du 05 juin 2020
Date

Choisir une autre édition

Fibre optique : les abonnements et le déploiement connaissent (pas encore) la crise

Les bilans du premier trimestre se suivent et se ressemblent. Sur le fixe, le régulateur des télécoms note que « la progression record du nombre d’abonnements et du déploiement de la fibre (FttH) observée en 2019 » se confirme, malgré les « premiers effets de la crise sanitaire et du confinement sur les déploiements lors de la deuxième moitié du mois de mars ».

Au premier trimestre, « 40 % des abonnés en France bénéficient désormais d’un accès internet à très haut débit (+6 points en un an) ». Sans surprise, « la fibre optique de bout en bout porte l’intégralité de la croissance, avec une progression de  605 000 au cours du trimestre ».

Fin mars, 7,7 millions de lignes sont ainsi en fibre optique de bout en bout, soit 64 % des abonnements très haut débit. La marge de progression du haut débit  est encore importante : « Le nombre d’abonnements […] représente 48 % du nombre de locaux éligibles au très haut débit, en croissance de 2 points en un an ».

Sur les déploiements, tout allait bien sur les trois premiers mois de l’année : « environ 1,2 million  de locaux supplémentaires ont été rendus raccordables au FttH, soit environ 27 % de plus que sur la même période de l’année précédente ».

Néanmoins, « l’impact de la situation sanitaire liée au Covid-19 s’est fait sentir lors de la seconde moitié du mois de mars, avec un rythme de déploiement affecté à plus de moitié ». Comme les autres, l’Arcep précise que « l’ampleur complète de cet impact ne pourra être appréciée qu’avec les données du 2e trimestre 2020 ».

Au 31 mars, 19,6 millions de locaux étaient ainsi éligibles aux offres FTTH, en hausse de 35 % sur un an. Toutes technologies confondues, 25,2 millions peuvent accéder au très haut débit, dont 18,6 millions en zones très denses. Cette fois encore, la majorité de la croissance se fait dans la zone AMII : « plus de 700 000 locaux y ont été rendus éligibles ce trimestre ». En zone d’initiative publique, le rythme reste « soutenu » avec 360 000 locaux supplémentaires.

Le gendarme des télécoms fait un point sur les déploiements d’Orange et SFR en fibre optique : « À la fin du 1er trimestre 2020, et en se fondant sur le référentiel mis à jour aujourd’hui, environ 63 % des locaux des communes sur lesquelles Orange s’est engagé et 68 % de ceux dans les communes sur lesquelles SFR s’est engagé ont été rendus raccordables ». L’Arcep précise qu’elle veillera à ce que les engagements soient respectés.

chargement Chargement des commentaires...