du 01 février 2019
Date

Choisir une autre édition

L'action s'est déroulée hier, une date symbolique avec le prélèvement à la source sur les premières fiches de paye de l'année.

90 militants de l'association se sont rendus au siège de Google France (rue de Londres, dans le 9e arrondissement) qui – ça ne s'invente pas – fait face au Centre des Finances Publiques. Une scène inspirée de Robin des bois se joue dans la rue :

« Devant le siège de la multinationale, un prince Google endormi sur ses montagnes d’argent. De l’autre, les Finances publiques auxquelles il manque chaque année des dizaines de milliards d’euros du fait de l’évasion fiscale. Entre les deux, une bande de Robin d’Attac calmes et déterminés ont installé un ingénieux système de poulies afin de prélever les milliards de Google à la source, avant qu’ils ne soient transférés artificiellement dans les paradis fiscaux ».

Plutôt qu'une taxe GAFA, l'association souhaite « prélever une partie des bénéfices mondiaux des multinationales en s’appuyant sur des critères d’évaluation de leur activité réelle dans chaque pays : nombre d’employé·e·s , usines, magasins, montant des ventes ou encore parts de marché »

Cette « taxe globale ou taxe unitaire, permettrait de neutraliser durablement les transferts artificiels de bénéfices vers les paradis fiscaux ».

En mode Robin des bois, Attac mène une action pour « prélever à la source » Google
chargement Chargement des commentaires...