du 24 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Facebook lance un test dans six pays, le reach des pages en chute libre

Facebook s'amuse bien. Dans le cadre d'un test, la société a retiré tous les contenus des pages du flux principal de ses membres pour les placer dans son flux Explorer, annoncé au début de la semaine.

Selon un journaliste Slovaque, les résultats sont dramatiques pour les médias, avec un « reach » réduit aux deux-tiers et un nombre d'interactions divisé par quatre. Un problème qui affecte surtout les petits médias, très dépendants de Facebook, plutôt que ceux qui ont une communauté importante et des sources de trafic diversifiées.

Le réseau social a clarifié la situation dans une publication sur son blog dédié aux médias. Elle précise que ce test ne concerne que la Bolivie, le Cambodge, le Guatemala, la Serbie, la Slovaquie et le Sri Lanka. Il n'a pas vocation à être étendu pour le moment.

« Les utilisateurs nous disent qu'ils veulent voir plus facilement des contenus de leurs amis et de leur famille. Nous testons le fait d'avoir un espace dédié à cet effet et un autre espace pour les contenus des pages, Explorer » indique Adam Mosseri, en charge du flux d'actualités.

Le but de ce test est, selon Facebook, de comprendre si une telle séparation est perçue de manière positive et d'agir selon les résultats, en écoutant à la fois les retours des utilisateurs et des éditeurs. Mais il ne faut pas oublier qu'un tel changement aurait un autre impact positif pour Facebook : pour atteindre ses membres, les pages seraient obligées de payer de manière croissante.

Alors que la société s'approche des éditeurs pour leur proposer des solutions d'abonnement via Instant Articles, ils voient ici ce que pourrait être leur avenir : une solution annoncée comme gratuite, ce qui changera surement une fois qu'il leur sera proposé d'intégrer un paiement via Messenger… et qui nécessitera une mise en avant sponsorisée pour toucher réellement les utilisateurs.

Facebook apprécie déjà que les médias passent par ses services pour l'achat de trafic, et compte sans doute tout faire pour que cela continue. Une stratégie à double tranchant. Car face à des changements si radicaux, qui ont déjà mis en péril des secteurs et des sociétés comme le rappelle TechCrunch, certains pourraient décider de ne plus investir dans leur présence sur Facebook, jugée trop risquée sur le long terme.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Bouygues Telecom vient de renouveler ses promotions sur sa marque mobile « low cost », avec de nouvelles « Séries spéciales » valables jusqu'au 29 avril. Deux forfaits sont ainsi proposés au même tarif de 16,99 euros par mois , mais avec des options différentes.

Le premier propose 50 Go de 4G en France avec « Internet illimité le week-end », 10 Go de roaming en Europe, dans les DOM, aux États-Unis et au Canada.

Le second grimpe à 80 Go de 4G en France métropolitaine, mais le roaming est moins important : 8 Go seulement et uniquement en Europe et dans les DOM.

Si le second est une nouveauté, ce n'est pas le cas du premier (50 Go) qui était déjà proposé avec les mêmes options (FIS de l'ancien et du nouveau)… pour 14,99 euros par mois. Le terme « série spéciale » semble bien choisi.

Notez au passage que le forfait B&You en promotion à 9,99 euros par mois est reconduit, mais avec deux fois moins de data : 20 Go au lieu de 40 Go auparavant, toujours avec 4 Go en roaming.

Pour rappel, vous pouvez retrouver l'ensemble des forfaits des opérateurs sur notre site dédié : Tous les Forfaits.

Copié dans le presse-papier !

En préparation de la loi contre la cyberhaine, dite loi Avia, la commission des Lois de l’Assemblée nationale lance une consultation sur les contenus haineux ou injurieux en ligne sur Internet. Jusqu’au 12 mai, il est possible de répondre à un questionnaire sur le site officiel.

Les réponses « alimenteront la réflexion des membres de la commission des Lois et de leurs collègues ». Anonymes, elles seront dans un format ouvert et librement réutilisable.

Parmi les questions, vous devrez indiquer si vous avez déjà été victime ou témoin de contenus « haineux ou injurieux » (racistes, antisémites, sexistes, etc.) mais aussi les suites apportées aux éventuels signalements effectués auprès de l’hébergeur ou à la justice.

Autre question : « qui doit, selon vous, réguler les contenus haineux ou injurieux sur internet ? ». Dans les différents scénarios, il est envisagé l’intervention d’une administration ou d’une « autorité indépendante », qui pourrait être le Défenseur des droits, le CSA, l’HADOPI ou encore l’ARCEP. Et s’agissant des sanctions à l’encontre de ces propos, est imaginée une peine « d’interdiction temporaire d’accéder à Internet ou à un ou plusieurs sites »

Deux pistes respectivement dessinées par l’auteur de la PPL, la députée Laetitia Avia, et Emmanuel Macron.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, Amazon propose une version gratuite avec publicité de son service Music, mais uniquement sur Alexa aux États-Unis pour le moment.

Il permet d'écouter des listes de lecture et des milliers de « stations » basées sur un artiste ou un style par exemple. Rien n'est précisé sur une ouverture au reste du monde pour le moment.

Google fait de même avec YouTube Music sur Google Home. « “Ok Google, mets de la musique” vous permettra d’écouter gratuitement, sur l’ensemble de la gamme d’enceintes Google Home, des contenus musicaux via YouTube Music », mais « l’écoute sera quelquefois interrompue par des coupures publicitaires de 30 secondes ».

Cette fonctionnalité est disponible dans de nombreux pays, notamment en France.

Copié dans le presse-papier !

Après deux ans de travail, WebThings est presque prêt à prendre son envol. Cette implémentation du standard Web of Things du W3C par Mozilla permet le contrôle et la surveillance d’une infrastructure d’objets connectés.

WebThings est composé de deux éléments centraux :

  • WebThings Gateway, une distribution centrée sur la vie privée et la sécurité pour les passerelles matérielles
  • WebThings Framework, une bibliothèque de composants réutilisables pour les développeurs

La version actuellement fournie de Gateway, la 0.8, contient encore un certain nombre de fonctions expérimentales, notamment l’enregistrement des informations émanant des appareils connectés dans la maison. Cas le plus classique : la température, avec graphique à la clé.

L’idée derrière Gateway est à la fois de contrôler les appareils et d’en surveiller le fonctionnement. De nouvelles alarmes ont été ajoutées pour la fumée, le monoxyde de carbone ou encore la détection de mouvements.

WebThings Gateway va également bénéficier d’une autre version, développée sur la base de la distribution Linux OpenWrt, conçue justement pour les appareils embarqués. Il pourra alors être installé dans certains routeurs qui serviront de passerelles et de point d’accès Wi-Fi.

Copié dans le presse-papier !

Petite mise à jour d’entretien pour LibreOffice, dont la version 6.2.3 corrige environ 90 bugs divers. Les notes complètes sont réparties entre les moutures RC1 et RC2.

Il n’y a aucune nouveauté à signaler, mais en dépit des correctifs supplémentaires, la Document Foundation continue de recommander la version 6.1.5 pour les entreprises, « où les fonctions sont moins importantes que la robustesse ».