du 14 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

Hier, lors d'un événement à San Francisco, Mozilla a révélé une application de navigation web à la voix, plutôt qu'au clavier, souris ou écran tactile, révèle Cnet. Les commandes pourraient ressembler à « Hey Scout, lis-moi l'article sur les ours polaires ».

Le projet en est à ses balbutiements, selon Mozilla, qui ne l'a présenté qu'en interne. Selon nos confrères, les buts affichés seraient bien de redonner de la pertinence à Firefox, en pleine perte de vitesse, et améliorer l'accessibilité du web.

Firefox Scout pour contrôler son navigateur à la voix
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

En novembre dernier, le géant américain croquait la société spécialisée dans les systèmes de communication pour 5,5 milliards de dollars.

Dans un document transmis à la SEC et repéré par Reuters, Broadcom rapporte que, suite à cette acquisition, « environ 1 100 employés ont été licenciés », et ce, dans tous les secteurs d'activité à l'échelle mondiale. La société ajoute avoir engagé 143 millions de dollars de frais, principalement pour les licenciements.

Ce n'est pas tout : « La direction est en train d'évaluer davantage nos ressources et nos besoins opérationnels et pourrait éliminer d'autres postes, ce qui entraînerait des coûts de restructuration supplémentaires ».

Copié dans le presse-papier !

Cette brèche porte la référence CVE-2018-3665 et a été confirmée par Intel, qui lui attribue un niveau de dangerosité élevé. Assez proche de la faille Meltdown, c'est une nouvelle fois l'exécution spéculative qui est pointée du doigt.

Via un processus local, « un attaquant pourrait exploiter cette vulnérabilité pour accéder à des informations sensibles » explique l'US-CERT. Pour Intel, tous les processeurs de la gamme Core sont touchés, une architecture lancée il y a maintenant plus de dix ans.

Cette faille peut être corrigée de manière logicielle par les systèmes d'exploitation. Les premières mises à jour sont en cours de déploiement, tandis que les autres se préparent, notamment chez Red Hat, Linux et Microsoft.

Copié dans le presse-papier !

Le réseau social promet qu'il s'agit d'un « nouveau moyen pour les développeurs de créer des produits basés sur certaines des meilleures fonctionnalités de Snapchat ». Quatre fonctionnalités sont présentées.

Il y a tout d'abord le Creative Kit permettant aux développeurs d'intégrer leurs propres Stickers, Filtres, liens et autres données (scores dans des jeux ou résultats de vos entraînements) directement dans l'appareil photo de Snapchat.

Vient ensuite le Login Kit pour « utiliser votre compte Snapchat comme un moyen de connexion », le Bitmoji Kit permettant de récupérer votre avatar dans d'autres applications de chat et enfin le Story Kit pour intégrer des Stories publiques dans des applications tierces. De plus amples informations pour les développeurs sont disponibles par ici.

Snapchat affirme bien évidemment que cela se fait « sans compromettre la sécurité de votre compte ». Comme le rapporte Recode, la société semble avoir appris des erreurs de Facebook (entre autres) en ne laissant accès qu'à peu d'informations sur ses utilisateurs.

Jacob Andreou, vice président de Snap, déclare à nos confrères qu'il ne prévoit par exemple pas de mettre la liste complète des amis à disposition des développeurs tiers. De plus, chaque partenaire souhaitant profiter de Snap Kit sera examiné avant d'être validé.

Copié dans le presse-papier !

Comme son nom l'indique, ce projet compte proposer une connexion à Internet gratuite dans certains lieux en Europe. La première vague d'appel à candidatures pour les organismes souhaitant obtenir un financement a été lancée le 15 mai.

C'est un « succès » pour la Commission européenne : plus de 5 000 municipalités ont déposé leur demande dans les secondes de l'ouverture du service et plus de 11 000 au bout de quelques heures.En réalité, WiFi4EU fonctionne sur la base du premier arrivé, premier servi, avec un nombre d'attributions limité. Prévenues des mois à l'avance, les collectivités ont saturé le service dès sa mise en ligne, de peur d'être laissées de côté.

Hélas, la commissaire Mariya Gabriel, responsable de l'économie numérique à la Commission européenne, explique que le portail a dû être rapidement fermé et l'appel à candidatures annulé. La cause : un « problème technique » chez l'un de ses partenaires, empêchant les municipalités d'être sur un pied d'égalité.

« Au cours de l'enquête, la Commission a identifié une faille dans le logiciel fourni par ses partenaires. Ce problème a permis à certaines municipalités de déposer de bonne foi leur dossier avant l'ouverture de l'appel, tout en empêchant les autres de le faire une fois l'appel ouvert ».

Le prochain appel à candidatures se déroulera cet automne et les demandes déjà déposées seront valides, les municipalités n'auront plus qu'à appuyer sur un bouton pour les valider... Reste à espérer que les « problèmes techniques » (ou autres) seront réglés.

Copié dans le presse-papier !

Trois mises à jour ont été annoncées en ce sens dans la soirée d'hier. Tout d'abord, les Moments qui regroupent plusieurs tweets autour d'une même thématique, vont être revus pour disposer d'un défilement vertical.

L'onglet Explorer sera désormais organisé par thématiques afin de proposer celles qui correspondent le mieux aux goûts de chaque internaute. Enfin, le flux principal va intégrer de manière croissante des éléments, photos et vidéos sur de grands évènements.

Une annonce qui tombe à point nommé pour la coupe du monde de football. Espérons tout de même que l'on pourra là aussi personnaliser manuellement ces fonctions, afin de ne pas imposer le sport, les salons du moment ou les dernières émissions de TV à ceux qui n'en ont que faire.