du 14 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Lors d’une conférence hier soir, Facebook a fait plusieurs annonces importantes dans le domaine du développement logiciel.

D’une part, l’outil SapFix, capable d’analyser le code, de reconnaître les bugs, de tester différentes solutions puis de proposer au développeur ce qui lui semble être le meilleur patch.  Il est utilisé par Facebook sur son propre code, et devrait être proposé aux tiers plus tard.

D’autre part, Facebook a signé avec plusieurs des principaux fondeurs travaillant dans le domaine de l’IA – Cadence, Esperanto, Intel, Marvell, and Qualcomm – pour qu’ils utilisent le compilateur Glow. Ce dernier, passé en open source au printemps dernier, permet une compilation des modèles en tenant compte des accélérations matérielles disponibles.

Problème pour Facebook, la dépendance aux puces tierces. Contrairement à Apple, Google ou Microsoft, Facebook ne produit aucune technologie matérielle par elle-même. L’entreprise doit donc s’adapter aux puces des autres, pour en devenir un partenaire privilégié.

Comme l’indique TechCrunch, le mouvement protège également Facebook contre l’avènement d’un leader dont la technologie supplanterait la concurrence. Si un vainqueur devait émerger, Glow serait déjà prêt.

Facebook : le compilateur Glow désormais utilisé par les principaux fondeurs
chargement Chargement des commentaires...