du 23 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

La branche italienne du réseau social a passé un accord avec le fisc pour des arriérés d'impôts entre 2010 et 2016, annonce la Garde des finances.

Des accords similaires ont déjà été passés avec Amazon (100 millions d'euros), Apple (300 millions d'euros) et Google (306 millions d'euros). Pour ce dernier, il s'agissait d'un contentieux sur des bénéfices faits en Italie mais déclarés en Irlande entre 2009 et 2013.

L'Union européenne envisage toujours une taxe communautaire de 3 % sur le chiffre d'affaires de ces groupes sur le vieux continent. Poussée par le ministre de l'Économie français, Bruno Le Maire, elle peine encore à obtenir l'aval (nécessaire) de tous les États-membres, au prétexte de travaux similaires au niveau mondial à l'OCDE.

Facebook accepte de payer 100 millions d'euros d'arriérés d'impôts en Italie
chargement Chargement des commentaires...