du 16 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Face aux géants, MediaMarktSaturn et Fnac Darty veulent créer une « European Retail Alliance »

Les deux sociétés sont pour le moment en discussions exclusives pour mettre en place cette nouvelle stratégie dont le but est « d’optimiser les partenariats avec les fournisseurs ».

Le principe est d'unir leurs forces pour avoir plus de poids que chacun de leur côté. « Au-delà des partenariats stratégiques avec des fournisseurs clés, l’alliance visera la mise en place d’une organisation commune pour les achats de marques propres (« marques de distributeur »). Les deux sociétés prévoient, ainsi, d’intégrer leurs activités d’achats de marques propres au sein d’une même entité afin de proposer aux clients une offre produits élargie et de qualité » détaille le communiqué.

La création d'une co-entreprise est ainsi annoncée par les deux partenaires et, à terme, « l'European Retail Alliance sera ouverte à d’autres acteurs du marché, avec l’ambition de devenir une plateforme Européenne créatrice de valeur pour toutes les parties prenantes » expliquent-ils.

« Notre alliance nous poserait comme le deuxième interlocuteur mondial incontestable pour les fournisseurs sur ces marchés, derrière l'Américain Best Buy » indique Enrique Martinez, le directeur général de Fnac Darty, à nos confrères des Échos. Les premiers impacts financier sont attendus pour 2019, avec un objectif de plein régime pour 2020.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Si la marque est connue pour ses machines pensées pour les joueurs, ses derniers ordinateurs portables étaient de véritables turbines. Même avec une simple GeForce GTX 1060, les ventilateurs se faisaient rapidement entendre, et de manière assez désagréable. Dommage pour des machines aussi coûteuses que bien pensées sur les autres aspects.

C'est là que NVIDIA entre dans la danse avec son programme Max-Q, qui consiste à certifier à l'utilisateur qu'il dispose d'une machine silencieuse dans certaines circonstances, testées par ses équipes (voir notre analyse). Le nouveau Razer Blade de 15,6" passe à cette certification, avec deux possibilités :  une GTX 1060 ou une GTX 1070. Le processeur est un Core i7-8750H (6 cœurs, 12 threads, de 2,1 à 4,1 GHz).

Nous avons récemment pu voir cette machine en action, et elle semblait silencieuse, mais également très chaude en utilisation dans les jeux. La combinaison d'un GPU et d'un CPU haut de gamme reste en effet une contrainte forte, et NVIDIA ne peut pas tordre les lois de la physique. Il faudra donc voir lors de tests détaillés si cela ne pénalise pas trop l'utilisateur.

Annoncée comme la machine pour joueurs la plus fine du monde (16,8 ou 17,3 mm selon les modèles), ce Razer Blade est proposé en France à partir de 1 950 euros et sera disponible en juin.

Pour ce tarif vous aurez une dalle 1080p IPS, 256 Go de stockage, 16 Go de mémoire, une puce Wi-Fi AC 9260 d'Intel (avec Bluetooth 5) et une batterie de 80 Wh. L'ensemble pèse 2,1 kg. Outre la dalle qui peut passer de 60 à 144 Hz, la carte graphique ou le stockage (512 Go) peuvent être  améliorés, pour un tarif maximal de 2 450 euros. Tous les détails sont disponibles par ici.

Dans le même temps, la société annonce une nouvelle version de son boîtier pour carte graphique externe, le Core X. Il dispose d'une alimentation 650 watts, d'un unique connecteur Thunderbolt 3 et permet de charger un portable USB Type-C au passage. Désormais compatible avec macOS et Windows 10, comme le Core v2, il est annoncé à 300 euros.

Pour rappel, son prédécesseur est disponible pour 520 euros. Il dispose de LED RGB (Chroma), se limite à une alimentation de 500 watts et intègre une connectique un peu plus complète. S'il n'était pas très intéressant auparavant, cette nouvelle annonce n'arrange rien.

Copié dans le presse-papier !

Selon Le Figaro, la rencontre entre Emmanuel Macron et des dizaines de patrons de groupes numériques (Tech For Good) serait l'occasion d'annoncer la tenue du prochain forum dans l'Hexagone, en novembre.

Le forum sur la gouvernance de l'Internet est un grand événement entre acteurs publics et privés, financé à la fois par la Commission européenne, certains pays et grands groupes. La probable tenue de ce forum à Paris rappelle l'eG8 sur l'économie numérique en 2011, tenu par Nicolas Sarkozy, en plein débat sur « l'Internet civilisé ».

Copié dans le presse-papier !

Publiée par eMarketer et reprise par TechCrunch, elle affirme que 20,7 millions de clients américains ont utilisé l'application Starbucks pour payer en 2017, contre 19,9 millions pour Apple Pay et moins de 10 millions pour Google Pay et Samsung Pay.

En 2018, les prévisions tablent sur 23,4 millions pour Starbuck, contre 22 millions pour Apple Pay (11,1 millions pour Google Pay). Le classement devrait rester le même jusqu'en 2022 avec respectivement 29,8 et 27,5 millions.

Nos confrères rappellent tout de même que l'application Starbuck permet de profiter d'avantages maison et fait office de carte de fidélité, ce qui explique au moins en partie son utilisation par certains.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a présenté diverses améliorations en approche pour ses clients mobiles OneDrive, lors de la SharePoint Conference.

Parmi les améliorations concernant le grand public, signalons un placement central à venir pour le bouton de scanner et des apports importants pour le partage. L'utilisateur pourra ainsi créer directement un lien protégé par mot de passe. De plus, un document en lecture seule pourra se voir interdire le téléchargement.

Côté entreprises, citons tout particulièrement la possibilité de déplacer les dossiers connus (Documents, Images et Bureau) vers OneDrive. Une capacité disponible pour le grand public depuis un moment maintenant (dans les options de OneDrive).

Les administrateurs pourront également obtenir des rapports sur les partages faits par les employés, y compris par les liens anonymes et les partages externes sécurisés. Ces données peuvent être envoyées vers Excel ou Power BI pour analyse.

Toutes les annonces de Microsoft sont disponibles depuis le site officiel.

Copié dans le presse-papier !

Emmenées par l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), nous retrouvons Electronic Frontier Foundation (EFF), Human Rights Watch et Freedom of the Press Foundation dans les signataires.

Dans une lettre ouverte adressée à Jeff Bezos (PDG d'Amazon), elles exhortent la société à arrêter de fournir son service de reconnaissance faciale Rekognition aux forces de l'ordre, car il constituerait « une grave menace pour les clients et les communautés à travers le pays », d'autant plus qu'Amazon « n'impose aucune restriction significative sur la façon dont les gouvernements peuvent l'utiliser » ce service.

« La population devrait être libre de marcher dans la rue sans être surveillée par le gouvernement [...] La reconnaissance faciale menace la liberté des communautés américaines [...]. Le gouvernement fédéral pourrait utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour traquer continuellement les immigrés » affirment enfin les signataires.

Toujours selon l'ACLU Rekognition serait utilisé par des forces de l'ordre en Floride, en Arizona et dans d'autres États. Pour le moment, Amazon ne semble pas avoir réagi.