du 30 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Facebook bloque les extensions liées à la transparence des publicités politiques

Plusieurs outils de transparence publicitaire ne fonctionnent plus. Provenant de ProPublica, Mozilla ou WhoTargetsMe, ils permettaient de connaître une foule de détails sur des publicités, notamment qui elles visaient et selon quels critères.

Cette « panne » est une conséquence directe d’un changement opéré chez Facebook. Le réseau social ne s’en défend pas : « Nous améliorons régulièrement la manière dont nous prévenons les accès non autorisés par les [programmes] tiers comme les plugins de navigateurs pour garder les informations des gens en sécurité ».

Facebook bâtit parallèlement une base de données sur ses publicités politiques, censées être marquées comme telles. Une volonté dans le sillage des multiples annonces autour de la protection des accusations, l’entreprise étant sous pression depuis les élections présidentielles américaines de 2016.

Problème selon ProPublica, cette archive n’est accessible que dans trois pays et manque d’informations essentielles, notamment le ciblage par les publicités de critères très sensibles comme la couleur de peau, l’ethnie, les croyances religieuses, etc.

L’archive est également incomplète selon nos confrères, certaines campagnes n’étant tout simplement pas référencées. Plusieurs ont été trouvées et signalées à Facebook, qui les a supprimées, promettant une enquête. Ces publicités auraient dû en effet être marquées comme « politiques ».

L’archive de Facebook va cependant être ouverte dans les prochains mois à davantage de pays, notamment ceux où des élections doivent avoir lieu prochainement, dont le Canada, le Guatemala, Israël et l’Ukraine.

Selon le sénateur Mark Warner, la décision de Facebook de couper l’accès aux outils tiers est « très inquiétante ». Ces extensions permettent en effet de percer à travers « le monde opaque et souvent trompeur de la publicité en ligne ».

Le sénateur travaille justement sur un texte de loi, le Honest Ads Act, qui rendrait obligatoires les informations précises sur les publicités politiques. Il doit être réintroduit au Congrès cette année après un premier échec. S’il était adopté, il forcerait notamment Facebook à communiquer les critères sensibles de ciblage des publicités.

chargement Chargement des commentaires...