du 08 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Le premier service de messagerie chinois, du géant Tencent, gagne (encore) en poids. L'outil aux 980 millions d'utilisateurs sera bientôt utilisé par la ville de Canton comme pièce d'identité, pour les habitants du district de Nansha, auprès de services publics et certaines entreprises.

Deux versions existent. L'une légère (qui requiert l'analyse du visage via une mini application au sein de WeChat), l'autre plus lourde, réclamant de s'authentifier via le système Weijing Authentication, mis en place par la police de la ville en mai.

Le complément de la carte d'identité via WeChat doit être déployé dans le reste du pays à partir de ce mois de janvier, après l'essai dans cette cité de 12 millions d'habitants.

Le 27 décembre, un tribunal de Pékin a entériné l'utilisation de WeChat pour porter plainte, déposer des documents, vérifier son identité ou encore payer les frais de justice. Le système s'appuie sur la reconnaissance de texte et de visages pour valider les documents, avec une connexion à la base des propriétaires immobiliers.

En Chine, WeChat expérimenté en tant que pièce d'identité
chargement Chargement des commentaires...