du 24 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Facebook lance un test dans six pays, le reach des pages en chute libre

Facebook s'amuse bien. Dans le cadre d'un test, la société a retiré tous les contenus des pages du flux principal de ses membres pour les placer dans son flux Explorer, annoncé au début de la semaine.

Selon un journaliste Slovaque, les résultats sont dramatiques pour les médias, avec un « reach » réduit aux deux-tiers et un nombre d'interactions divisé par quatre. Un problème qui affecte surtout les petits médias, très dépendants de Facebook, plutôt que ceux qui ont une communauté importante et des sources de trafic diversifiées.

Le réseau social a clarifié la situation dans une publication sur son blog dédié aux médias. Elle précise que ce test ne concerne que la Bolivie, le Cambodge, le Guatemala, la Serbie, la Slovaquie et le Sri Lanka. Il n'a pas vocation à être étendu pour le moment.

« Les utilisateurs nous disent qu'ils veulent voir plus facilement des contenus de leurs amis et de leur famille. Nous testons le fait d'avoir un espace dédié à cet effet et un autre espace pour les contenus des pages, Explorer » indique Adam Mosseri, en charge du flux d'actualités.

Le but de ce test est, selon Facebook, de comprendre si une telle séparation est perçue de manière positive et d'agir selon les résultats, en écoutant à la fois les retours des utilisateurs et des éditeurs. Mais il ne faut pas oublier qu'un tel changement aurait un autre impact positif pour Facebook : pour atteindre ses membres, les pages seraient obligées de payer de manière croissante.

Alors que la société s'approche des éditeurs pour leur proposer des solutions d'abonnement via Instant Articles, ils voient ici ce que pourrait être leur avenir : une solution annoncée comme gratuite, ce qui changera surement une fois qu'il leur sera proposé d'intégrer un paiement via Messenger… et qui nécessitera une mise en avant sponsorisée pour toucher réellement les utilisateurs.

Facebook apprécie déjà que les médias passent par ses services pour l'achat de trafic, et compte sans doute tout faire pour que cela continue. Une stratégie à double tranchant. Car face à des changements si radicaux, qui ont déjà mis en péril des secteurs et des sociétés comme le rappelle TechCrunch, certains pourraient décider de ne plus investir dans leur présence sur Facebook, jugée trop risquée sur le long terme.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après avoir envoyé sa première fusée commerciale dans l'espace mi-novembre, la société néo-zélandaise se prépare à lancer sa mission ELaNa-19 pour l'agence spatiale américaine.

Elle embarque 13 CubeSats qui seront placés sur une orbite basse (500 km environ). La charge utile totale est de 78 kg.

La fenêtre de tir s'étend du 13 au 21 décembre, mais le décollage n'aura pas lieu avant demain matin 5h00 à cause de la météo. Lors du lancement, un live sera proposé sur le site du fabricant ainsi que sur son compte YouTube ; il débutera 15 minutes avant l'heure de décollage prévue.

Copié dans le presse-papier !

Epic Games poursuit son offensive de charme à destination des studios de développement, afin qu'ils viennent vendre leurs jeux sur sa plateforme plutôt que chez Steam. Après avoir annoncé une politique tarifaire plus avantageuse que son concurrent, avec une ponction de seulement 12 % des revenus contre 20 à 30 % chez Valve, l'éditeur s'attaque aux services mis à disposition des studios.

Epic annonce ainsi qu'un système de connexion, de gestion des amis, et des profils cross-plateform sera rendu disponible dans le courant de l'année prochaine. Il sera accompagné à compter du troisième trimestre par un système de trophées et d'un chat vocal également cross-platform.

Dès le deuxième trimestre, un système de sauvegarde dans le cloud accessible depuis n'importe quelle machine fera son apparition. Pour le matchmaking, il faudra par contre attendre la fin de l'année. Ces services ont d'abord été testés sur Fortnite et ses 200 millions de joueurs répartis sur 7 plateformes, de quoi assurer un minimum de fiabilité au système.

Copié dans le presse-papier !

L'excellente chaîne YouTube Deus Ex Silicium décortique la bête pendant une trentaine de minutes, revenant sur les moindres détails de sa composition.

Comme à son habitude Stéphane Marty donne des explications didactiques, que ce soit sur les puces, la carte ou même les borniers et informations présentes lorsque l'on démonte un Linky.

Un parfait complément à l'article de Canard PC Hardware publié en 2016.

Copié dans le presse-papier !

L'affaire remonte au mois de juin, lorsque le patron envoie un email pour expliquer qu'un employé aurait effectué un « important et destructeur sabotage » au sein de l'entreprise.

Quelques jours plus tard, Tesla passait à l'offensive et attaquait Martin Tripp en justice. Ce dernier se présentait alors comme un lanceur d'alerte (une procédure est toujours en cours auprès de la SEC) : « Je n'ai pas piraté le système. Les données que je collectais étaient si graves que je devais alerter les médias ».

Dans des documents repérés par CNBC, nous apprenons que Tesla réclame désormais 167 millions de dollars de dommages et intérêts à Martin Tripp. Selon l'avocat de la défense, « ce prétendu montant » correspondrait à la baisse en bourse de l'action suite aux informations transmises à la presse, une notion qu'il qualifie d'« absurde ».

Copié dans le presse-papier !

Lundi 10 décembre, le Parlement, le Conseil et la Commission européenne se sont accordés sur ce paquet, centré sur la sécurité informatique de l’Union.

L’ENISA, l’agence de cybersécurité européenne, obtient un mandat permanent. Il remplace l’actuel, censé expirer en 2020. L’agence obtient aussi des capacités d’assistance aux États dans la réponse aux cyberattaques.

Certains voulaient voir l’ENISA devenir un cyberpompier, capable d’intervenir dans n’importe quel pays. L’idée était rejetée par la France, qui voulait garder cette compétence nationale et renforcer les capacités permanentes de chaque autre pays.

Un système de certification de sécurité, avec guichet unique pour les entreprises, doit aussi permettre de valider « produits, processus et services ». Cette certification (logiquement à trois niveaux) devra être validée dans plusieurs pays, rapporte Euractiv. La principale cible sont les objets connectés, dont la sécurité déplorable a permis d’importants dégâts depuis deux ans.

Une liste des produits destinés à être obligatoirement certifiés doit être finalisée en 2023. Il n’est pas dit que les objets connectés grand public ou professionnels soient obligés de subir cette validation.