du 04 octobre 2019
Date

Choisir une autre édition

Facebook contre-attaque les fuites avec une session de questions/réponses… publique

Cette semaine, la fuite d’un enregistrement audio permettait de plonger dans les détails d’une réunion entre Mark Zuckerberg et certains employés. Ces sessions ont lieu une fois par semaine et permettent à n’importe qui de demander son avis au PDG sur à peu près n’importe quoi.

The Verge avait obtenu l’enregistrement et publié une transcription complète. On pouvait y entendre notamment le patron afficher sa confiance en cas de choc juridique avec le gouvernement, dans le cas où Elizabeth Warren – qui souhaite le démantèlement des GAFAM – serait élue à la présidence américaine. La sénatrice avait d’ailleurs réagi promptement.

Et voilà que Facebook prend le contrepied de cette fuite en organisant une séance publique de questions/réponses avec des employés. Une session retransmise en direct cette nuit (début vers 2h du matin), où on peut observer un Zuckerberg très à l’aise, dans ce qui n’est plus désormais qu’un exercice de communication.

Il réitère son besoin de transparence avec ses employés, est satisfait de la confiance qu’il a bâtie dans l’entreprise et regrette en conséquence qu’elle ait été brisée par la dernière fuite. « Au point où j’en suis, je suis tellement mauvais en interviews, alors qu’est-ce qu’on a à perdre ? », philosophe le PDG.

Interrogé sur les réactions d’Elizabeth Warren, Zuckerberg promet : « J’essaierai de ne pas la contrarier davantage ». Il est également conscient que ses propos peuvent faire naitre un sentiment de « biais » de l’entreprise contre la candidate. Dans ces échanges, il y voit cependant une opportunité de « moment d’empathie », comme un déclic de compréhension réciproque.

On trouve quand même un sujet particulièrement intéressant dans l’entretien : la chiffrement de bout en bout. Suite à une lettre récente du procureur général américain (William Barr) réclamant une législation qui permettrait de plonger dans les messages de WhatsApp, Zuckerberg a redit sa volonté d’unifier les messageries de l’entreprise et d’y insérer le chiffrement E2E.

Une sécurité qui inquiète certains employés, car sa mise en place interviendra dans un contexte d’explosion des contenus pédopornographiques. Pour le PDG, ce n’est pas un problème : la détection des personnes impliquées dans ces échanges se fait mieux grâce à des modèles comportementaux qu’en trouvant les contenus eux-mêmes.

Enfin, interrogé sur les milliardaires, Zuckerberg répond que « personne ne devrait avoir autant d’argent ». Sa propre fortune est estimée à 67 milliards de dollars. « À un certain niveau, c’est injuste », poursuit le PDG. Mais il relativise rapidement : c’est peut-être « mieux que l’alternative, qui serait que le gouvernement décide de tout ». 

Et de rappeler la fondation Chan Zuckerberg Initiative créée avec sa femme, et ses contributions régulières à la recherche scientifique.

L’histoire ne dit pas ce que les employés ont pensé de l’exercice. La présence de caméras n’aura certainement pas facilité l’ambiance « réponses à cœur ouvert ».

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

WarnerMedia a conclu un accord exclusif avec GKids, distributeur américain du studio Ghibli aux États-Unis, comme l'indique Variety

« Nous sommes ravis de travailler avec HBO Max afin d’apporter la collection complète des films de Studio Ghibli aux téléspectateurs américains », affirme Koji Hoshino, président des studios Ghibli. Le lancement outre-Atlantique est prévu pour le printemps. 

C'est un changement de paradigme pour le studio, qui ne misait jusqu'à présent que sur les DVD/Blu-Ray et le cinéma. Hayao Miyazaki et Ghibli étaient en effet réticents à diffuser leurs films en streaming.

Cette annonce est tout de même surprenante puisque le contraire avait été annoncé pas plus tard que la semaine dernière : « Le Studio Ghibli ne propose pas ses films sous forme numérique, que ce soit en téléchargement ou en streaming, dans le monde entier [...] Ils continuent de croire que la présentation est vitale », affirmait mardi dernier GKids à Polygon.

