du 14 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Facebook ne veut plus courtiser les médias

« Rejoignez-nous si vous voulez vivre une grande expérience qui pourrait ne pas marcher ». C’est ainsi que Campbell Brown, responsable des relations presse chez Facebook, s’est adressée aux médias dans une conférence organisée par Recode.

Brown était interrogée sur l’état des relations entre Facebook et les médias en général. Elle a été particulièrement claire sur sa mission, qui n’était pas de les séduire pour les faire venir coûte que coûte, mais de travailler avec ceux qui se montraient intéressés, pour comprendre les outils et capacités de Facebook dans ce domaine.

Des questions posées dans le sillage d’un retrait sur le réseau social des articles du Folha de Sao Paolo, le plus gros journal du Brésil, dont la page Facebook compte 6 millions d’abonnés. Pour la responsable, cette décision n’a pas été une surprise, car le journal ne publiait « presque plus rien depuis un moment ».

Les propos de Campbell sont intéressants à plus d’un titre. Déjà parce que l’attitude de la responsable est claire : les médias motivés sont bienvenus, les autres peuvent partir. Ensuite parce que Facebook déclare pour la première fois ne pas être nécessairement la panacée pour les médias : « Nous devons être beaucoup plus transparents et francs avec les éditeurs nous rejoignant : cela pourrait ne pas marcher ».

Peut-être les discussions seront-elles désormais plus efficaces. Le discours de Campbell se voulait réaliste et pragmatique. Débarrassé des paillettes et des chiffres mirobolants (Facebook dépasse les deux milliards d’utilisateurs), le débat pourrait alors se recentrer sur ce qu’est vraiment le réseau social : un simple outil, qui ne peut répondre à l’universalité des besoins. Et qui comporte son propre lot de dangers.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

On sait depuis quelques temps maintenant que le constructeur chinois va renforcer sa présence chez nous, après sa montée en puissance en Espagne.

C'est désormais le grand jour, un premier magasin ouvrant dans le centre de Paris à 17h. Attendez-vous à voir de nombreux médias faire le jeu de la marque (attendue et très communautaire) tout au long de la journée. Un Facebook live se tiendra dès 14h.

Cette boutique devrait reproduire celles déjà en place dans d'autres pays, et permettre d'acheter plus facilement nombres de produits Xiaomi, comme ses smartphones, accessoires et autres solutions réseau (voir notre analyse).

Copié dans le presse-papier !

Il avait pris les rênes du groupe (alors Lucky-GoldStar) en 1995. Il l'a fait prospérer, le chiffre d'affaires ayant été multiplié par cinq sous sa présidence (plus de 20 ans).

« En devenant le troisième président de LG à l'âge de 50 ans, Koo a développé trois entreprises clés, dans l'électronique, la chimie et les télécommunications, et a contribué à la compétitivité industrielle et au développement économique national de la Corée du Sud » explique le groupe.

Koo Bon-moo s'est éteint dimanche des suites d'une maladie au cerveau. « Koo Kwang-mo, le fils adoptif de Koo Bon-moo, devrait lui succéder » affirme Reuters, ajoutant que « ce changement ne devrait pas perturber les activités du groupe » selon un analyste.

Copié dans le presse-papier !

Les deux partenaires viennent d'annoncer « la production et l'expédition de 3D NAND [64 couches] avec 4 bits par cellules, une première dans l'industrie ». Par rapport à la TLC (trois bits par cellule), la densité est en augmentation de 33 %.

Intel et Micron en profitent pour détailler un peu la troisième génération de 3D NAND, avec 96 couches cette fois-ci. Pour rappel, d'autres comme Western Digital (SanDisk) travaillent également sur ce genre de puces. Ajouter des couches permet là encore d'augmenter la densité et donc de proposer toujours plus de stockage sur une surface équivalente.

De son côté, Micron met en place un plan d'action visant à racheter jusqu'à 10 milliards de dollars de ses actions en circulation.

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, la Software Freedom Conservancy « félicite le fabricant pour son premier pas vers la conformité à la licence GPL ». L'organisation en profite pour rappeler qu'elle demande à Tesla de se conformer depuis… 2013 et qu'il reste encore du travail.

Il ne s'agit en effet que d'une première salve, pas de l'intégralité des sources soumises à licence GPL pour le moment. Il est notamment question de Buildroot, « utilisé pour construire l'image du système de l'Autopilot » explique le fabricant.

La version actuelle est estampillée 2018.12, mais elle sera mise à jour pour suivre les évolutions, affirme Tesla dans un communiqué repris par Electrek.

Dans tous les cas, les sources ne contiennent évidemment pas les applications propriétaires de Tesla. Inutile donc d'espérer créer un Autopilot maison. D'autres publications suivront ajoute enfin le constructeur.

Copié dans le presse-papier !

Le secrétaire d'État à la Culture, Matt Hancock, promet de s'attaquer aux éléments d'Ouest sauvage d'Internet, pour faire du Royaume-Uni l'endroit le plus sûr en ligne.

Ce discours, qui rappelle l'Internet civilisé de Nicolas Sarkozy il y a une décennie, est un nouveau pas dans la volonté de contrôle du Net affichée par le gouvernement britannique, après la déclaration conjointe avec Emmanuel Macron l'an dernier.

Le gouvernement lance donc une consultation publique sur les mesures à prendre (avant la publication d'un livre blanc) qui concerneraient entre autres les grandes plateformes. Des cibles de choix, après une série de scandales sur la désinformation et la protection de la vie privée.

Matt Hancock assure équilibrer la protection des enfants en ligne avec les libertés sur le réseau.