du 03 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

En avril, le réseau social élargissait son arsenal contre les contenus sexuels publiés sans consentement. Il teste désormais en Australie un outil de suppression automatisée des images mises en ligne.

Un internaute doit signaler sa crainte à une autorité dédiée à la sécurité en ligne (le commissaire eSafety en Australie). Il doit ensuite s'envoyer l'image via Facebook Messenger, selon ABC News. Une empreinte (hash) est alors générée et comparée à toute image mise en ligne par la suite. Le fichier n'est pas conservé.

L'essai doit être étendu par la suite au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Facebook essaie un outil bloquant le revenge porn
chargement Chargement des commentaires...