du 07 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

Facebook a partagé de nombreuses données avec 60 fabricants de smartphones

L'information a été révélée le 3 juin, par le New York Times. Il y a dix ans, à l'époque où de multiples systèmes mobiles étaient encore sur le marché, Facebook a confié l'accès à de nombreuses fonctions de sa plateforme (messagerie, boutons J'aime, carnet d'adresses…) aux constructeurs. L'objectif : intégrer les fonctions du réseau social, sans que Facebook n'ait à les créer lui-même.

Problème, pointé par le NYT : les données d'amis sont tombées dans l'escarcelle des constructeurs, possiblement même si les membres en question ont interdit leur partage. Un journaliste a pu récupérer des données de ses 556 amis via l'application Hub d'un smartphone Blackberry. Apple et Samsung comptent aussi parmi les partenaires.

L'extinction du programme a commencé en avril, mais de premières inquiétudes internes sont apparues dès 2012. Facebook répond que 22 de ces partenariats ont été coupés et insiste sur les contrats noués avec ces entreprises. Elle nie le partage de données de membres l'ayant interdit.

Le Congrès américain s'est rapidement emparé du sujet. Le réseau social a révélé que les fabricants chinois Huawei, Lenovo, Oppo et TCL comptent parmi ces partenaires, ravivant les peurs de transfert de ces données personnelles hors des frontières. Le comité du commerce du Sénat compte donc interroger l'entreprise, qui se dit ouverte aux questions. Un acte de contrition de circonstance.

L'affaire fait écho à celle de Cambridge Analytica, la société de ciblage électoral qui a récupéré les données de dizaines de millions de membres (jusqu'à 87 millions) via un quiz en 2014 (voir notre analyse). L'application avait permis à un chercheur de Cambridge de siphonner les données d'amis de 270 000 utilisateurs, ensuite confiées à la société. Le scandale a provoqué un serrage de vis chez Facebook et des auditions de Mark Zuckerberg devant le Congrès américain et le Parlement européen.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Alors qu'Oppo vient d'en annoncer un 15 fois plus grand (mais sans donner de dimensions précises), Xiaomi lui emboîte le pas par l'intermédiaire de son président et cofondateur Lin Bin.

Selon une publication Weibo repérée par The Verge, le capteur mesurerait 25 x 50 mm. Selon le dirigeant, ce nouveau capteur peut sortir de veille et déverrouiller le smartphone en un clic.

Rien n'est par contre précisé concernant l'arrivée de ce capteur dans un smartphone Xiaomi (ou un autre).

Copié dans le presse-papier !

C'est la continuité d'un vaste plan lancé il y a déjà plusieurs années et ne concernant pas que Tesla. Plusieurs dizaines de millions de véhicules sont en effet concernés. En cause : des airbags défectueux fabriqués par l'équipementier Takata, qui a depuis déposé le bilan.

Les Model S de 2012 ont été rappelées en janvier 2017, celles de 2013 en janvier 2018 et c'est désormais au tour des Model S de 2014 à 2016. Une foire aux questions est disponible par ici.

Selon TechCrunch, 14 123 Model S sont concernées par ce rappel en Chine. Ce pays n'est pas le seul concerné puisqu'il s'agit d'une campagne de rappel mondiale, mais le fabricant ne donne pas de chiffre détaillé par marché.

Copié dans le presse-papier !

Cette nouvelle mouture se veut plus simple à utiliser à son premier démarrage, avec des éléments guidant l'utilisateur en lui suggérant des actions. Jetbrain Webstorm est désormais reconnu comme un éditeur tiers.

En cas de tentative de commit sur des fichiers de plus de 100 Mo, une alerte sera affichée, renvoyant vers l'utilisation de Git LFS s'il n'est pas installé.

Copié dans le presse-papier !

Après environ trois mois de péripéties, Microsoft débute finalement le déploiement automatique de la mise à jour October 2018 pour Windows 10.

Le fonctionnement est habituel : les machines les plus « compatibles » d’abord, puis par étapes successives les autres. Selon l’historique des mises à jour précédentes, il faut jusqu’à trois mois pour que tous les appareils compatibles soient servis. Les dernières seront donc concernées au moment où l’évolution majeure suivante sera déjà là, ou sur le point de l’être.

La version distribuée n’est évidemment plus la même qu’à ses débuts. De nombreux correctifs sont intervenus depuis, ce qui n’avait rien d’un luxe, tant les problèmes ont été nombreux : suppression de données personnelles, pilotes Intel Graphics, conflits avec certains antivirus, cartes Radeon non supportées ou encore incompatibilités avec des clients VPN. Pour la plupart de l’histoire ancienne.

C’est aussi à ça que sert le déploiement progressif. La mise à jour ne sera en effet offerte dans un premier temps qu’aux machines sur lesquelles aucune de ces situations particulières n’a été détectée.

Notez qu’il est toujours possible de se rendre dans les Paramètres de Windows 10 et de déclencher soi-même le téléchargement en cliquant sur « Rechercher », dans la section « Mise à jour et sécurité ». Le changement s’adresse donc aux utilisateurs laissant leur machine s’occuper de tout.

Copié dans le presse-papier !

Question de survie pour certains, de visibilité pour d'autres. Google News est un important acteur pour de nombreux sites d'actualités.

Pour bien commencer l'année, le moteur de recherche propose un guide de bonne conduite pour être bien référencé. Il est notamment question de proposer des titres clairs, des heures et dates de publications précises, d'éviter la duplication de contenu et de jouer la carte de la transparence.