du 13 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Facebook : fin de la bataille avec Apple sur les abonnements, des breaking news à venir

À l’automne dernier, Facebook lançait un outil autorisant les éditeurs à encapsuler leurs articles dans un paywall sur le réseau social. L’idée était alors d’orienter les lecteurs vers la page d’abonnement du média au-delà d’un certain nombre d’articles lus gratuitement. Avec les dangers que cela comporte.

En plus de la version web classique, l’outil n’était finalement sorti que pour Android. Les négociations avaient échoué avec Apple : tout abonnement vendu sur iOS doit passer par les 30 % prélevés par Cupertino. Facebook ne réclame (pour l’instant) rien à la presse pour son outil de paywall, mais la situation est claire avec Apple depuis longtemps.

On ne sait pas comment, mais la hache de guerre a été enterrée. La responsable presse de Facebook, Campbell Brown, a confirmé la nouvelle selon Recode, sans donner la moindre explication supplémentaire. Il est cependant probable que les 30 % habituels aient été imposés. Rappelons que depuis juin 2016, cette part tombe à 15 % sitôt la première année d’abonnement écoulée.

Parallèlement, Campbell Brown a annoncé que la section Watch de Facebook allait accueillir prochainement une nouvelle section : les « breaking news ». Watch a été lancée l’année dernière, mais aux États-Unis seulement. La section fournit des vidéos d’actualités, Facebook se concentrant sur la presse locale pour se différencier des grands médias.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans tout juste un mois, le règlement européen sur la protection des données entrera en vigueur, avec de nombreux changements à la clé. Les géants du Net (et les autres) se préparent et mettent à jour leurs conditions d'utilisation et politique de confidentialité.

Dropbox et WhatsApp passent ainsi l'âge minimum pour utiliser leur service à 16 ans dans certains pays, dont la France. Le service d'hébergement de fichiers ajoute également un accord de traitement des données à son service business.

De son côté, Twitter en profite pour rendre ses conditions plus facilement lisibles et compréhensibles, c'est du moins l'annonce faite par le réseau social.

Copié dans le presse-papier !

La marque au carré rouge continue de déployer de manière soutenue des antennes 4G au fil des observatoires de l'ANFR. L'opérateur publie un point d'étape et revendique 96 % de la population au 31 mars et espère atteindre 99 % à la fin de l'année. Il rejoint ainsi Orange (96 % depuis janvier) et dépasse Bouygues Telecom (95 %).

L'opérateur en profite pour ajouter de la 4G+ jusqu'à 300 Mb/s (via l'agrégation de bandes de fréquences) dans 14 nouvelles villes. Rappelons que ces chiffres ne concernent que la population, pas le territoire, et qu'ils ne reflètent pas la qualité de service.

Copié dans le presse-papier !

Un peu plus de 18 mois après les 960 Pro et Evo, le fabricant dévoile la relève. Ils sont au format M.2 PCIe 3.0 x4 (NVMe), avec des capacités de 250 Go à 2 To pour les 970 Evo, contre 512 Go et 1 To pour la version Pro.

Les nouveaux SSD exploitent des puces maison de V-NAND (64 couches) TLC (3 bits par cellule) pour les 970 Evo, contre MLC (2 bits par cellule) pour les 970 Pro. Dans les deux cas, un contrôleur Phoenix de la marque est présent, épaulé par 512 Mo à 2 Go de cache suivant la capacité.

Le constructeur annonce des débits pouvant atteindre 3,5 Go/s en lecture et 2,7 Go/s en écriture, pour 500 000 IOPS en lecture et écriture. Par rapport aux 960 Evo/Pro, peu de changement en lecture, mais une belle augmentation en écriture et sur les entrées/sorties.

Samsung annonce une disponibilité pour le 7 mai, avec un tarif de 119,99 dollars pour le 970 Evo de 250 Go et de 329,99 dollars pour le 970 Pro de 512 Go. Les autres prix ne sont pas précisés.

Copié dans le presse-papier !

Nouvelle version pour un navigateur qui se voulait déjà très personnalisable, mais qui reste mineure.

Parmi les nouveautés présentes, la possibilité depuis n’importe quelle image de la déclarer comme fond de navigateur. Elle viendra donc décorer la structure de Vivaldi, à la manière des thèmes de Firefox.

Côté capture de page, redémarrer le navigateur ne fera plus perdre les réglages de la dernière sélection. Le mode plein écran permet de manipuler plus facilement les éléments de navigation comme la barre d’adresse, l’utilisateur pouvant ajouter des raccourcis clavier pour afficher/masquer ces contrôles. Des corrections ont également faites sur le son pour HTML5 Audio.

Enfin, les signets de l’utilisateur sont accessibles depuis un nouvel endroit : le menu général de Vivaldi. Un accès de plus, en plus du classique panneau latéral, de la barre de signets ou du Speed Dial.