du 17 juin 2020
Date

Choisir une autre édition

ExoMars détecte « une lueur verte d’oxygène dans l’atmosphère de Mars »

L’Agence spatiale européenne rappelle que, sur Terre, « l'oxygène incandescent est produit lors des aurores polaires, lorsque les électrons énergétiques de l’espace interplanétaire viennent frapper la haute atmosphère. Cette émission de lumière alimentée par l'oxygène donne aux aurores polaires leur belle teinte verte caractéristique ».

Mais l'atmosphère peut aussi « s'illuminer » par d’autres moyens : « le « nightglow » ou lueur nocturne résulte de la recombinaison de molécules qui ont été brisées, alors que le « dayglow » ou lueur du jour se produit lorsque le rayonnement solaire excite directement les atomes et les molécules (tels que l’azote et l’oxygène) ».

L’ESA explique que « sur Terre, la couche verte de la lueur nocturne est assez faible, si bien qu'elle ne peut être vue qu’en regardant « au bord » de la couche d'émission, comme l’illustrent les nombreuses photos spectaculaires prises par les astronautes à bord de la station spatiale internationale. Sa faible luminosité peut poser problème lorsqu’on cherche cette lueur sur d’autres planètes car la surface très lumineuse de ces dernières peut la masquer complètement ».

Cette lueur n’avait jamais été observée sur d’autres planètes, mais son existence sur Mars était prédite depuis 40 ans. « Grâce à TGO, nous l’avons finalement découverte », explique Jean-Claude Gérard (Université de Liège), l’auteur principal de la nouvelle étude publiée dans Nature Astronomy.

« La lueur était la plus intense à une altitude d’environ 80 km et variait en fonction de la distance changeante entre Mars et le Soleil », ajoute Ann Carine, investigatrice principale de l’instrument NOMAD qui a détecté cette lueur.

chargement Chargement des commentaires...