du 07 décembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Annoncée depuis des mois, la version 5.0 de l'application Amazon Prime Video est enfin disponible pour les appareils d'Apple. Elle apporte le support de l'iPhone X, de la recherche universelle (États-Unis, Canada, Australie, Norvège et Suède) et des Apple TV à partir de la troisième génération.

Difficile de ne pas voir dans ce timing un clin d'œil à la guerre qui oppose le géant de la vente en ligne à Google, notamment pour le support de YouTube. La période des fêtes de fin d'année est sans doute aussi propice à une telle annonce.

Cette nouvelle extension de Prime Video reste une bonne nouvelle, même si l'on espère une meilleure ergonomie pour 2018. Outre le contenu, encore un peu faible, elle reste en effet le véritable point noir du service sur l'ensemble des plateformes.

En pleine guerre avec Google, Amazon lance (enfin) son application Apple TV
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dernièrement, le département d'innovation stratégique de l'éditeur a été particulièrement actif. Son rôle : se pencher sur les technologies émergentes pour y trouver des applications en jeu. Dans un entretien avec IGN, en amont de DICE 2018, Lidwine Sauer détaille son travail sur la blockchain, plus qu'à la mode.

Pour elle, la blockchain est la chance d'enfin posséder des objets collectables vraiment uniques. Le registre distribué étant très difficile à falsifier. L'idée est de concevoir des objets uniques, et non un simple exemplaire d'une création existante. L'application la plus évidente, selon Ubisoft, concerne des contenus téléchargeables (DLC) propres à chaque joueur.

L'obligation de passer par une blockchain pour un tel projet n'est pas très claire, une simple base de données pouvant sûrement remplir le même office. Les perspectives commerciales, en matière d'échanges entre joueurs (un des grands marchés de Steam) n'a pas non plus été détaillé.

Le département de recherche d'Ubisoft est déjà à l'origine d'un assistant vocal, capable d'aider le joueur dans sa progression dans certains jeux, en lui fournissant des conseils personnalisés. Une bêta est proposée en anglais pour Android et iOS.

Copié dans le presse-papier !

En plus d'un portefeuille de crypto-monnaie, de nouvelles trotinettes ou d'un PC tout-en-un, Archos présente Hello : son « compagnon du quotidien » à poser sur une table ou un meuble de la maison.

Il dispose d'un écran IPS HD de 7 ou Full HD de 8,4 pouces suivant le modèle, d'une enceinte, de quatre micros, d'une caméra de 5 Mpixels, d'une connectivité Wi-Fi et Bluetooth. Il est animé par un SoC avec quatre cœurs (référence non précisée), avec 2 Go de mémoire vive et 16 Go de stockage. Il exploite Android 8 (Oreo) et intègre Google Assistant.

Il se place donc en face de solutions comme le Lenovo Smart Display et le LG ThinQ WK9 (tous deux avec Google Assistant), mais aussi du Echo Show lancé l'année dernière par Amazon. Hello peut fonctionner de manière autonome grâce à sa batterie de 4 000 mAh.

Il est « dessiné par les équipes de designers d'Archos à Paris » précise enfin le fabricant, sans indiquer où il est fabriqué. Il sera disponible cet été pour 129,99 euros en version de 7 pouces et 179,99 euros pour celle de 8,4 pouces.

Copié dans le presse-papier !

Après le Cat S60 au MWC 2016, Caterpillar dévoile son S61, de nouveau équipé d'une caméra thermique FLIR avec une définition améliorée (HD au lieu de VGA) et capable de grimper jusqu'à 400°C.

De nouvelles fonctionnalités sont de la partie, comme un télémètre laser (jusqu'à 10 m) et un détecteur de qualité d'air. On retrouve également un écran Full HD de 5,2" avec une couche de protection Gorilla 5. Le tout est certifié IP68 et MIL Spec 810G, et peut résister selon le fabricant à une chute de 1,8 m.

Les caractéristiques techniques détaillées sont disponibles par ici. Le Cat S61 sera disponible durant le second trimestre pour 899 euros, soit bien plus que les 649 euros du Cat S60 à son lancement. Bien évidemment, le fabricant l'exposera au MWC.

Copié dans le presse-papier !

Kati Levoranta, PDG de la société, a annoncé des perspectives de résultat pour 2018 en dessous des prévisions. Une mauvaise nouvelle aussitôt sanctionnée par les marchés.

Peut-être que, comme d'autres, la société devrait se lancer dans les crypto-monnaies afin de retrouver des couleurs.

Copié dans le presse-papier !

La structure derrière le réseau d'anonymisation de la navigation, Tor, a publié un appel à candidatures pour remplacer la directrice actuelle, Shari Steele. Cette dernière, qui avait travaillé 15 ans à l'Electronic Frontier Foundation (EFF), quittera ses fonctions dans le projet Tor à la fin de l'année.

35 personnes travaillent actuellement pour l'organisation. Leur nouveau directeur doit afficher un soutien public sans faille à la vie privée, être au fait de la culture du développement open source et être à la fois capable de construire une communauté et de lever des fonds.