du 28 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Facebook veut rapprocher Messenger, WhatsApp et Instagram, quid de la vie privée ?

Toutes les messageries les plus utilisées sont entre les mains de Facebook : Messenger, WhatsApp et Instagram. Selon le New York Times, l’éditeur investit de grandes ressources et des milliers de développeurs depuis plusieurs années pour opérer une convergence entre les trois.

Les applications resteraient séparées, mais deviendraient capables de communiquer entre elles. Un projet colossal donc, même si on ne parlait que des échanges textes. On imagine que les photos et vidéos sont prévues, mais le statut des appels audio/vidéo est plus flou.

Problème, comme on s’en doute, chacune dispose de ses propres protocoles. Le trublion dans l’histoire est évidemment WhatsApp, qui se sert du protocole de Signal et du chiffrement de bout en bout par défaut. Messenger et Instagram se contentent, eux, d’un chiffrement standard avec stockage des données sur les serveurs de Facebook.

Toujours selon le New York Times, Mark Zuckerberg en personne aurait demandé justement que le chiffrement de bout en bout tienne son rôle dans la future plateforme unifiée.

Facebook n’a pas confirmé directement le projet, indiquant simplement qu’elle souhaitait « bâtir les meilleures expériences de messagerie possibles ». La société a cependant ajouté : « Nous travaillons à rendre davantage de produits de messagerie chiffrés de bout en bout ».

Selon une source, WhatsApp et Instagram étaient bien prévus pour rester initialement indépendants. Leur succès croissant aurait poussé Facebook à changer ses plans et à viser une plus grande intégration.

Le projet en cours, qui n’est dans l’absolu pas étonnant, pose d’inévitables questions techniques et de vie privée. Par exemple, WhatsApp se contente du numéro de téléphone, alors que Messenger est plus gourmand. Facebook va devoir mettre en relation des données qui n’ont pas été prévues pour être associées.

On ne sait pas non plus ce qui arriverait aux données. Actuellement, les conversations privées sur Messenger et Instagram peuvent être analysées pour affiner les publicités ou, pour Messenger, permettre le fonctionnement des bots. Impossible avec WhatsApp. Comment Zuckerberg pourrait-il généraliser le chiffrement de bout en bout, tout en préservant ces fonctionnalités ?

Enfin, la fusion de ces trois plateformes très utilisées génère de grandes craintes autour de la position dominante d’un acteur aussi omniprésent sur le terrain de communication.

Il faudra quoi qu’il en soit attendre pour voir les premiers résultats de ce rapprochement. Selon les sources du New York Times, l’éditeur ne serait pas prêt avant la fin de l’année, voire début 2020.

chargement Chargement des commentaires...