du 19 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Fleur Pellerin soupçonnée de prise illégale d’intérêts

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique vient de transmettre son dossier spécial au procureur de la République de Paris. Dans sa délibération publiée au Journal officiel, elle soupçonne l’ancienne ministre de la Culture et ex-secrétaire d’État au numérique d’avoir exercé une activité en violation de réserves préalablement émises.

À l’occasion de sa reconversion, Fleur Pellerin avait créé Koreya Consulting, entreprise tournée vers le numérique et le soutien aux start-ups. Depuis septembre 2016, elle a en main K-Funds I, fonds que connaissent bien plusieurs futures licornes françaises et richement doté par la société sud-coréenne Naver Corp. Un géant du Web, propriétaire notamment du moteur Naver.

Le principal souci se situe à partir d’octobre 2015. Celle alors ministre de la Culture avait évoqué avec le président de Naver Corp un projet de partenariat pour organiser la diffusion d’évènements de l'Année France-Corée. Par une lettre d’intention signée en novembre 2015, cette diffusion devait se concrétiser sur l’une des chaînes du groupe Naver TV Cast.

Une « convention de partenariat sur le service vidéo » fut ensuite établie en mars 2016 entre l'Institut français de Corée du Sud et Naver Corp, Fleur Pellerin ayant depuis quitté ses fonctions.

Elle avait bien pris soin de saisir la HATPV, mais celle-ci, au regard des risques d’incompatibilités, avait émis des réserves. En particulier, de ne pas exercer d’activité rémunérée jusqu’au 11 février 2019 « dans une société dont elle a assuré le contrôle ou la surveillance pendant ses fonctions ministérielles successives ou avec laquelle elle a conclu des contrats ou formulé un avis sur de tels contrats, ou à l'égard de laquelle elle a proposé à l'autorité compétente de prendre des décisions ou formulé un avis sur de telles décisions. »

chargement Chargement des commentaires...