du 16 juillet 2020
Date

Choisir une autre édition

La décision a été prise par le FESCo (Fedora Engineering and Steering Committee), une décennie environ après la première proposition de l’idée. Pour une fois, Fedora n’est pas la première dans ce domaine, puisque quelques distributions Linux ont déjà sauté le pas, notamment openSUSE.

« Nous voulons ajouter de nouvelles fonctions, tout en réduisant le niveau d’expertise nécessaire pour gérer des situations telles que le manque d’espace sur le disque. Btrfs est bien adapté à ce rôle par sa philosophie, alors mettons-le par défaut », peut-on lire dans la page consacrée au système de fichier.

Les avantages sont nombreux, comme les instantanés de disque, la compression à la volée du système de fichier, des optimisations spécifiques pour les SSD, des capacités RAID natives, une meilleure gestion des espaces disque faibles, les sommes de contrôle ou encore l’isolation I/O via cgroups2. Autant de fonctions non proposées par EXT4 et devant passer par des outils dédiés. 

De son côté, Phoronix note que cette décision chez Fedora éclaire Red Hat d’une lueur étrange. L’éditeur, qui se sert de Fedora comme laboratoire, a en effet abandonné Btrfs dans RHEL (Red Hat Enterprise Linux) en 2016. La question est donc posée : l’entreprise fera-t-elle demi-tour si Btrfs est un succès dans Fedora ?

Fedora 33 utilisera Btrfs par défaut
chargement Chargement des commentaires...