du 23 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Facebook admet son potentiel corrosif pour la démocratie

Samidh Chakrabarti, directeur produit chez Facebook, s'est lancé dans le difficile exercice de répondre aux questions revenant régulièrement aux oreilles de l'entreprise.

Il admet ainsi que des acteurs russes ont pu transformer le réseau social en « arme à information », capable de saper la « démocratie américaine ». Facebook « a été très lent à reconnaître » ce phénomène.

Il rappelle que le service a été initialement créé pour connecter les amis et la famille, et qu'il n'a pas nécessairement été préparé à affronter de tels phénomènes. Faut-il y voir l'une des raisons majeures de la future réorientation du flux vers les contacts ?

Dans tous les cas, Facebook est un réseau social : « Au mieux, il nous permet de nous exprimer et d'agir. Au pire, il permet à des gens de diffuser de la désinformation et de corroder la démocratie ». Des mesures ont donc été prises, notamment une confirmation d'identité pour les acteurs émettant des publicités relatives à des élections.

Le responsable souligne la difficulté de ces combats, notamment les différentes formes d'intimidation politique, dont les nuances (essentiellement culturelles) peuvent échapper à vérification faite par les machines.

Il reconnaît que ces phénomènes existent, tout comme celui de la fameuse « chambre d'écho », donnant parfois aux utilisateurs la sensation que la plupart des gens sont d'accord avec eux : s'entourant naturellement de personnes proches ou simplement par soutien public à certains posts sur le mur, les avis peuvent donner l'illusion d'une grande convergence. Chakrabarti estime cependant que ce type de scénario est difficile à combattre, puisqu'il s'agit avant tout d'un comportement humain.

Il est évident que cette communication est le dernier symptôme en date d'une prise de conscience chez Facebook. Les bases de l'entreprise tremblent devant les accusations formulées, particulièrement depuis l'élection de Donald Trump. Avec toujours en filigrane la crainte d'une chute du chiffre d'affaires.

L'exercice reste néanmoins intéressant, tout comme les différentes réactions que l'on peut lire sous le long texte, auxquelles répond d'ailleurs parfois Samidh Chakrabarti.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Pour les revendeurs, l'année se découpe en plusieurs grandes périodes commerciales. On compte des périodes de soldes en janvier et juin, puis la rentrée en septembre. Pour les fêtes de fin d'année, le Black Friday venu des États-Unis leur permet de faire exploser leurs chiffres en quelques jours.

Une « habitude » qu'ils aimeraient bien reproduire dans la seule période « molle » actuelle : celle entre mars et mai. Mais fautes de retours des soldes flottants, il faut s'organiser. Ainsi, plusieurs enseignes françaises viennent de s'associer pour initier les « French days » qui se tiendront du 27 avril au 1er mai.

Boulanger, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Rue du Commerce et Showroomprivé sont concernés. On notera l'absence d'Amazon, ces partenaires cherchant à « valoriser l'e-commerce français ». Il sera intéressant de voir la réaction de l'américain. Lancera-t-il également des promotions pendant ces quelques jours pour marquer le coup ?

La promesse de ce « BlackFriday à la française » est celle d'une « expérience client inédite, qui réponde aux nouveaux modes de consommation des Français et les familiarise encore davantage au commerce digital », rien de moins. Pour les six partenaires, « les consommateurs français apprécient les opérations de promotion spéciales, en plus des deux rendez-vous traditionnels des soldes d’été et des soldes d’hiver ».

Rappelons au passage que, hors période de soldes, il est interdit à un revendeur de pratiquer la vente à perte. Les promotions proposées seront donc limitées à ce cadre. Pour rappel, les soldes d'été commencent cette année le 27 juin, et dureront jusqu'au 7 août (hors dérogations locales).

Bien entendu, vous pourrez vous aider des trouvailles de notre équipe en charge des bons plans pendant cette période, qui distinguera pour vous les bonnes affaires des offres peu intéressantes.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir passé LCI sur la TNT gratuite et mené la guerre à ses distributeurs pour augmenter ses revenus, TF1 s'attaque à un nouveau front pour renforcer son modèle économique face aux évolution du secteur : la publicité TV.

