du 19 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Facebook en a marre des sites qui quémandent de l'engagement et va sévir : gare aux concours (et à TF1 One)

Avec l'arrivée des réactions sur le réseau social, certains administrateurs de page ont cherché des astuces pour tenter de générer artificiellement de l'engagement, garantissant une meilleure mise en avant de leurs publications.

Ainsi, les algorithmes de Facebook sont assez faciles à tromper avec un simple « Clique sur j'aime si tu es pour la paix dans le monde » ou « vote pour ton chat mignon préféré avec telle ou telle réaction ». Un dispositif bien connu des utilisateurs de Twitter.

Les équipes de Mark Zuckerberg se réveillent néanmoins et viennent de publier un billet de blog pour siffler la fin de la récré. On y apprend que toutes les publications se servant d'un dispositif « d'engagement bait » seront pénalisées. Les pages qui insisteront pourront elles aussi être touchées.

Attention tout de même : dans les cinq exemples donnés (vote, réactions, partage, tag et commentaire), on compte un cas typique de concours. « Partagez avec dix amis pour avoir la chance de gagner cette voiture » sera donc également considéré comme une pratique à bannir, de quoi refroidir quelques Community Manager qui ne génèrent leur croissance qu'à travers ces évènements.

Cela va passer par un modèle de type machine learning, spécialement entraîné à reconnaître ce type de publications. Facebook précise que les publications à la visée plus « noble » ne seront pas impactées : ceux qui demandent de l'aide, un conseil, recherchent une personne disparue, lèvent des fonds pour une cause, etc.

On se demande ainsi comment serait considérée la publication de TF1 One, qui a récemment osé le « Tous les 1 000 partages de cette vidéo, une famille Rohingya sera secourue », comme publication sponsorisée. Face à la réaction des internautes, elle a depuis été supprimée.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le constructeur a mis à jour son site qui permet de tout savoir des différents processeurs mis sur le marché, à la manière d'ARK chez Intel.

On peut ainsi découvrir les détails manquants pour les deux APU qui arrivent dans trois semaines, comme leur cache L2 de 2 Mo (qui implique un cache L3 de 4 Mo), le fait qu'ils seront livrés avec un ventirad Wraith Stealth ou leur TDP de 65 watts.

Reste maintenant à connaître leurs tarifs sur le marché français ainsi que leurs performances dans différentes circonstances. Pour cela, il faudra encore un peu de patience.

Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, Facebook annonce un nouvel investissement de 10 millions d'euros dans l'Hexagone, afin « d'accélérer l'innovation dans le domaine de l'intelligence artificielle ». Concrètement, le réseau social américain veut ainsi recruter une trentaine de doctorants, financer des bourses pour des étudiants, une dizaine de nouveaux serveurs, et « des jeux de données ouvertes pour les institutions publiques françaises ».

Un point encore assez flou, puisque la nature exacte des données n'est pas évoquée pour le moment. Le nombre total de chercheurs et d'ingénieurs dédié à cette activité en France chez Facebook doublerait enfin, pour atteindre 60 personnes.

En parallèle, le géant américain a annoncé vouloir former d'ici 2020, un million de personnes en Europe pour qu'elles apprennent « les compétences numériques dont elles ont besoin au travail ». L'éventail de techniques est assez large (et vague) puisque Facebook explique que les cours seront adaptés à chacun des participants, « les plus avancés pourront apprendre le code, tandis que d'autres apprendront peut-être à ouvrir un compte en banque en ligne ».

Les modalités d'accès à ces formations sont encore à découvrir.

Copié dans le presse-papier !

L'autorité de la concurrence italienne a lancé une enquête sur d'éventuelles pratiques d'obsolescence programmée dans le secteur des téléphones mobiles. Apple et Samsung sont directement ciblés par le gendarme italien, qui estime que les marques ne préviennent pas suffisamment que les mises à jour logicielles des téléphones peuvent avoir un impact négatif sur les performances.

Le groupe coréen assure vouloir coopérer avec les autorités, et affirme « ne pas fournir de mises à jour logicielles dans le but de réduire les performances des produits au fil de leur cycle de vie ».

On rappellera à toutes fins utiles que si certaines mises à jour peuvent avoir des effets plus ou moins visibles sur les performances des appareils, s'en passer complètement n'est pas non plus une solution idéale. Les mises à jour ont en effet souvent pour objectif de colmater des brèches de sécurité, dont les conséquences peuvent être plus importantes qu'un freeze d'une seconde en lançant une application.

Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, la société fournit de nouveaux chiffres à propos de l'ingérence russe dans l'élection américaine de fin 2016. En réponse à l'enquête du Congrès, Twitter affirme avoir suspendu 3 814 comptes, dont 1 000 nouveaux, ayant diffusé 175 993 tweets.

La société pointe toujours l'Internet Research Agency (IRA), identifié comme un organe de propagande russe et aurait prévenu par e-mail 677 775 membres américains ayant rediffusé des tweets de ces comptes.

En parallèle, plus de 50 000 comptes automatisés d'origine russe auraient diffusé des messages liés à l'élection, dont 13 500 nouveaux identifiés depuis le dernier décompte.

Pour 2018, la plateforme promet de s'appuyer plus encore sur le machine learning pour identifier les comptes frauduleux, tout en renforçant son contrôle des applications exploitant son API.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant explique que les premiers retours obtenus pointaient un prix était trop élevé (299 dollars/329 euros pour rappel). Il a donc décidé de revoir sa copie.

Le tarif officiel est désormais de 249 dollars, avec une garantie de quatre ans au lieu de trois. En contrepartie, deux bandeaux à LED et des câbles ont été supprimés du bundle. Le constructeur a également décidé de vendre sa carte mère via des canaux de distribution plus limités afin de réduire les coûts.

NZXT précise qu'il travaille avec ECS pour la production de sa carte mère. Cette dernière devra encore passer l'épreuve des tests indépendants afin de valider son intérêt face à son prix, qui reste tout de même assez élevé.

Dans tous les cas, la disponibilité est annoncée pour la fin du mois. Les clients ayant précommandé la N7 Z370 bénéficient également de la remise.