du 27 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

En plus d'interdire l'équipementier chinois, les États-Unis enjoindrait ses « alliés » à faire de même. Mais qu'en est-il de la position de la France ?

Selon un conseiller ministériel à Bercy cité par les Échos, « il n'y a pas assez de raisons suffisantes pour justifier une interdiction totale. Si Huawei installe une antenne-relais à Nantes, ce n'est pas pareil qu'une antenne en face de l'Élysée... Nous avons une analyse fine de la situation ».

Du côté de Huawei, le numéro deux français (Zhang Minggang) marche dans les pas de son directeur : « Nous sommes extrêmement vigilants et depuis très longtemps, bien avant la 5G. Il y a des garde-fous partout sur nos équipements. Une fois qu'ils sont installés chez le client, nous n'y avons plus accès, sauf quand l'opérateur nous demande d'en faire la maintenance ».

L'enjeu est important puisque les fréquences 5G devraient être libérées l'année prochaine avec une ouverture commerciale des réseaux dès 2020.

Équipements Huawei en France ? Pas « de raisons suffisantes pour justifier une interdiction totale »
chargement Chargement des commentaires...