du 28 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Facebook veut rapprocher Messenger, WhatsApp et Instagram, quid de la vie privée ?

Toutes les messageries les plus utilisées sont entre les mains de Facebook : Messenger, WhatsApp et Instagram. Selon le New York Times, l’éditeur investit de grandes ressources et des milliers de développeurs depuis plusieurs années pour opérer une convergence entre les trois.

Les applications resteraient séparées, mais deviendraient capables de communiquer entre elles. Un projet colossal donc, même si on ne parlait que des échanges textes. On imagine que les photos et vidéos sont prévues, mais le statut des appels audio/vidéo est plus flou.

Problème, comme on s’en doute, chacune dispose de ses propres protocoles. Le trublion dans l’histoire est évidemment WhatsApp, qui se sert du protocole de Signal et du chiffrement de bout en bout par défaut. Messenger et Instagram se contentent, eux, d’un chiffrement standard avec stockage des données sur les serveurs de Facebook.

Toujours selon le New York Times, Mark Zuckerberg en personne aurait demandé justement que le chiffrement de bout en bout tienne son rôle dans la future plateforme unifiée.

Facebook n’a pas confirmé directement le projet, indiquant simplement qu’elle souhaitait « bâtir les meilleures expériences de messagerie possibles ». La société a cependant ajouté : « Nous travaillons à rendre davantage de produits de messagerie chiffrés de bout en bout ».

Selon une source, WhatsApp et Instagram étaient bien prévus pour rester initialement indépendants. Leur succès croissant aurait poussé Facebook à changer ses plans et à viser une plus grande intégration.

Le projet en cours, qui n’est dans l’absolu pas étonnant, pose d’inévitables questions techniques et de vie privée. Par exemple, WhatsApp se contente du numéro de téléphone, alors que Messenger est plus gourmand. Facebook va devoir mettre en relation des données qui n’ont pas été prévues pour être associées.

On ne sait pas non plus ce qui arriverait aux données. Actuellement, les conversations privées sur Messenger et Instagram peuvent être analysées pour affiner les publicités ou, pour Messenger, permettre le fonctionnement des bots. Impossible avec WhatsApp. Comment Zuckerberg pourrait-il généraliser le chiffrement de bout en bout, tout en préservant ces fonctionnalités ?

Enfin, la fusion de ces trois plateformes très utilisées génère de grandes craintes autour de la position dominante d’un acteur aussi omniprésent sur le terrain de communication.

Il faudra quoi qu’il en soit attendre pour voir les premiers résultats de ce rapprochement. Selon les sources du New York Times, l’éditeur ne serait pas prêt avant la fin de l’année, voire début 2020.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Petite mise à jour d’entretien pour LibreOffice, dont la version 6.2.3 corrige environ 90 bugs divers. Les notes complètes sont réparties entre les moutures RC1 et RC2.

Il n’y a aucune nouveauté à signaler, mais en dépit des correctifs supplémentaires, la Document Foundation continue de recommander la version 6.1.5 pour les entreprises, « où les fonctions sont moins importantes que la robustesse ».

Copié dans le presse-papier !

Votre rendez-vous matinal avec l'actualité du numérique reprendra le lundi 29 avril, une partie de l'équipe profitant de cette période de vacances pour prendre quelques jours de repos.

Bien entendu, les rédactions d'INpact Hardware et Next INpact continueront de publier des articles. Nous aurons l'occasion de revenir sur les évènements de ces quelques jours dans une édition spéciale.

Copié dans le presse-papier !

Après deux ans de travail, WebThings est presque prêt à prendre son envol. Cette implémentation du standard Web of Things du W3C par Mozilla permet le contrôle et la surveillance d’une infrastructure d’objets connectés.

WebThings est composé de deux éléments centraux :

  • WebThings Gateway, une distribution centrée sur la vie privée et la sécurité pour les passerelles matérielles
  • WebThings Framework, une bibliothèque de composants réutilisables pour les développeurs

La version actuellement fournie de Gateway, la 0.8, contient encore un certain nombre de fonctions expérimentales, notamment l’enregistrement des informations émanant des appareils connectés dans la maison. Cas le plus classique : la température, avec graphique à la clé.

L’idée derrière Gateway est à la fois de contrôler les appareils et d’en surveiller le fonctionnement. De nouvelles alarmes ont été ajoutées pour la fumée, le monoxyde de carbone ou encore la détection de mouvements.

WebThings Gateway va également bénéficier d’une autre version, développée sur la base de la distribution Linux OpenWrt, conçue justement pour les appareils embarqués. Il pourra alors être installé dans certains routeurs qui serviront de passerelles et de point d’accès Wi-Fi.

Copié dans le presse-papier !

Depuis fin 2017, les deux géants se livrent une guerre. Comme Amazon ne vend pas certains produits Google (Chromecast, Home, Nest) et ne permet pas aux utilisateurs Prime Video d'utiliser Google Cast, le moteur de recherche avait décidé de retirer YouTube de l'Echo Show et des Fire TV Stick. Bref, les utilisateurs trinquent encore.

Mais la situation va changer. Dans un communiqué, Amazon explique que les applications officielles YouTube et YouTube Kids arrivent sur les Fire TV et les télévisions Fire TV Edition, tandis que son service de vidéo en streaming Prime Video va prendre en charge Chromecast et Android TV.

Les changements devraient être opérationnels au cours des prochains mois.

Copié dans le presse-papier !

C'est en effet le 21 avril 1989 que Nintendo commercialisait sa console portable pour la première fois au Japon. À l'époque, les Game & Watch occupaient le terrain, mais avec un inconvénient de taille : il n'était pas possible de changer de jeu. Le Game Boy est venu apporter sa petite révolution en terme de mobilité.

« Depuis lors, cette console de poche a été vendue à plus de 100 millions d'exemplaires », affirme Nintendo sur son site, qui précise au passage que son catalogue de jeux comprend plus de 450 titres.

En interne, certains ne croyaient pas en ce projet. Son nom de code DMG a rapidement été détourné en « dame game » ou « jeu nul » en japonais. L'histoire est racontée par Florent Gorges, auteur du livre L’Histoire de Nintendo vol. 4. L’Incroyable Histoire de la Game Boy (25 euros chez Amazon), dans les colonnes du Monde.

Son boîtier blanc et gris a pris de la couleur au début des années 90. « En 1997, Nintendo fit un pas de plus en diminuant les dimensions du Game Boy pour créer la série Game Boy Pocket ».

Par la suite, le Game Boy Color (avec un écran de 44 x 39 mm de 32 768 couleurs) et le Game Boy Advance sont arrivés, mais c'est une autre histoire.