du 15 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Michael Vale, un professeur britannique s'est intéressé aux liens raccourcis t.co, générés par Twitter. Selon lui, il s'agirait d'un moyen de collecter des données, mêmes rudimentaires, sur l'activité de ses utilisateurs. Un point que l'entreprise dément formellement.

Cela n'a pas empêché Michael Vale de déposer une requête auprès de la Commission de protection des données (DPC), l'équivalent irlandais de la CNIL, comme l'explique The Verge. Une enquête est désormais en cours et doit déterminer si le service de raccourcissement d'URL de Twitter est bien en conformité avec le RGPD.

Enquête en Irlande sur les liens raccourcis de Twitter
chargement Chargement des commentaires...