du 12 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Facebook lance Lasso pour contrer le phénomène TikTok

C’est sans fanfare que Facebook vient de lancer une nouvelle application, Lasso, destinée à concurrencer TikTok et son grand succès chez les jeunes utilisateurs. Elle a le même objectif, largement inspiré de Vine : créer et partager rapidement de courtes vidéos amusantes.

Lasso n’a été annoncée que via un tweet, sans communiqué de presse, et avec une disponibilité limitée essentiellement aux pays anglosaxons.

L’utilisation est calquée sur TikTok, de la même manière que les Stories Instagram (puis Facebook et WhatsApp) calquaient Snapchat. L’utilisateur s’enregistre pendant un maximum de 15 secondes en train de danser, chanter (fonction lipsync incluse) ou autre, puis la publie.

Disponible sur Android et iOS, elle fonctionne avec un compte propre ou en se connectant via Facebook ou Instagram. Lors du partage des vidéos, on peut publier en même temps dans les Stories Facebook, et prochainement celles d’Instagram.

On retrouve tous les outils habituels de ce genre d’application, avec filtres, stickers et autres. Les vidéos se retrouvent dans un flux, les contenus étant démarrés automatiquement. Chaque vidéo peut évidemment être accompagnée de hashtags, sur lesquels on peut appuyer pour filtrer les contenus. Les hashtags sont également utilisables dans la recherche.

Ne reste plus qu’à attendre la disponibilité en France et les inévitables comparaisons avec TikTok. En outre, Byte, le successeur officiel de Vines, doit arriver au printemps prochain. On assistera alors à une bataille entre l’application du moment, la copie par un mastodonte et l’héritière de celle qui avait lancé le concept.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

« Ça va nous permettre d’avoir un Qwant encore plus performant et de meilleure qualité alors qu’il reçoit de plus en plus de demandes ». Tristan Nitot revient sur la migration de Qwant sur Microsoft Azure.

Dans un billet de blog, le « Vice-Président Advocacy » de Qwant justifie le choix de l’entreprise américaine : « Nous avons tout d’abord essayé de travailler avec d’autres acteurs français et européens, mais Microsoft, avec son Cloud Azure, nous permet de faire des calculs de type FPGA et supporte aussi Kubernetes, ce qui est important pour nous et n’est pas encore suffisamment au point chez d’autres acteurs ».

Ce choix de passer par les serveurs Microsoft, entreprise déjà partenaire en particulier sur l’indexation des images (via Bing) et comme régie publicitaire, est donc assumé. « Nous indexons déjà 20 milliards de pages sur notre infrastructure, et donc nous voulons en indexer 80 milliards de plus sur des machines Azure. Nous conserverons de la capacité d’indexation sur notre infra et nous la ferons même grandir car il est essentiel de ne pas être trop dépendant d’un fournisseur, quel qu’il soit ».

Copié dans le presse-papier !

Les deux entreprises annoncent avoir signé un accord « définitif ». Cray a été fondée en 1972 et est spécialisée dans la conception de supercalculateurs.

Hewlett Packard Entreprise veut ainsi se renforcer dans le calcul intensif, utilisé dans de nombreux domaines (surveillance, intelligence artificielle, etc.). Pour rappel, plusieurs sociétés et même l'Europe se sont lancées dans la course à l'exascale, c'est-à-dire une machine avec une puissance d'au moins un exaflops, soit 10^18 ou un milliard de milliards d'opérations à virgule flottante par seconde.

HPE propose 35 dollars par action, soit environ 1,3 milliard de dollars pour Cray. En bourse, l'annonce a été accueillie avec joie puisque le titre a grimpé de plus de 20 % pour dépasser les 36 dollars. De son côté, l'action de HPE reste stable.

Copié dans le presse-papier !

En novembre dernier, à Versailles, la 26e Conférence générale des poids et mesures (CGPM) votait à l'unanimité les nouvelles définitions pour le kilogramme, le kelvin, la mole et l'ampère. La date d'entrée en vigueur des nouvelles définitions étaient programmée pour aujourd'hui, 20 mai.

Une petite révolution dans le monde de la mesure puisque l'ensemble des unités est désormais défini par des constantes physiques. Un changement important pour la science, toujours en quête de précision.

Copié dans le presse-papier !

Selon le Journal du Dimanche, la proposition de loi contre la haine en ligne, portée par la députée LREM Laetitia Avia, intégrera une peine d’interdiction d’utilisation des réseaux sociaux pendant une durée déterminée.  

L’idée avait été annoncée par Emmanuel Macron en février 2019 à l’encontre des individus condamnés pour des propos haineux. Elle n’était toutefois pas intégrée à la proposition de loi déposée fin mars à l’Assemblée nationale jusqu’à présent. La députée nous avait confié que le sujet exigeait « davantage d’auditions et de travaux ». « Je n’oublie pas non plus la réalité, tempérait la parlementaire,  rien n’empêche quelqu’un de se récréer un compte. On sait tous comment on peut user d’Internet et toutes ses possibilités ».

L’interdiction des réseaux sociaux soulève des questions métaphysiques : d’un, il n’y a pas de définition juridique du réseau social. Comment délimiter son champ ? De deux, cette interdiction sera-t-elle généralisée à l’ensemble de ces réseaux ou ne concernera-t-elle que les solutions identifiées par un tribunal (Mme Michu interdite de Facebook, mais non Twitter) ?

La « PPL »  Avia va prôner par ailleurs l’instauration d’un parquet spécialisé sur le numérique. Il serait installé à Nanterre, non loin de Pharos, la plateforme publique de signalement. Une idée simplement à l’étude à la chancellerie.

Copié dans le presse-papier !

L’autorité de la concurrence a décidé d’enquêter sur Alphabet Inc, Google LLC et Google Italie sur un éventuel abus de position dominante. En cause, le refus par elles d’intégrer l’application Enel X Recharge sur Andoid Auto, lequel permet « aux propriétaires de smartphones Android d'utiliser facilement et en toute sécurité certaines applications et fonctionnalités du téléphone lorsqu'ils conduisent un véhicule ».

Google est soupçonné d’avoir voulu prioriser Google Maps, où sont distillés plusieurs informations dont l’emplacement des bornes de rechange, soit la même information apportée par la solution éditée par Ente Nazionale per l'Energia Elettrica (Enel).