Firefox 56 : Screenshots, remplissage de formulaire et transfert d'onglet

Alors que tous les regards sont portés vers Firefox Quantum, annoncé au début de la semaine, Mozilla suit son plan de bataille et vient de mettre à jour son canal stable avec Firefox 56. Outre les habituelles petites améliorations et autres corrections de bugs, la fondation a intégré quelques fonctionnalités plus ou moins déjà évoquées pour ne pas donner l'impression d'une mouture un peu creuse avant le grand saut.

C'est notamment le cas du nouvel outil de capture d'écran Firefox Screenshots (voir notre analyse). Il est aussi question de Send Tabs que Mozilla présente d'une manière qui devrait parler à certains ; « arrêter de s'envoyer des liens par email ». La fonction peut transférer un onglet d'un appareil à un autre depuis le navigateur ou des applications tierces (voir la vidéo). Le tout est annoncé comme disposant d'un chiffrement de bout en bout afin d'assurer la confidentialité des échanges. Dommage, on ne peut pas demander l'ouverture dans un onglet de navigation privée.

Enfin, une fonctionnalité de remplissage automatique des formulaires va être déployée progressivement, en commençant par les États-Unis. Il n'est pour le moment question que de votre adresse, plusieurs pouvant être ajoutées à votre compte et gérées dans les options. Reste à voir si elle sera étendu à terme, notamment aux informations de paiement, comme le fait déjà Chrome avec les cartes bancaires.

Du côté d'Android, on note surtout la fin du support de Flash et des appareils sous Android 4.0, alors que les performances de WebRTC et la gestion des WebExtensions ont été améliorées. Sous iOS, la version 11 du système d'exploitation est pleinement supportée, la fonctionnalité de synchronisation améliorée et la protection contre le pistage désormais activée par défaut en mode de navigation privée.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Microsoft vient de mettre à jour sa FAQ sur la version LTE de sa dernière Surface Pro, nous apprend Neowin. Elle ne sera ainsi pas disponible avant le printemps 2018, sans plus de précision.

On ne sait pas si ce délai supplémentaire concerne l'ensemble de l'initiative « Always connected PC » poussée par Microsoft avec Intel, Qualcomm et de nombreux autres partenaires, pour disposer d'appareils intégrant une connexion 4G à la manière des smartphones et de certaines tablettes.

Sur ce terrain on attend toujours les premières machines Windows 10 ARM qui multiplient les promesses et ne devraient plus tarder à se montrer, alors qu'Intel devrait lancer sa propre initiative en la matière au début de l'année prochaine.

Le CES de Las Vegas en janvier et le MWC de Barcelone fin février devraient être l'occasion d'annonces intéressantes sur ce terrain. Tout du moins espérons-le.

Copié dans le presse-papier !

En septembre, l’Association européenne des fabricants de vélos (EBMA) déposait une plainte antidumping auprès de la Commission européenne. En cause : les prix cassés (en-dessous des coûts de production) auxquels sont vendus des vélos électriques (e-bike) chinois.

Pour la CE, « il y avait suffisamment de preuves pour justifier le début d'une enquête » indique Reuters. Celle-ci devrait être terminée d’ici 15 mois. L’EBMA ne compte pas en rester là et prépare le dépôt d’une plainte connexe sur des subventions illégales.

De son côté, le ministère chinois du Commerce déclare qu’il défendra les intérêts de ses entreprises et exhorte l’UE à respecter les règles de l’organisation mondiale du commerce, sans prendre la voie du protectionnisme.

Ce n’est pas la première fois que l’Europe et la Chine se lancent dans une bataille du genre. Les panneaux solaires et les produits en acier ont déjà été le théâtre d’affrontements similaires par le passé.

Copié dans le presse-papier !

Si vous avez envie de plonger les méandres de l’Univers et que vous disposez à la fois d’un bagage scientifique et d'un niveau d'anglais suffisants, sachez que l’université de Cambridge vient de mettre en ligne la thèse de 1966 du célèbre physicien.

Elle précise qu’il s’agissait d’une demande importante de la part de ses utilisateurs. Elle profite donc de la semaine du libre accès 2017 pour la mettre en ligne en intégralité et ainsi la rendre accessible à tous.

Copié dans le presse-papier !

Twitter a décidé de faire de son réseau social un endroit plus agréable, mais surtout plus sûr, notamment en matière de harcèlement. Une requête émise par de nombreux utilisateurs depuis plusieurs années.

L’entreprise a donc publié un calendrier regroupant les mesures qui seront prises dans les prochaines semaines afin de résoudre ce problème, accompagnées des dates de leur mise en application.

Publier du contenu affichant de la « nudité non consensuelle » c’est-à-dire des images prises sans le consentement de la victime, sera passible d’une suspension immédiate du compte dès le 27 octobre.

Les appels en cas de suspension seront quant à eux mieux gérés et les contrevenants sauront désormais clairement pourquoi leur compte ne leur est plus accessible.

Il faudra par contre attendre le 3 novembre pour être notifié par e-mail d’une suspension de son compte et la fin de l'année pour les règles concernant les groupes violents, symboles haineux et autres améliorations plus profondes.

Copié dans le presse-papier !

La société suédoise passe à la vitesse supérieure en proposant une plateforme promotionnelle, presque une agence. Selon les propres mots de l’entreprise, elle s’engage à « soutenir les carrières des artistes de tout niveau ».

RISE comprend une plateforme dédiée et un programme de promotion sur divers canaux, surtout les réseaux sociaux et les services de streaming, car Spotify ne veut pas se contenter du sien. Des playlists spéciales seront mises en avant et des évènements organisés dans les prochains mois. L’idée sera toujours la même : faire découvrir les artistes.

Une première sélection est déjà avancée : Kim Petras (pop), Lauv (pop/rock), Russell Dickerson (country) et Trippie Redd (hip hop). En l’état, RISE pourrait entrer en compétition directe avec Music Up Next, un programme équivalent chez Apple. Même s’il est restreint aux seuls services de Cupertino, il a l’avantage d’exister depuis plus longtemps.

Hasard du calendrier (ou pas), Apple a déposé la semaine dernière une demande de marque pour Music Up Next, mettant en avant son travail de curation, la promotion des artistes et son engagement pour le multimédia.