du 14 mai 2019
Date

Choisir une autre édition

Après une introduction à 45 dollars (pour une valorisation à 82 milliards de dollars), la société est en perte de vitesse. Son action a perdu plus de 15 % pour arriver à 37,10 dollars à la clôture hier, et même 36,74 dollars après la fermeture.

À l'heure actuelle, la capitalisation boursière n'est plus que de 62 milliards de dollars, soit une baisse de 20 milliards en deux séances seulement.

Pour rappel, certains espéraient pendant un temps une introduction à 100/120 milliards de dollars. La douche froide de Lyft avait sonné comme un signal d'alarme, poussant la société à revoir ses plans à la baisse.

En bourse, Uber a perdu 20 milliards de dollars depuis vendredi
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans le viseur de la puissante association de consommateurs : la fonction de changement de voie automatique ajoutée récemment à l'Autopilot. Elle serait « beaucoup moins compétente qu'un conducteur humain ». Pire, elle pourrait « créer des risques potentiels pour la sécurité des conducteurs ».

Parmi les nombreux griefs contre cette fonctionnalité : « elle a coupé [la route] des voitures sans laisser assez d'espace et a même dépassé des véhicules d'une manière qui enfreint les lois [...] En conséquence, le conducteur a souvent dû intervenir pour empêcher le système de prendre de mauvaises décisions ».

Consumer Reports en rajoute une couche : cette fonction est « incroyablement myope. Elle ne semble pas réagir aux feux de freinage ni aux clignotants ». Elle aurait également du mal à estimer correctement la vitesse des voitures arrivant derrière sur une voie de dépassement, très problématique lorsqu'il s'agit justement de changer de voie.

Bref, « surveiller le système est beaucoup plus difficile que de changer de voie soi-même, et revient à surveiller un enfant au volant pour la toute première fois. Comme tous les parents le savent, c'est bien plus pratique et moins stressant de conduire soi-même », explique Jake Fisher, directeur des tests autonomes chez CR.

Pour David Friedman, vice-président de CR, « Tesla montre ce qu'il ne faut pas faire pour arriver à l'autonomie automobile : mettre en service des systèmes de plus en plus automatisés sans approbation adéquate. Avant de vendre ces systèmes, les constructeurs devraient être tenus de prouver leur sécurité aux pouvoirs publics ».

Copié dans le presse-papier !

L’application Premiere Rush, uniquement disponible sur iOS jusqu'ici, est désormais proposée sur Android. Tout du moins sur une sélection d’appareils puissants : Galaxy S10/10+, S9/9+, Note9, Note8, S10e, Google Pixel 3/3XL, 2/2XL et OnePlus 6T. La compatibilité grandira prochainement.

Les fonctionnalités sont les mêmes que dans la version iOS. Elles proviennent de Premiere et Audition et fournissent un flux simplifié avec édition audio et vidéo, correction des couleurs, nettoyage audio via machine learning, modèles Motion Graphics personnalisables, publication, etc.

Premiere Rush est bien entendu intégré dans le Creative Cloud d’Adobe. Toute action réalisée dans l’application est répercutée. Les projets peuvent donc être repris depuis d’autres appareils, pour être par exemple finalisés et publiés.

L’application peut être utilisée gratuitement (Starter) avec toutes les fonctions, mais un export limité à trois projets. L’abonnement lève la limite pour 9,99 dollars par mois pour un utilisateur unique, 19,99 dollars pour une équipe ou 29,99 dollars pour les entreprises. L’abonnement permet également de passer de 2 à 100 Go d’espace dans le cloud.

Copié dans le presse-papier !

On passera sur les promesses de changer le monde (ou presque) avec une petite modification du design pour se concentrer sur l'essentiel.

Désormais, « le nom du site et son icône apparaissent en haut de la fiche de résultats » afin de mieux identifier la source. Les publicités suivent le mouvement avec « Ad » désormais affiché en haut comme les nom et icône des sites.

Bref, la mention d'une publicité est donc moins visible, permettant aux réclames de mieux se fondre dans le décor au passage… de quoi certainement augmenter un peu plus le taux de clic et donc les revenus de Google.

Copié dans le presse-papier !

Egor Zakharov, Aliaksandra Shysheya, Egor Burkov, Victor Lempitsky, chercheurs au Samsung AI lab et à l’Institut Skolkovo des sciences et de la technologie, ont exposé leurs travaux visant à recréer des vidéos photoréalistes à l’aide de quelques images, voire d’une seule.

Effectuer une telle synthèse est considéré comme difficile, rappellent-ils. « Les têtes humaines sont d’une grande complexité photométrique, géométrique et cinématique », tenant à la fois à la modélisation, mais aussi à la forme de chaque élément.

De plus, il y a une très faible tolérance de l’œil humain « vis-à-vis des erreurs, même mineures, dans la modélisation de l'apparence des têtes humaines ». C’est le phénomène de « vallée dérangeante » (uncanny valley), « théorie scientifique (…) selon laquelle plus un robot androïde est similaire à un être humain, plus ses imperfections nous paraissent monstrueuses » (Wikipedia).

Les débouchés sont multiples (vidéoconférence, jeux vidéo, industrie des effets spéciaux). Le résultat est à contempler sur cette vidéo, avec une mention spéciale pour la mise en mouvement du visage de Mona Lisa.

Copié dans le presse-papier !

Deadline explique que Constantin Film a acheté les droits à Avalanche studio et Square Enix.

Nos confrères affirment que le film gardera l'esprit du jeu : « Rico Rodriguez participe à une course contre la montre pour arrêter The Black Hand, un groupe de mercenaires meurtrier ». Le tournage pourrait débuter en 2020 si un réalisateur et un acteur pour le personnage principal sont rapidement trouvés.