Copié dans le presse-papier !

Vendredi, la société a inauguré son service pour les habitants de Christiansburg en Virginie. Elle affirme avoir obtenu une autorisation de la Federal Aviation Administration (FAA).

Wing explique que cet accord lui permet d'utiliser « plusieurs pilotes pour superviser plusieurs drones autonomes effectuant des livraisons commerciales simultanées pour le grand public ».

Pour la filiale d'Alphabet (Google), ce service « ouvre la voie au service de livraison par drones le plus avancé du pays ». Cette première expérience est réalisée en partenariat avec FedEx Express, Walgreens et le distributeur local Sugar Magnolia.

Copié dans le presse-papier !

La première version de la distribution est sortie en octobre 2004 et portait le numéro de version 4.10. Une nomenclature année/mois qui ne s’est jamais démentie depuis.  

Le nom-même « Ubuntu » résume une philosophie venant d’Afrique et signifiant « Je suis ce que je suis à cause de ce que nous sommes tous ». Dans un esprit d’interconnexions et de partage, l’icône de la distribution représente trois personnes en cercle se tenant par les mains.

Warty Warthog, comme s’appelait la première mouture, faisait partie de ces rares distributions à l’époque à pouvoir s’installer depuis un unique CD. L’orientation du système était déjà plantée : basée sur Debian, elle proposait une utilisation simplifiée, avec notamment un accent mis sur la détection du matériel.

Ubuntu 4.10 était livrée avec le bureau GNOME 2.8, Firefox 0.9, la suite bureautique OpenOffice.org 1.1.2 ou encore le client email Evolution 2.0. Le gestionnaire de paquets était alors Synaptic et la distribution comportait certains vieux noms comme GAIM, GIMP, gFTP ou encore Xchat. 

15 ans plus tard, on ne peut nier le chemin parcouru et l’impact majeur du système sur l’informatique en général, par sa volonté de simplifier de nombreuses étapes pour l’utilisateur. 

Ubuntu a également essaimé dans toutes les directions. On lui connait ainsi plusieurs variantes majeures et officielles, basées sur d’autres environnements de bureau ou thématiques, comme Kubuntu, Ubuntu Budgie, Ubuntu MATE ou Edubuntu. De nombreuses distributions sont également basées sur le système (environ 75), comme Linux Mint, elementary OS ou encore Pop!_OS (dont la version 19.10 vient justement de sortir).

Rappelons qu’Ubuntu 19.10 est sortie en fin de semaine dernière. Une amélioration en douceur, avant l’importante version 20.04 LTS, attendue pour avril prochain et qui sera supportée cinq ans (contre neuf mois pour les versions classiques).

Copié dans le presse-papier !

Il s'est éteint vendredi, à l'âge de 62 ans. Les raisons ne sont pas précisées indique l'AFP, mais il était gravement malade depuis des mois et avait pris un congé pour raisons de santé en septembre. 

Avant d'arriver chez Oracle, il était passé par la direction de Hewlett-Packard et NCR Corporation. 

Larry Ellison (président du conseil d'administration) et Safra Catz (co-directeur général) continuent d'assurer leurs fonctions à la tête d'Oracle.  

Copié dans le presse-papier !

Il y a trois semaines, Elon Musk tenait une conférence de presse au pied du premier prototype grandeur nature de la partie supérieure de sa fusée Starship (50 mètres tout de même). 

Le PDG avait expliqué qu'un second prototype MK2 était en cours de construction sur un autre site en Floride. Les deux équipes travaillent de manière indépendante afin de stimuler la compétition selon Elon Musk.

Il y a quelques jours, le photographe John Winkopp a publié une vidéo aérienne de l'usine de Cocoa en Floride, comme l'a repéré CNBC. On peut y voir le MK2 en cours de construction, avec des anneaux encore posés au sol.

MK3 sera ensuite construite dans la même usine que MK1, tandis que MK4 (qui devrait être la première à aller dans l'espace) sera assemblée à Cocoa.