On sait la société très active dans le domaine du ciblage qui pourrait être autorisé via les FAI dans le domaine de la publicité adressée (interdite actuellement). Mais une autre possibilité est actuellement poussée auprès du CSA : une coupure supplémentaire dans les films.

Une demande effectuée lors de l'audition de TF1 par la mission d'information sur la nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l'ère numérique ce mercredi. Interrogé par Europe 1, le président par intérim du CSA a indiqué hier qu'il y a actuellement une asymétrie avec les autres acteurs et que cela les mettrait « à jeu ».

Sans donner de position, il a indiqué que le CSA n'était pas directement en charge de cette question, mais est le garant de la bonne santé économique du secteur. Gageons que les concurrents de TF1 sauront également faire valoir leur position en la matière, notamment du côté de M6.

Le site du Conseil indique qu'actuellement, sur les chaînes privées, « les œuvres cinématographiques et audiovisuelles ne peuvent pas faire l'objet de plus de deux interruptions publicitaires. Et concernant les œuvres cinématographiques, elles doivent se limiter à une durée de six minutes au total ».

Copié dans le presse-papier !

Les Ryzen en 12 nm et chipsets X470 du constructeur ont été lancés hier (voir notre analyse). AMD a donc mis à jour quelques-unes de ses solutions logicielles.

D'abord Ryzen Master, surveillant les fréquences et tensions du CPU, tout en accédant à des fonctionnalités d'overclocking. La mouture 1.3 ajoute des fonctionnalités spécifiques aux nouveaux Ryzen, mais se veut aussi plus complète.

Dans le même temps, AMD diffuse StoreMI, guide d'utilisation à l'appui. Pour rappel, il s'agit de la technologie FuzeDrive d'Enmotus, permettant d'utiliser HDD, SSD et mémoire au sein d'un même espace de stockage. Elle est proposée pour 20 dollars à ceux équipés d'un chipset de la série 300, mais gratuitement dans le cas du X470.

AMD n'a mis qu'hier à disposition de la presse cet outil, ce expliquant le peu de tests actuellement. Nous reviendrons sur ce qu'il apporte dans les prochaines semaines, après le test des nouveaux Ryzen 5/7.

Copié dans le presse-papier !

La pratique consiste à faire passer un service par une grande plateforme pour contourner la censure. Si un gouvernement tente de le bloquer, il se retrouve à bannir avec lui l'ensemble des clients de l'hébergeur.

Cette méthode est utilisée, sous une forme particulière, par Telegram en Russie, passant par les infrastructures d'Amazon et Google. L'autorité des télécoms tente d'en barrer l'accès depuis plusieurs jours, en bloquant plus de 15 millions d'adresses IP, mettant hors ligne de très nombreux sites, y compris Twitch et Viber.

Telegram refuse de fournir les clés de chiffrement de certaines conversations, réclamées par les autorités russes. Il y a quelques jours, un changement technique du Google App Engine a bloqué le domain fronting. Plusieurs associations se sont élevées contre cette décision, dont AccessNow.

« Google a longtemps clamé son support de la liberté sur Internet partout dans le monde, et elle a respecté cette croyance de bien des manières. Permettre le domain fronting a signifié que des millions de personnes ont pu disposer d'un Internet plus libre et profiter de leurs droits humains. Nous exhortons Google de se souvenir de son engagement pour les droits de l'Homme et la liberté sur Internet en permettant au domain fronting de continuer » écrit l'organisation.

À The Verge, Google répond que la modification du réseau était prévue de longue date et que le domain fronting n'a jamais été officiellement permis.

Copié dans le presse-papier !

La célèbre licence de Croteam revient pour un nouvel opus, sept ans après le précédent. Une période surtout passée à proposer de petits dérivés et autres versions consacrées à la VR.

Mais cette fois, c'est la bonne et le jeu sera présenté à l'E3 de Los Angeles en juin. Pour le moment, on peut juste voir Sam sur une moto faire face à ses amis kamikazes.

Outre la promesse d'une masse toujours plus importantes d'ennemis, nous n'apprendrons donc rien, pas même sur la fiche Steam consacrée au jeu.