du 04 mars 2019
Date

Choisir une autre édition

Facebook : le numéro de téléphone au centre d'une nouvelle polémique

Nouveau jour, nouvelle actualité liée à la vie privée sur Facebook. Cette fois avec le numéro de téléphone, déjà au centre de bien des problèmes. Le réseau social n’a en effet bloqué que l’année dernière la possibilité de chercher un profil par son numéro de téléphone.

C’est Jeremy Burge, directeur générale d’Emojipedia, qui s’en est pris à Facebook au travers d’un long fil sur Twitter. Il a remarqué de nombreux comportements troublants, comme l’apparition de son numéro dans Instagram alors qu’il n’est pas lié à son compte Facebook.

Instagram lui a spontanément demandé s’il souhaitait se servir du fameux numéro pour « réinitialiser le mot de passe, voir des publicités plus pertinentes, recevoir des notifications par SMS et trouver des amis ». Une demande apparue quelques jours après avoir fourni le numéro à Facebook pour activer la double authentification.

Il relie le constat au grand projet de Facebook d’unifier ses infrastructures techniques pour le réseau social lui-même (et donc Messenger), Instagram et WhatsApp. Conséquence, supprimer l’un des services permettrait de garder les informations associées tant que l’utilisateur en possède au moins une autre, puisque les données seraient partagées.

Les tweets de Burge ont été repérés par l’expert en sécurité Zeynep Tufekci, critiquant Facebook à son tour, accusant l’entreprise de se servir de la sécurité comme d’un moyen d’abaisser le niveau de vie privée.

La conclusion est la même : un numéro de téléphone donné uniquement pour des raisons de sécurité ne devrait pas se trouver synchronisé dans le profil et repris dans les autres applications appartenant à Facebook. Un souci d’autant plus sérieux que l’on toujours retrouver un profil avec un numéro de téléphone, quand on synchronise par exemple son répertoire avec le réseau social.

Alex Stamos, ancien directeur de la sécurité chez Facebook, s’est lui aussi fendu d’un tweet pour attaquer son ex-employeur : « Facebook ne peut pas réclamer de manière crédible la 2FA pour des comptes à haut risque sans la séparer des recherches et publicités ».

Interrogée par TechCrunch, l’entreprise a confirmé que par défaut, le profil était accessible à toute personne ayant le numéro (pas directement, mais quand même). Un choix du réseau pour faciliter la mise en contact.

L’entreprise assure apprécier les retours des utilisateurs sur le sujet, mais « ne communique pas sur ses plans futurs ». En clair, l’éditeur ne compte pas remédier au problème dans l’immédiat.

Peut-être quand la pression sera devenue plus forte, une fois cette nouvelle polémique reliée à toutes les autres. Elle n'est d'ailleurs pas entièrement nouvelle, mais vient de gagner en intensité.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

C'est du moins ce que laissent penser des morceaux de code dans l'application Android d'Uber, comme l'explique TechCrunch en reprenant une découverte de Jane Manchun Wong.

Interrogé, un porte-parole d'Uber indique simplement que la société « réfléchit toujours à de nouvelles manières d'améliorer l'expérience Eats ». « Il a refusé de donner d'autres détails, ce qui pourrait laisser supposer un lancement imminent », ajoutent nos confrères.

Il faut maintenant attendre le lancement de l'offre pour voir à quoi donnent droit exactement les 9,99 dollars par mois, et dans quelles conditions. Cette offre pourrait être l'occasion pour Uber d'essayer d'écraser la concurrence en gardant captifs les clients, quitte à encore perdre de l'argent pour l'instant.

Copié dans le presse-papier !

Pas de surprise, Steam Chat fait exactement ce que son nom laisse supposer : elle « inclut de nombreuses fonctionnalités clés du chat du client de bureau ».

Vous avez ainsi accès à votre liste d'amis, aux chats individuels ou en groupe, aux liens d'invitations, aux notifications personnalisables, etc.

Pour rappel, la semaine dernière l'application Steam Link était de retour sur iOS et Apple TV, quasiment un an après s'être fait rejetée.

Copié dans le presse-papier !

Après l'annonce de son studio, le PDG de Sony Pictures Entertainment, Tony Vinciquerra, annonce avoir conclu un contrat pour adapter Twisted Metal en série, sans donner plus de détails. De nombreux titres de cette saga de combats motorisés sont sortis entre 1995 et 2012.

Il en profite pour revenir sur le film Uncharted qui serait en « développement avancé ». Pour rappel, ce serpent de mer revient régulièrement à la surface, lors de l'annonce d'un nouveau réalisateur après le départ du précédent.

Fin 2018, Allociné proposait une rétrospective des annonces et rebondissements en tout genre après le départ de Shawn Levy, depuis remplacé par Dan Trachtenberg (10 Cloverfield Lane).

Copié dans le presse-papier !

« Les usages de plateformes dématérialisées de streaming audio et vidéo et de jeux vidéo en ligne ont pour conséquence une hausse exponentielle de la consommation d'énergie. Avec l'arrivée de nouvelles technologies telles que la 4K, la 8K et la 5G ainsi que l'usage des écrans HD, cette tendance ne fera que s'accélérer » s’inquiète le député Fabrice Brun, au travers d’une question écrite transmise hier au secrétaire d’État au Numérique, Cédric O.

L’élu LR juge qu’il est aujourd’hui « nécessaire » de « faire évoluer les pratiques des serveurs de stockage ». Il plaide en ce sens pour « une politique raisonnée des besoins en bande passante réduisant la facture environnementale des éditeurs de logiciels utilisés par les plateformes précitées ».

Son idée ? Obliger les éditeurs de logiciels à « consacrer un budget déterminé de recherche et développement afin de pratiquer une écriture plus vertueuse en terme environnemental du code informatique ». Il demande ainsi à Cédric O de se positionner sur cette piste, et suggère même au gouvernement de « mobiliser ses partenaires afin d'intégrer ces questions au programme de la prochaine COP25 qui se tiendra au Chili en novembre 2019 ».

L’exécutif dispose théoriquement de deux mois pour répondre aux questions écrites.

Copié dans le presse-papier !

Selon le Premier ministre, le « grand débat » organisé suite à la crise des « Gilets jaunes » devrait coûter aux alentours de 12 millions d’euros aux finances publiques. Interrogé il y a plusieurs semaines par le député Nicolas Dupont-Aignan, Édouard Philippe vient surtout de détailler les différents postes de dépenses de l’opération.

Parmi lesquels :

  • 1,1 million d’euros pour la « plateforme numérique » (confiée au prestataire Cap Collectif, non sans provoquer certains remous)
  • 3,25 millions d’euros pour le traitement et l’analyse des données (« dont : Numérisation, indexation et archivage des contributions en format libre par la Bibliothèque nationale de France et son sous-traitant : 330 k€ ; Transcription : 620 k€ ; Traitement et analyse des données issues des contributions libres : environ 900 K€ »)
  • 1,4 million d’euros pour le traitement et l’analyse des données issues de la plateforme numérique
  • 2,6 millions d’euros pour les « conférences citoyennes régionales en métropole »
  • 1,6 million d’euros de « plan de communication »
  • 142 000 euros pour le numéro vert assuré par Téléperformance

« Les chiffres définitifs seront connus fin mai » conclut le chef du gouvernement, qui précise néanmoins que toutes ces dépenses seront « couvertes par le budget de l'État ».