du 19 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Facebook en a marre des sites qui quémandent de l'engagement et va sévir : gare aux concours (et à TF1 One)

Avec l'arrivée des réactions sur le réseau social, certains administrateurs de page ont cherché des astuces pour tenter de générer artificiellement de l'engagement, garantissant une meilleure mise en avant de leurs publications.

Ainsi, les algorithmes de Facebook sont assez faciles à tromper avec un simple « Clique sur j'aime si tu es pour la paix dans le monde » ou « vote pour ton chat mignon préféré avec telle ou telle réaction ». Un dispositif bien connu des utilisateurs de Twitter.

Les équipes de Mark Zuckerberg se réveillent néanmoins et viennent de publier un billet de blog pour siffler la fin de la récré. On y apprend que toutes les publications se servant d'un dispositif « d'engagement bait » seront pénalisées. Les pages qui insisteront pourront elles aussi être touchées.

Attention tout de même : dans les cinq exemples donnés (vote, réactions, partage, tag et commentaire), on compte un cas typique de concours. « Partagez avec dix amis pour avoir la chance de gagner cette voiture » sera donc également considéré comme une pratique à bannir, de quoi refroidir quelques Community Manager qui ne génèrent leur croissance qu'à travers ces évènements.

Cela va passer par un modèle de type machine learning, spécialement entraîné à reconnaître ce type de publications. Facebook précise que les publications à la visée plus « noble » ne seront pas impactées : ceux qui demandent de l'aide, un conseil, recherchent une personne disparue, lèvent des fonds pour une cause, etc.

On se demande ainsi comment serait considérée la publication de TF1 One, qui a récemment osé le « Tous les 1 000 partages de cette vidéo, une famille Rohingya sera secourue », comme publication sponsorisée. Face à la réaction des internautes, elle a depuis été supprimée.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

De mi-juin à début juillet, l'opérateur proposait une édition spéciale de son forfait Free. Pour 0,99 euro par mois, elle intégrait des appels, SMS/MMS illimités, 50 Go de 4G+ et 3 Go par mois de roaming depuis l'Europe et les DOM. L'offre n'était valable que pendant un an, avant de revenir au forfait 100 Go classique (avec 25 Go par mois de roaming), pour 19,99 euros.

Comme les offres sur le fixe (lire notre analyse), cette édition spéciale 50 Go revient sur le site de l'opérateur pour… 8,99 euros par mois. En l'espace de 10 jours, cette promotion a donc vu son prix multiplié par 9. Là encore aucun engagement n'est imposé, et vous repasserez automatiquement sur le forfait Free 100 Go à 19,99 euros par mois au bout d'un an.

Espérons qu'il ne s'agit pas du nouveau forfait mobile, promis dans « moins de quatre semaines »... il y a déjà plus de huit semaines. Pour l'instant, cette « Série spéciale » n'est valable que jusqu'au 17 juillet.

Pour ceux cherchant une promotion valable sans limite de durée, Bouygues Telecom propose son forfait B&You 30 Go à 9,99 euros par mois, y compris au-delà de la première année, là encore avec 3 Go de roaming depuis l'Europe et les DOM.

Copié dans le presse-papier !

Comme le rapportent plusieurs de nos confrères, dont le Korea Herald et l'agence de presse Yonhap, l'annonce a été menée par LG en personne.

Le fabricant s'était déjà attaqué à Blu l'année dernière. Cette fois-ci, c'est donc le « Français » qui est dans le viseur, car il aurait violé trois brevets sur la 4G. Le procès se déroule à Mannheim, en Allemagne.

LG affirme avoir contacté Wiko à de multiples reprises depuis 2015, sans réponse. « Nous continuerons de prendre des mesures sévères contre les utilisations non approuvées de nos brevets sans paiements équitables » lâche un dirigeant de LG.

Copié dans le presse-papier !

Fin décembre, Synaptics faisait parler de lui avec son lecteur d'empreintes digitales à placer sous l'écran d'un smartphone. Nous l'avons ensuite retrouvé dans un terminal mobile Vivo.

Cette semaine, la société annonce une initiative commune avec AMD afin de proposer « une nouvelle référence dans le domaine de l'authentification biométrique hautement sécurisée via des empreintes digitales pour les ordinateurs portables basés sur la prochaine génération de puces Ryzen Mobile ».

Le capteur biométrique FS7600 dévoilé en juin par Synaptics sera utilisé de concert avec un CPU AMD et fonctionnera avec le « futur système de sécurité biométrique de Microsoft, comprenant Windows Hello ».

Une annonce encore vague, dont on espère qu'elle pourra généraliser la présence d'un lecteur d'empreintes digitales sur un ordinateur portable. Alors qu'il se démocratise sur les smartphones, y compris en entrée de gamme, trop de portables en sont encore dépourvus, y compris dans les machines orientées vers les professionnels.

Copié dans le presse-papier !

Comme chaque année, nous profitons de la période estivale pour nous reposer un peu et avancer sur différents projets. Ainsi, ces deux formats quotidien et hebdomadaire sont mis en pause.

Ils reviendront dès le 20 août, afin d'être parés pour la rentrée et l'arrivée d'INpact Hardware. Bien entendu, nous publierons également un bilan de l'actualité de l'été pour vous permettre de revenir sur les informations que vous auriez pu manquer.

Bonnes vacances à tous !

Copié dans le presse-papier !

Hier, la société annonçait le rachat (surprise) de l'éditeur de logiciels CA Technologies pour 18,9 milliards de dollars.

Le moins que l'on puisse dire c'est que le marché ne semble pas convaincu, puisque Broadcom dévisse en bourse et perd 19 milliards de capitalisation en l'espace de quelques heures.

De plus de 243 dollars, l'action est passée juste en dessous des 200 dollars lors de l'ouverture de la bourse (-19 %), avant de remonter doucement à près de 210 dollars en fin de séance (-14 %). De son côté, CA Technologies gagne 18,6 %.

« C’est l’acquisition la plus bizarre, hors de propos et non stratégique de la dernière décennie », affirme un analyste à Reuters.