du 20 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Facebook s’explique sur les accès privilégiés d’entreprises aux données, dont les messages privés

Selon le New York Times, Facebook laisserait des sociétés « amies » avoir un accès très spécial à ses données, plus particulièrement aux messages privés. Des informations auxquelles nul n’est pourtant censé accéder.

Apple, Amazon, Microsoft, Spotify et Netflix figurent dans les noms cités. Apple aurait par exemple eu un accès spécial aux contacts et calendriers. La firme a répondu au Times ignorer avoir eu un tel privilège, ajoutant que les données n’avaient jamais quitté les appareils des utilisateurs.

Amazon aurait eu accès aux informations de contacts des utilisateurs. L’entreprise n’a pas réagi, mais Kashmir Hill de Gizmodo estime que ces données ont pu être utilisées à des fins de lutte contre la fraude de commentaires.

À Bing (donc Microsoft), Facebook aurait offert les mêmes informations. Selon le réseau social cette fois, seules les données réglées sur « Publiques » étaient accessibles. Microsoft a indiqué de son côté avoir supprimé depuis ces informations, mais on ne sait pas quand.

Le cas le plus emblématique semble être celui de Netflix et Spotify qui auraient eu le droit d’analyser les messages privés des utilisateurs. Conséquence d’une époque (2010) où n’existait pas encore Messenger, Spotify pouvant notamment s’insérer dans les messages privés échangés pour envoyer des liens vers des titres. En théorie, cet accès pouvait permettre à un employé de lire les échanges.

Évidemment, toutes les sociétés impliquées se sont défendues de plonger leurs mains avides dans les données personnelles. Facebook explique notamment que même si des acteurs ont pu avoir un accès théorique aux messages privés, c’était uniquement pour des besoins d’échanges au sein de leurs applications, le plus souvent par la fonction Partage.

Toujours selon le réseau social, aucune tierce partie n’a pu lire les messages, car ces accès étaient automatisés, au seul bénéfice de quelques fonctions particulières. Des partenariats fortement négociés, avec procédure détaillée d’utilisation des API.

Il s’agirait donc d’une mauvaise interprétation du New York Times. Facebook préfère rappeler que cette manière de fonctionner est « courante dans l’industrie » depuis des années et pointe l’exemple d’Alexa. L’assistant d’Amazon n’est-il pas capable de plonger dans les emails de l’utilisateur pour les lire à haute voix ? Un angle de défense très particulier.

Mais quelles que soient les explications fournies, l’affaire tombe au plus mal pour Facebook après une année 2018 particulièrement compliquée. L’image de l’entreprise est en effet largement fragilisée sur la thématique de la vie privée, après notamment le scandale Cambridge Analytica et, plus récemment, deux grosses fuites de données, l'une en mars dernier, l'autre en octobre.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Depuis plusieurs années, l'outil permet déjà de contrôler à distance son terminal mobile sous Android. Une mise à jour déployée cette semaine ajoute la prise en charge d'Android TV.

Les notes de version indiquent également que divers correctifs et améliorations ont été apportés, notamment un problème avec les terminaux sous Android 8 (Oreo) ou une version plus récente du système d'exploitation.

Copié dans le presse-papier !

L'ESA rappelle qu'il s'agit de sa première mission consacrée à l’étude des exoplanètes. Le lancement à bord d'une fusée Soyouz est prévu entre le 15 octobre et le 14 novembre 2019.

Une fois dans l'espace, « le satellite observera les étoiles brillantes dont on sait qu’elles abritent des exoplanètes, en ciblant plus particulièrement les planètes d’une taille comprise entre celles de la Terre et de Neptune », explique l'agence spatiale européenne.

Copié dans le presse-papier !

Le Virtual Desktop avait été présenté en septembre dernier lors de la conférence Ignite. Dans la foulée, Microsoft en avait proposé une préversion pour quelques privilégiés. Elle est désormais disponible pour toutes les entreprises éligibles, mais aux États-Unis seulement.

Le Virtual Desktop réunit en fait l’infrastructure de bureau virtuel (VDI) de Windows 7 et les services de bureau distant multi-utilisateurs (RDS) de Windows 10. Il suffit de créer une instance Azure, seule la machine virtuelle étant facturée.

La tarification est en effet agressive puisque Microsoft ne compte pas le coût des licences. Et pour cause : Virtual Desktop accompagne naturellement les abonnements Microsoft 365 F1/E3/E5, Windows 10 Entreprise E3/E5 et Windows VDA.

Elle est d’autant plus agressive que les bureaux virtuels Windows 7 seront automatiquement accompagnés de trois ans d’Extended Security Updates (ESU). Une offre séduction puisque le support technique du système s’arrête en janvier 2020, les trois années supplémentaires de support sur site étant facturées au moins 25/50/100 dollars par poste.

En outre, le rachat de FSLogix en novembre dernier permet un provisionnement des applications en environnement virtualisé. La technologie devrait être particulièrement utile avec OneDrive et Outlook, qui peuvent tous deux stocker plusieurs Go de données. Elle sera automatiquement utilisée chez les clients ayant Office 365.

La préversion publique n’est disponible que dans deux régions américaines (US East 2 et US Central). La version finale sera disponible partout, mais Microsoft ne donne pas de date.

Copié dans le presse-papier !

Après le rover baptisé Rosalind Franklin, c'est au tour de la plateforme d'atterrissage d'avoir un petit nom : Kazachok, un choix fait par les Russes de Roscosmos. L'agence spatiale européenne explique qu'il signifie « petit cosaque » et qu'il s'agit d'une danse folklorique.

La plateforme est également arrivée à Turin, en Italie. Pour rappel, ExoMars 2020 est une initiative conjointe de l'ESA et de l'agence spatiale russe. Le lancement est prévu pour juillet 2020. Si tout se passe bien, une fois sur le sol martien, le rover quittera sa plateforme pour aller explorer la surface.