du 17 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

En Europe, Google rend certaines applications Android payantes pour les constructeurs

Hier, la société a révélé ses plans pour plaire à la direction de la concurrence de la Commission européenne.

À compter du 29 octobre, l'accord de compatibilité Android signé par les constructeurs est revu. Les applications du groupe ne sont plus distribuées en un bloc. Une licence concernera Google Chrome, une autre l'application de recherche Google et une dernière le reste des services (Gmail, Maps, YouTube…).

Surtout, « nous créerons un nouvel accord de licence payant pour les smartphones et tablettes livrés dans l'Espace économique européen » qui embarqueront ses applications, prévient le groupe. « Nous proposerons aussi de nouveaux accords commerciaux aux partenaires pour la préinstallation non-exclusive de Google Search et de Chrome » ajoute-t-il. Ils ne seraient pas forcément payants.

Les fabricants pourront aussi (enfin) distribuer des dérivés (forks) d'Android dans l'Espace économique européen. Google le promet : Android reste bien gratuit et open source. En juillet, la Commission européenne infligeait une amende de 4,3 milliards d'euros à Google, pour abus de position dominante.

Il y a quelques jours, l'entreprise annonçait à Reuters avoir attaqué cette décision devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE). Elle présente ces applications payantes comme une manière de se conformer à la décision de la Commission, le temps que la CJUE rende son verdict.

L'installation par défaut de ses applications sur l'immense majorité des smartphones Android en Europe, et l'incitation financière à ne proposer que son moteur de recherche par défaut, ont étouffé la compétition sur le vieux continent, selon l'exécutif communautaire.

La Commission avait aussi pointé l'interdiction pour les constructeurs de concevoir des forks d'Android s'ils voulaient accéder aux applications Google. Une mesure prise au nom de la compatibilité de l'écosystème par la société.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Motherboard affirme que « plusieurs départements du géant des médias sociaux Snap ont des outils dédiés pour accéder aux données des utilisateurs, et des employés ont abusé de leur privilège pour espionner les utilisateurs »

Nos confrères expliquent avoir eu confirmation de la part de plusieurs employés, dont un encore en poste, via des copies d'emails internes. Des employés auraient ainsi eu accès à la localisation d'utilisateurs, leurs Snaps et des informations personnelles (numéro de téléphone, email).

Un des outils utilisés a été baptisé SnapLion et, selon un des anciens employés, il fournit « les clés du royaume ». Son utilisation initiale devait être de fournir des informations en cas de demandes des forces de l'ordre. Toujours selon les sources de Motherboard, des accès abusifs aux données ont été commis « plusieurs fois » chez Snap.

Problème, SnapLion serait désormais utilisé plus généralement dans les équipes, notamment pour réinitialiser les mots de passe des comptes piratés.

Copié dans le presse-papier !

Elle sera diffusée sur la plateforme Amazon Prime Video. Pour rappel, une autre série autour de l'univers de Star Trek est disponible sur Netflix : Discovery.

Dans Star Trek : Picard, Patrick Stewart reprend donc son rôle de l'emblématique officier de Starfleet Jean-Luc Picard. Une question dans la bande-annonce : « Pourquoi avez-vous quitté Starfleet, amiral ? ». Et une affirmation : « La fin n’est que le commencement ».

Aucune date de sortie pour le moment.

Copié dans le presse-papier !

À l’index, DoubleClick/Authorized Buyers, le cœur des enchères publicitaires de l’entreprise américaine. Une plainte avait été initiée en septembre 2018 par Johnny Ryan, l’un des responsables de Brave, le navigateur qui se veut respectueux de la vie privée.

Celui-ci considère que le système publicitaire en cause engendre une violation massive et permanente de données personnelles. « Chaque fois qu'une personne visite un site utilisant le système d'achats DoubleClick/Authorized de Google, des données personnelles intimes et sur ce qu'elle consulte sont communiquées via une « demande d'enchères » adressée à des dizaines ou des centaines d'entreprises, pour solliciter des offres d'annonceurs potentiels ».

« Nous devons réformer la publicité en ligne pour protéger la vie privée, mais aussi les annonceurs et les éditeurs des risques juridiques inhérents au RGPD » ajoute Johnny Brave, dans ce billet de blog.

Copié dans le presse-papier !

Dans le cadre de sa conférence Satellite, GitHub a procédé à plusieurs annonces importantes, notamment dans le domaine de la sécurité.

L’un des principaux mouvements est ainsi le rachat de Dependabot et son inclusion directe dans le service. L’outil analyse les dépendances d’un code pour y chercher des failles connues. Auquel cas, les dépendances sont mises à jour automatiquement.

Un partenariat avec WhiteSource devrait également permettre une augmentation générale de la sécurité, avec recherche plus efficace de failles potentielles dans le code, statistiques pour l’entreprise sur la manière dont collaborent les employés, avis de sécurité, espace de discussion pour la correction des brèches nouvellement découvertes, etc.

Outre la sécurité, GitHub a dévoilé Sponsors, son propre concurrent de Patreon. Les internautes pourront ainsi financer directement des projets qu’ils apprécient. Les développeurs pourront de leur côté définir des paliers de soutien avec, évidemment, des récompenses différentes.

Pour être certain de créer un appel d’air, la première année du service ne coûtera rien aux développeurs intéressés. Les frais de paiement seront à la charge de GitHub, qui ne prélèvera aucune commission dans la limite des 5 000 premiers dollars.

Notez enfin que GitHub a annoncé la formation d’un conseil consultatif composé de plusieurs responsables d’importants projets open source. Objectif, rassembler et réfléchir aux soucis opérationnels rencontrés par les développeurs open source.

Copié dans le presse-papier !

Les deux entités sont étroitement liées. Prospress propose (entre autres) en effet depuis longtemps un plugin Subscriptions pour WooCommerce (une extension pour WordPress, développée par Automattic) afin de mettre en place des paiements récurrents avec un abonnement.

Comme l'explique TechCrunch, Prospress dispose d'une vingtaine d'employés qui vont rejoindre les 900 d'Automattic. Cela ne changera pas en profondeur la société, mais indique sa volonté de maîtriser en interne certains outils.

Le montant de la transaction n'est pas précisé.