du 20 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Facebook s’explique sur les accès privilégiés d’entreprises aux données, dont les messages privés

Selon le New York Times, Facebook laisserait des sociétés « amies » avoir un accès très spécial à ses données, plus particulièrement aux messages privés. Des informations auxquelles nul n’est pourtant censé accéder.

Apple, Amazon, Microsoft, Spotify et Netflix figurent dans les noms cités. Apple aurait par exemple eu un accès spécial aux contacts et calendriers. La firme a répondu au Times ignorer avoir eu un tel privilège, ajoutant que les données n’avaient jamais quitté les appareils des utilisateurs.

Amazon aurait eu accès aux informations de contacts des utilisateurs. L’entreprise n’a pas réagi, mais Kashmir Hill de Gizmodo estime que ces données ont pu être utilisées à des fins de lutte contre la fraude de commentaires.

À Bing (donc Microsoft), Facebook aurait offert les mêmes informations. Selon le réseau social cette fois, seules les données réglées sur « Publiques » étaient accessibles. Microsoft a indiqué de son côté avoir supprimé depuis ces informations, mais on ne sait pas quand.

Le cas le plus emblématique semble être celui de Netflix et Spotify qui auraient eu le droit d’analyser les messages privés des utilisateurs. Conséquence d’une époque (2010) où n’existait pas encore Messenger, Spotify pouvant notamment s’insérer dans les messages privés échangés pour envoyer des liens vers des titres. En théorie, cet accès pouvait permettre à un employé de lire les échanges.

Évidemment, toutes les sociétés impliquées se sont défendues de plonger leurs mains avides dans les données personnelles. Facebook explique notamment que même si des acteurs ont pu avoir un accès théorique aux messages privés, c’était uniquement pour des besoins d’échanges au sein de leurs applications, le plus souvent par la fonction Partage.

Toujours selon le réseau social, aucune tierce partie n’a pu lire les messages, car ces accès étaient automatisés, au seul bénéfice de quelques fonctions particulières. Des partenariats fortement négociés, avec procédure détaillée d’utilisation des API.

Il s’agirait donc d’une mauvaise interprétation du New York Times. Facebook préfère rappeler que cette manière de fonctionner est « courante dans l’industrie » depuis des années et pointe l’exemple d’Alexa. L’assistant d’Amazon n’est-il pas capable de plonger dans les emails de l’utilisateur pour les lire à haute voix ? Un angle de défense très particulier.

Mais quelles que soient les explications fournies, l’affaire tombe au plus mal pour Facebook après une année 2018 particulièrement compliquée. L’image de l’entreprise est en effet largement fragilisée sur la thématique de la vie privée, après notamment le scandale Cambridge Analytica et, plus récemment, deux grosses fuites de données, l'une en mars dernier, l'autre en octobre.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

C'est la continuité d'un vaste plan lancé il y a déjà plusieurs années et ne concernant pas que Tesla. Plusieurs dizaines de millions de véhicules sont en effet concernés. En cause : des airbags défectueux fabriqués par l'équipementier Takata, qui a depuis déposé le bilan.

Les Model S de 2012 ont été rappelées en janvier 2017, celles de 2013 en janvier 2018 et c'est désormais au tour des Model S de 2014 à 2016. Une foire aux questions est disponible par ici.

Selon TechCrunch, 14 123 Model S sont concernées par ce rappel en Chine. Ce pays n'est pas le seul concerné puisqu'il s'agit d'une campagne de rappel mondiale, mais le fabricant ne donne pas de chiffre détaillé par marché.

Copié dans le presse-papier !

« John Wick a transgressé une règle fondamentale : il a tué à l’intérieur même de l’Hôtel Continental ». L'histoire de ce nouvel opus est donc une suite directe à John Wick 2.

Le célèbre tueur à gages est désormais « excommunié » et « tous les services liés au Continental lui sont fermés et sa tête mise à prix. John se retrouve sans soutien, traqué par tous les plus dangereux tueurs du monde ». Mais il n'a évidemment pas dit son dernier mot.

À pied, en moto ou à cheval, il ne compte pas se laisser faire. Entre les balles qui fusent et les lames tranchantes qui volent dans tous les sens, l'action est au rendez-vous. La sortie est prévue pour le 22 mai prochain.

Copié dans le presse-papier !

Alors qu'Oppo vient d'en annoncer un 15 fois plus grand (mais sans donner de dimensions précises), Xiaomi lui emboîte le pas par l'intermédiaire de son président et cofondateur Lin Bin.

Selon une publication Weibo repérée par The Verge, le capteur mesurerait 25 x 50 mm. Selon le dirigeant, ce nouveau capteur peut sortir de veille et déverrouiller le smartphone en un clic.

Rien n'est par contre précisé concernant l'arrivée de ce capteur dans un smartphone Xiaomi (ou un autre).

Copié dans le presse-papier !

TSMC a présenté ses résultats pour le dernier quart de 2018. Le fondeur y apparaît en bonne forme avec un chiffre d'affaires en hausse de 4,4  % sur un an, à 290 milliards de dollars taïwanais (environ 8,25 milliards d'euros), accompagné d'un bénéfice stable à 100 milliards de dollars taïwanais (2,85 milliards d'euros).

Ces bons chiffres sont, selon l'entreprise, le fruit d'importantes commandes pour des puces gravées en 7nm, celles-ci comptant pour 23 % de ses revenus, contre 6 % pour le 10 nm et 21 % pour le 16/20 nm.

Le fondeur n'est pas en reste sur les technologies plus anciennes, puisqu'un tiers de son chiffre d'affaires provient de la fourniture de puces gravées en plus de 28 nm. Des techniques peu coûteuses encore largement utilisées pour des composants bon marché.

Copié dans le presse-papier !

L'Agence spatiale européenne avait commandé un sondage sur la perception par le public de ses activités. 5 000 personnes de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni, d'Espagne et d'Italie ont été interrogées.

Trois principaux usages ressortent du sondage : « mieux comprendre l’Univers, observer notre propre planète, par exemple les effets du changement climatique, et la capacité à rendre plus facile la vie sur Terre, par exemple dans les secteurs des transports ou des communications ».

Une portion plus faible pense que les activités spatiales peuvent aussi nous protéger des dangers de l'espace, mais ils sont une large majorité à penser que cela devrait être une priorité.

Point intéressant pour l'ESA : les personnes « surestiment de manière significative le coût des activités spatiales pour les finances publiques de leurs pays respectifs. Très peu de personnes ont estimé correctement ce coût, qui est d’environ 10€ par an et par citoyen dans les pays concernés par le sondage ».

« En moyenne, les Européens ont estimé à 245 euros par an et par citoyen le coût des activités spatiales, soit plus de vingt fois le montant réel », explique l'Agence spatiale européenne.