du 30 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Selon TechCrunch, Facebook a mené ces trois dernières années un programme de recherche visant à payer de jeunes utilisateurs de smartphones (de 13 à 25 ans)  pour leur faire installer une application.

Cette dernière, via un certificat, permet l’envoi à Facebook de nombreuses et très précieuses informations, notamment les messages privés, emails, recherches sur le web ou encore l’historique de navigation. Ce programme, rémunéré jusqu’à 20 dollars par mois, demande même au testeur d’envoyer régulièrement des captures d’écrans de son historique d’achat sur Amazon.

Pourquoi ces informations ? Pour mieux cerner les habitudes des utilisateurs et réagir en conséquence. Selon TechCrunch, ce programme aurait permis à Facebook de connaître à l’avance d’éventuels concurrents, que l’entreprise aurait tout simplement rachetés.

L’application, nommée simplement Research, violerait les règles imposées par Apple sur son App Store sur les certificats. Ces derniers ne doivent normalement jamais être installés sur des appareils grand public. Ils ne sont autorisés que dans un cadre d’entreprise pour la gestion de flottes.

En attendant, le programme continue, Facebook pouvant accéder à des données extraordinairement personnelles pour un maximum de 20 dollars par mois et par personne.

Facebook paye des jeunes 20 dollars pour espionner leur smartphone
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Principalement connu pour ses drones avec caméra, le fabricant change son fusil d'épaule et se lance sur les platebandes des kits éducatifs Lego avec son Robomaster S1.

Il « prend en charge les langages de programmation Scratch et Python », peut tirer des billes de gel et comprend 46 composants. On retrouve notamment sept moteurs, six détecteurs d'impact, sept capteurs infrarouges et un optique, un micro et un haut-parleur, deux gyroscopes et 21 LED.

Tous les détails sont disponibles sur cette page. Le Robomaster S1 n'est pour le moment disponible qu'aux États-Unis pour 499 dollars.

Copié dans le presse-papier !

Alors que le téléphone pliable devait sortir fin avril, Samsung a repoussé son lancement à la dernière minute. En cause, des retours des premiers tests pas vraiment reluisants au niveau de l'écran et de la charnière. Des rumeurs évoquaient deux changements, mais rien d'officiel jusqu'à présent.

Fin mai, faute de nouvelles concrètes, Best Buy annulait l'ensemble des précommandes. L'opérateur AT&T emboîte le pas à la chaîne de boutiques et prévient ses clients par email en ajoutant qu'ils devraient recevoir un bon de 100 dollars, comme le rapporte Tom's Guide.

Copié dans le presse-papier !

La grande finale nationale se déroulait hier à Grenoble. Comme son nom l'indique, le principe est de ne laisser que trois minutes aux doctorants pour présenter leur sujet de recherche sur des sujets pointus.

Tom Mébarki est le grand gagnant : il remporte la première place et le prix du public. Il a présenté « La “folie organisée” dans l’opéra buffa rossinien. Vers une transhistoire du son ». Il représentera donc la France lors de la finale internationale à Dakar en septembre.

Leah Vandeveer est deuxième avec « la phonologie des consonnes rares : une approche typologique », tandis qu'Apolline Chabenat prend la troisième place avec la « modification des polymorphismes liés aux défenses vis-à-vis des prédateurs par des médicaments psychotropes chez un céphalopode et un décapode ».

  1. Revoir la finale de « Ma thèse en 180 secondes »
Copié dans le presse-papier !

La nouvelle bêta du navigateur contient plusieurs changements assez marquants, après plusieurs versions sages qui ne proposaient surtout que du neuf pour les développeurs.

Le premier apport est une nouvelle mesure contre Flash. Le lecteur est toujours intégré dans Chrome, mais la fonction liée est maintenant coupée par défaut.

Si vous utilisez le canal bêta et que vous avez besoin de Flash, il faudra vous rendre sur le réglage chrome://settings/content/flash. Le réglage « Demander d’abord » est devenu « Empêcher les sites d’exécuter Flash », accompagné d’une parenthèse « recommandé ». Il suffira alors de réactiver la fonction.

Autre changement, celui-là poussé en avant par l’un des développeurs de Chrome (Paul Irish), l’impossibilité pour les sites de détecter le mode Incognito du navigateur. Il s’agit pour rappel de la fonction navigation privée, qui n’enregistre aucune trace locale de la session de surf.

Le développeur s’excuse dans la foulée pour les scripts de détection du mode navigation privée qui, du coup, ne fonctionneront plus. Pourquoi de tels scripts ? Parce que de nombreux sites utilisant un paywall permettent une lecture d’un à trois articles gratuits par jour. Ils ne devraient donc plus être en mesure d’exploiter cette solution.

D’autres changements sont à noter. Quand un site visité est détecté comme PWA (Progressive Web App), un bouton « + » apparaît à droite de la barre d’adresse. La mention « Installer » s’affiche brièvement, montrant à l’utilisateur où cliquer pour installer cette application web. La suite est connue puisqu’il s’agit simplement d’un raccourci vers la fonction se trouvant dans le menu général.

Chrome 76 permet également aux sites de détecter le mode d’affichage en cours pour l’interface : clair ou sombre. Puisque le mode sombre est maintenant disponible sur macOS et Windows, les sites pourront interroger Chrome avec une ligne de code et s’adapter en conséquence s’ils le souhaitent.

Enfin, de nombreux ajouts et changements ont été faits pour les développeurs. C’est notamment le cas pour l’API Payments, qui introduit des capacités supplémentaires, comme la possibilité pour un site de déclencher une action quand un changement de méthode de paiement est détecté.

La version finale de Chrome 76 est attendue pour le 26 juillet, après les six semaines environ de test classiques.

Copié dans le presse-papier !

Cinq mois après avoir atteint 2,3 millions de clients, la néobanque en ajoute 1,2 million de plus en l'espace de cinq mois. Il lui avait fallu six mois pour passer de 1 à 2,3 millions.

La société affirme que « plus de 10 000 clients ouvrent un compte N26 chaque jour et le volume mensuel de transactions s’élève à plus de 2 milliards d’euros ». Elle ajoute que son «  lancement aux États-Unis est imminent ».