du 14 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

En France, près de 12 millions de logements éligibles à la (vraie) fibre

L'Arcep a publié son observatoire du marché fixe pour le deuxième trimestre. Fin juin, la France comptait 7,9 millions d'abonnés très haut débit, dont 3,9 millions en fibre (+1,3 million sur un an).

Au total, 28,7 millions de lignes sont connectées à Internet, dont près de 21 millions en xDSL. Le vénérable réseau continue sa chute, avec près de 300 000 abonnements perdus sur trois mois. Le câble coaxial retombe à 1,32 million d'abonnés, soit son niveau de l'année dernière.

11,7 millions de locaux sont éligibles en fibre jusqu'à l'abonné (FTTH), soit 2,8 millions de plus en un an. Près de la moitié sont toujours dans les grandes agglomérations (5,1 millions), quand les zones rurales n'en comptent toujours que 1,5 million.

Le régulateur intègre aussi, pour la première fois, le suivi des engagements d'Orange et SFR en zones moins denses où les quatre opérateurs privés coinvestissent, après leur accord chapeauté par l'État il y a quelques mois (voir notre analyse). Ils doivent couvrir près de 14 millions de lignes en fibre d'ici fin 2022, avec sanctions de l'Arcep en cas de manquement.

Rappelons que l'autorité ne contrôle concrètement que l'atteinte de l'objectif national, laissant de la marge pour les tours de passe-passe locaux, même si elle promet d'y être attentive.

L'Arcep déclarait que les opérateurs devaient doubler leur rythme de déploiement pour espérer tenir leurs promesses ; nous n'y sommes pas encore. « À la fin du premier semestre 2018, 40 % des locaux des communes sur lesquelles Orange s’est engagé et 26 % de ceux des communes sur lesquelles SFR s’est engagé ont été rendus raccordables. »

La carte des déploiements fibre, précise à quelques centaines de lignes, a aussi été mise à jour, avec un nouveau lot de données en open data.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

On ne peut pas dire que les innovations se multiplient pour le service de gestion multi-comptes de Twitter. Il vient néanmoins d'évoluer pour les utilisateurs de macOS, pour la première fois depuis... juillet 2015.

La mouture 3.10 apporte le support de Mojave, notamment du thème sombre. Il a aussi été retravaillé de manière à mieux détecter les bugs et les corriger plus rapidement à l'avenir.

Enfin, la page d'aide a été mise à jour  pour afficher la bonne version.

Copié dans le presse-papier !

D'une durée de cinq ans, il concerne la fourniture de services (au sens large) au ministère américain de la Défense, aux garde-côtes et aux services de renseignements américains.

Il s'agit d'un contrat type open bar avec « prestations et quantités indéterminées » (indefinite delivery/indefinite quantity, IDIQ).

Copié dans le presse-papier !

Voilà une fonctionnalité que possède Chrome depuis sa version 56 : la capacité de figer le défilement vertical d’une page, afin que la lecture ne soit pas perturbée, quels que soient les éléments qui pourraient être chargés ensuite.

Il existe un brouillon en préparation au W3C pour une solution commune, mais on est encore loin de la recommandation. En attendant, l’absence d’ancrage est visible dans Firefox, puisqu’après le chargement d’une page, les paragraphes de texte peuvent tout à coup se décaler vers le haut ou le bas si des images (ou des publicités) venaient à être chargées ensuite.

Selon une entrée dans Bugzilla, la fonction est enfin prévue pour la version 66. Si l’actuel calendrier est maintenu, elle sera disponible le 19 mars, avec une bêta publique environ six semaines avant. Les testeurs aventuriers peuvent cependant essayer l’ancrage via la branche Nightly, au prix d’une éventuelle instabilité.

Copié dans le presse-papier !

Depuis quelques années il servait à expérimenter autour de services et d'extensions, ce ne sera plus le cas à compter du 22 janvier prochain.

Les extensions continueront d'exister dans la liste de celles proposées aux utilisateurs de Firefox. Les services comme LockBox et Send continuent d'avoir leur existence propre.

Des annonces pourraient d'ailleurs être rapidement faites concernant leurs prochaines évolutions selon le billet de blog diffusé par Mozilla.

Copié dans le presse-papier !

Une demande a été faite en ce sens selon nos confrères de l'Équipe, afin de partager la diffusion du foot anglais la saison prochaine.

Pour rappel, RMC Sport (Altice) est l'actuel diffuseur exclusif du championnat, qui en a perdu les droits au profit de Canal+. Les deux sociétés avaient quelques mois plus tôt signé un accord de diffusion.

L'objectif serait sans doute d'avoir des relations plus apaisées alors que BeIN Sports est toujours bien présent et que l'espagnol Mediapro rafle de plus en plus de droits de son côté.

La Premier League doit néanmoins donner son aval pour que ce projet se réalise. Si tel est le cas, cela pourrait donner des idées aux deux groupes (et à leurs concurrents ?) pour la gestion des droits d'autres championnats.