du 07 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Fibre : un baromètre de l’ouverture des réseaux publics aux petits fournisseurs d’accès

La Fédération FDN (FFDN), qui regroupe une trentaine de fournisseurs d’accès associatifs, a publié une étude de l’ouverture des réseaux d’initiative publique (RIP) aux opérateurs mineurs.

Comme elle nous l’expliquait en 2017, l’accès aux réseaux fibre pourrait conditionner l’avenir des FAI associatifs. Leurs premières cibles sont les réseaux publics, censés connecter les campagnes au très haut débit, avec plus de 3,3 milliards d’euros de financement public.

Parmi les gestionnaires ayant répondu, Orange est clairement le pire élève, ne fournissant pas d’offres activées aux fournisseurs d’accès. Ces formules clés-en-main doivent permettre aux FAI de n'apporter qu’une box, le gestionnaire du réseau se chargeant de mettre en place la ligne. Une facilité nécessaire pour ces petits acteurs.

D’autres opérateurs demandent des prix trop élevés, selon la fédération. Rappelons que les réseaux publics doivent fournir les accès dans les mêmes conditions à tous les FAI, sans dérogation pour un acteur plus modeste. Aucun n’obtient la meilleure note (A), qui signifierait des pratiques favorables aux associations.

Notons par ailleurs que FFDN se bat toujours pour obtenir les catalogues de service des réseaux publics. En principe publics, ils le sont rarement dans les faits, sans que la situation n’émeuve publiquement l’Agence du numérique ou le régulateur, l’Arcep.

chargement Chargement des commentaires...