. Pour rappel, nous avons également publié une analyse ligne par ligne du texte.

Copié dans le presse-papier !

Dans tout juste un mois, le règlement européen sur la protection des données entrera en vigueur, avec de nombreux changements à la clé. Les géants du Net (et les autres) se préparent et mettent à jour leurs conditions d'utilisation et politique de confidentialité.

Dropbox et WhatsApp passent ainsi l'âge minimum pour utiliser leur service à 16 ans dans certains pays, dont la France. Le service d'hébergement de fichiers ajoute également un accord de traitement des données à son service business.

De son côté, Twitter en profite pour rendre ses conditions plus facilement lisibles et compréhensibles, c'est du moins l'annonce faite par le réseau social.