du 17 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

En Europe, Google rend certaines applications Android payantes pour les constructeurs

Hier, la société a révélé ses plans pour plaire à la direction de la concurrence de la Commission européenne.

À compter du 29 octobre, l'accord de compatibilité Android signé par les constructeurs est revu. Les applications du groupe ne sont plus distribuées en un bloc. Une licence concernera Google Chrome, une autre l'application de recherche Google et une dernière le reste des services (Gmail, Maps, YouTube…).

Surtout, « nous créerons un nouvel accord de licence payant pour les smartphones et tablettes livrés dans l'Espace économique européen » qui embarqueront ses applications, prévient le groupe. « Nous proposerons aussi de nouveaux accords commerciaux aux partenaires pour la préinstallation non-exclusive de Google Search et de Chrome » ajoute-t-il. Ils ne seraient pas forcément payants.

Les fabricants pourront aussi (enfin) distribuer des dérivés (forks) d'Android dans l'Espace économique européen. Google le promet : Android reste bien gratuit et open source. En juillet, la Commission européenne infligeait une amende de 4,3 milliards d'euros à Google, pour abus de position dominante.

Il y a quelques jours, l'entreprise annonçait à Reuters avoir attaqué cette décision devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE). Elle présente ces applications payantes comme une manière de se conformer à la décision de la Commission, le temps que la CJUE rende son verdict.

L'installation par défaut de ses applications sur l'immense majorité des smartphones Android en Europe, et l'incitation financière à ne proposer que son moteur de recherche par défaut, ont étouffé la compétition sur le vieux continent, selon l'exécutif communautaire.

La Commission avait aussi pointé l'interdiction pour les constructeurs de concevoir des forks d'Android s'ils voulaient accéder aux applications Google. Une mesure prise au nom de la compatibilité de l'écosystème par la société.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Instagram s’est associé à PayPal pour proposer en bêta une nouvelle fonction baptisée Instagram Checkout. Disponible uniquement aux États-Unis, elle veut simplifier l’acte d’achat, les utilisateurs cliquant régulièrement sur les produits proposés.

Adidas, Anastasia Beverly Hills, Balmain, Burberry, ColourPop, Dior, Huda Beauty, H&M, KKW Beauty, Kylie Cosmetics, MAC Cosmetics, Michael Kors, NARS, Nike, NYX Cosmetics, Oscar de la Renta, Outdoor Voices, Ouai Hair, Prada, Revolve, Uniqlo, Warby Parker et Zara : les marques sont nombreuses à avoir répondu présentes pour la phase de test.

Le partenariat a un double avantage pour ses promoteurs. D’abord, fluidifier l’achat en supprimant les zones de friction. Ensuite, pour enchainer plusieurs achats sans avoir à valider à chaque fois ses coordonnées, puisque PayPal assurera le lien à chaque fois.

Les cartes Visa, Mastercard, American Express et Discover sont acceptées, de même que le compte PayPal lui-même. Chaque commande sera accompagnée d’un écran de suivi pour en vérifier le statut et la date de livraison estimée. Les commandes pourront être annulées ou retournées.

Le service sera progressivement déployé outre-Atlantique dans les semaines qui viennent. Les marques intéressées devront elles aussi attendre que la phase de test soit terminée. Aucune information n’a été donnée pour les autres marchés.

Copié dans le presse-papier !

C'est bien évidemment Netflix qui a mis en ligne cette vidéo avec quelques paroles énigmatiques : « ils grandissent si vite » et « un été peut tout changer ».

Toute la clique habituelle est de retour pour cette troisième saison. Si la vidéo commence doucement, tout s'accélère rapidement par la suite, avec de nouveaux monstres évidemment.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant vient d'officialiser son nouveau smartphone Super AMOLED de 6,39" (2 340 x 1 080 pixels), avec lecteur d'empreintes digitales sous l'écran.

Il dispose d'une caméra de 16 Mpixels en façade, « cachée » dans un tiroir amovible. Trois capteurs sont également présents à l'arrière : 48 Mpixels, (configurable en 12 Mpixels pour récupérer plus de lumière), 13 Mpixels en très grand-angle et enfin 5 Mpixels.

À l'intérieur, un SoC Snapdragon 710 de Qualcomm, une série qui n'a pour l'instant pas réussi à percer outre mesure. La charge rapide, un port USB Type-C et Android 9 Pie avec une surcouche maison complètent l'ensemble. Le détail est disponible par ici.

Il n'est pour le moment disponible qu'en Chine, avec 8 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage pour 3 598 yuans, soit 471 euros avec une conversion simple.

Copié dans le presse-papier !

Après une vingtaine de mois sans mise à jour, voilà que le client SSH PuTTY publie une version 0.71 colmatant huit vulnérabilités.

On trouve un peu de tout : risque d’exploiter l’interface pour générer un faux jeton d’authentification, exécution de code arbitraire via un fichier CHM malveillant, dépassement de mémoire tampon dans les PuTTY Tools, réutilisation de nombres aléatoires pour le chiffrement, etc.

Les développeurs encouragent donc les utilisateurs à mettre à jour le logiciel dès que possible.

Copié dans le presse-papier !

Le réseau social de Facebook permet désormais de réserver et payer ses billets directement en conversant avec l'assistant OUIbot, sans quitter la conversation. Pour en profiter, il faut par contre être « connecté à son compte client avec une carte de paiement enregistrée ».

Comme l'a repéré VentureBeat, la messagerie instantanée améliore son fil de conversation en vous permettant de citer et répondre à un message en particulier ; bien pratique pour les conversations de groupe. Elle rattrape en fait son retard sur d'autres services comme WhatsApp (qui appartient à Facebook).

Ainsi, en plus des emojis, vous avez désormais une option permettant d'ajouter un commentaire lorsque vous restez appuyé sur un message. Cette fonctionnalité est en cours de déploiement.