du 07 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Fibre : un baromètre de l’ouverture des réseaux publics aux petits fournisseurs d’accès

La Fédération FDN (FFDN), qui regroupe une trentaine de fournisseurs d’accès associatifs, a publié une étude de l’ouverture des réseaux d’initiative publique (RIP) aux opérateurs mineurs.

Comme elle nous l’expliquait en 2017, l’accès aux réseaux fibre pourrait conditionner l’avenir des FAI associatifs. Leurs premières cibles sont les réseaux publics, censés connecter les campagnes au très haut débit, avec plus de 3,3 milliards d’euros de financement public.

Parmi les gestionnaires ayant répondu, Orange est clairement le pire élève, ne fournissant pas d’offres activées aux fournisseurs d’accès. Ces formules clés-en-main doivent permettre aux FAI de n'apporter qu’une box, le gestionnaire du réseau se chargeant de mettre en place la ligne. Une facilité nécessaire pour ces petits acteurs.

D’autres opérateurs demandent des prix trop élevés, selon la fédération. Rappelons que les réseaux publics doivent fournir les accès dans les mêmes conditions à tous les FAI, sans dérogation pour un acteur plus modeste. Aucun n’obtient la meilleure note (A), qui signifierait des pratiques favorables aux associations.

Notons par ailleurs que FFDN se bat toujours pour obtenir les catalogues de service des réseaux publics. En principe publics, ils le sont rarement dans les faits, sans que la situation n’émeuve publiquement l’Agence du numérique ou le régulateur, l’Arcep.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Elle est animée par un SoC avec huit cœurs, 3 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage, le tout articulé autour d'Android 9.0 Pie avec « une interface dédiée ».

« Les joueurs doivent juste s'asseoir autour de la table, à 2 ou plus, pour entamer une partie, qu’il s’agisse d’un jeu de plateau, de cartes, de rôle, etc. », explique le fabricant.

La Play Tab sera disponible à la rentrée des classes pour 249 euros.

Copié dans le presse-papier !

Les deux agences spatiales sont partenaires sur cette étude réalisée en Allemagne dans l'Envihab.

Les participants vont devoir rester allongés sur un lit incliné avec la tête à 6° sous l'horizontal pour simuler un voyage dans l'espace. Ils passeront de temps en temps dans une centrifugeuse à bras court afin de « recréer la gravité » et renvoyer du sang vers les jambes. L'expérience devrait durer 60 jours.

But de l'opération : préparer des voyages de longue durée dans l'espace. Pour rappel, les astronautes dans la Station spatiale internationale passent actuellement jusqu'à 2h30 par jour à faire de l'exercice physique, avec une alimentation strictement contrôlée.

Copié dans le presse-papier !

L'affaire avait éclaté la semaine dernière et le régulateur finlandais avait ouvert une enquête, comme l'explique Engadget. Parmi les données envoyées par le téléphone à un serveur chinois se trouvaient l'emplacement géographique, le numéro de la carte SIM et le numéro de série du smartphone.

Nokia confirme l'envoi de données, mais tente de rassurer en ajoutant « qu'aucune information personnellement identifiable n'a été partagée avec une tierce partie ». Le fabricant (HMD) affirme qu'il s'agit d'une erreur : « Nous avons constaté que notre client d'activation destiné à la version chinoise du smartphone avait été installé par erreur dans un lot unique de Nokia 7 Plus ».

Il ajoute que ce problème avait déjà été identifié et corrigé en février. « Tous les smartphones concernés ont reçu le correctif et presque tous l'ont déjà installé ». Si le numéro de build est 00WW_3_39B_SP03 ou 00WW_3_22C_SP05, vous avez le patch.

Le constructeur balaie de la main des accusations affirmant que d'autres smartphones sont concernés : « Toutes les données des terminaux Nokia autres que les versions chinoises sont stockées sur les serveurs de HMD Global à Singapour, via Amazon Web Services ».  

Copié dans le presse-papier !

Le Centre national de la recherche scientifique, en partenariat avec le Monde, revient sur le déploiement « des lignes de détection » de KM3NeT (Cubic Kilometre Neutrino Telescope), dont le but est de détecter et étudier « les particules élémentaires les plus mystérieuses de la physique actuelle » : les neutrinos.

« Produits au cœur des étoiles lors des réactions de fusion nucléaire, ou dans l’atmosphère sous l’effet de la collision des rayons cosmiques, les neutrinos sont à la fois très abondants mais aussi très discrets : ils interagissent si peu avec la matière qu’ils traversent tout sur leur passage », expliquait récemment le CNRS.

Lorsqu'un neutrino parvient enfin à réagir avec de la matière, il produit une particule secondaire appelée muon. Cette dernière, en traversant l'eau de mer, émet un cône de lumière bleutée que le détecteur tente d'identifier.

Copié dans le presse-papier !

Alors que le débarquement était prévu pour ce printemps, il est désormais question du premier jour de l'été – le 21 juin – partout dans le monde.

Pour rappel, les 26 épisodes de la série seront disponibles, ainsi que deux films sortis un an après la fin de la série et particulièrement polémique pour certains fans : Death & Rebirth et The End of Evangelion.