du 25 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Facebook catalogue les publicités politiques achetées aux États-Unis

Le réseau social publie une base de données de la propagande politique qu'il a diffusé, en amont de l'élection législative de mi-mandat outre-Atlantique, début novembre.

La société propose un moteur de recherche, pour mesurer les investissements d'acteurs particuliers.

Comme le note Reuters, 256 millions de dollars ont été dépensés sur Facebook, par des sociétés comme Exxon Mobil ou Unilever, pour encourager le vote et influencer les résultats. La base contient tout message à coloration politique.

Le service clés-en-main s'ajoute aux outils pour développeurs (API) lancés en août dernier pour consulter cette base.

Facebook rappelle que toute entité voulant publier une réclame politique outre-Atlantique doit confirmer son identité. Les messages sont ensuite distingués des autres dans le fil d'actualité des utilisateurs.

Les outils de transparence sont aussi prévus au Brésil et au Royaume-Uni, avant les prochaines élections. Facebook est d'ailleurs vertement critiqué au Brésil, WhatsApp étant une plateforme de choix pour la diffusion de désinformation.

Il y a un an, Facebook faisait un premier pas vers la transparence publicitaire, en affichant l'ensemble des publicités achetées par une page sur le réseau social, Instagram et Messenger. Un mouvement commun avec Twitter, tous deux sous pression des parlementaires américains sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle de 2016.

chargement Chargement des commentaires...