du 30 août 2019
Date

Choisir une autre édition

Facebook révèle finalement de nouveaux documents liés à Cambridge Analytica

Contre toute attente, Facebook a bien voulu révéler des documents qui lui étaient réclamés dans l’affaire qui l’oppose à l’État de Washington. 

L’entreprise y est accusée d’avoir manqué à ses devoirs durant la dernière période électorale et d’avoir enfreint le Consumer Protection Procedure’s Act.

En mars, il se murmurait déjà que le procureur de l’État avait obtenu des éléments suggérant que Facebook savait pour Cambridge Analytica des mois avant que le scandale soit effectivement reconnu par Mark Zuckerberg.

Les fameux emails, désormais disponibles, montrent notamment le message d’un employé avertissant, dès septembre 2015, qu’une activité suspecte a été détectée chez Cambridge Analytica. Une aide est demandée pour comprendre ce que l’entreprise était en train de faire.

Le contexte décrit est celui d’une équipe rencontrant des difficultés à faire comprendre à certains acteurs ce qu’il était possible de faire ou pas avec les données.

On ne sait pas cependant si les activités mentionnées sont bien celles ayant mené au scandale. Elles y sont décrites comme « troubles », mais Facebook assure que le cas n’avait rien à avoir avec celui dont les médias se sont emparés.

Cependant, les documents montrent que Facebook était d’une manière ou d’une autre au courant d’activités louches chez Cambridge Analytica. Même si les deux affaires devaient s’avérer n’avoir aucun lien, le juge ne devrait pas manquer d’insister sur les actions entreprises après le signalement interne.

La réticence de l’entreprise à communiquer ces informations ne serait due, quant à elle, qu'à l’immanquable confusion qu’elles allaient entrainer. Mark Zuckerberg a en effet toujours affirmé qu’il avait appris le problème Cambridge Analytica en lisant un article du Guardian.

chargement Chargement des commentaires...