du 30 mars 2020
Date

Choisir une autre édition

Fake news, recherches, mesures économique, la Commission européenne dévoile son plan de bataille

Si l’Organisation mondiale de la Santé diffuse plusieurs conseils pour manger sainement durant le confinement, de son côté, la Commission européenne plaide pour un accroissement de la production des EPI, ou équipements de protection individuelle. 

Elle s’appuie sur les lignes directrices dressées par un  groupe de sept épidémiologistes et virologues indépendants.  

L’institution « travaille main dans la main avec les États membres en vue d’évaluer les stocks disponibles d’EPI dans l’UE, les capacités de production et les besoins anticipés ». 

Dans le même temps, « les exportations d’équipements de protection individuelle hors de l’UE sont désormais soumises à une autorisation à l’exportation délivrée par les États membres ».

Une législation a aussi été adoptée pour que les compagnies aériennes n’aient plus à exploiter de « vols fantômes », ces vols qui étaient obligatoires pour « se conformer à la règle du « créneau utilisé ou perdu » en vertu de laquelle les compagnies aériennes sont tenues d’utiliser au moins 80 % de leurs créneaux horaires pour pouvoir les conserver l’année suivante ».

Outre une ribambelle de mesures économiques, la Commission a mobilisé 140 millions d’euros pour mettre au point un vaccin, de nouveaux traitements et autres tests de dépistages. 

Sur le terrain des « fake news », Bruxelles est en « contact étroit avec les plateformes de médias sociaux ». Toutes « ont pris des mesures pour favoriser les contenus faisant autorité et pour rétrograder ou supprimer les contenus trompeurs, illicites et préjudiciables, par exemple les théories du complot relatives à l’origine du virus ou à sa propagation prétendument intentionnelle ».

« Plus de 110 informations mensongères sur le coronavirus ont été dénoncées, publiées et rectifiées sur le site www.EUvsDisinfo.eu ».

chargement Chargement des commentaires...