du 07 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Les cinq députés et sénateurs, ainsi que les maires du département, dénoncent le mauvais état du réseau cuivre, qui porte notamment le xDSL, rapporte France 3.

La boucle locale (le « dernier kilomètre » jusqu'aux clients) n'est pas entretenu comme il devrait l'être, assurent les élus. Pour eux, Orange investit moins dans le réseau cuivre, peu à peu remplacé par la fibre. Selon le député Hervé Saulignac, dans 54 des 99 communes de sa circonscription, des habitants ont alerté de « branchements défectueux ou inexistants ». Poteaux à terre ou câbles dans les fossés seraient réguliers.

Plusieurs milliers de foyers auraient été touchés sur l'année, estime France 3. Les parlementaires demandent aux maires d'arrêter de payer leurs factures à Orange tant que la qualité de service ne reviendra pas à un niveau satisfaisant.

L'opérateur, financé par ses concurrents pour maintenir le réseau téléphonique, a été mis en demeure de respecter ses obligations par l'Arcep. Le coup de semonce public a été raillé par le syndicat CFE-CGC de l'entreprise, qui répond que l'autorité est déconnectée du terrain.

Orange a déjà été épinglé sur son traitement du service universel, revenant à un niveau correct en 2015. À son renouvellement fin 2017, les obligations ont été alourdies, notamment en matière de transparence.

En Ardèche, les parlementaires s'énervent contre Orange sur le service universel
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après une première édition réussie, ZeratoR a remis le couvert avec son ZEvent le week-end dernier. Le principe : une quarantaine de streameurs connus du public français se relaient pendant 50 heures de direct pour collecter des dons à destination d'une ONG, cette année Médecins Sans Frontières.

À l'issue de cet intense marathon vidéoludique, 1 083 646 euros ont été collectés. Ils sont, selon France Inter, allés directement sur un compte de l'association. Une initiative qui devrait peut-être redorer l'image de la communauté des joueurs, jusqu'au prochain malentendu.

Copié dans le presse-papier !

Il s'agit d'un « jeu sérieux » voulant sensibiliser les Français sur les enjeux autour de la protection de leurs données personnelles et les bons réflexes à acquérir.

« Ce projet d'intérêt général a été financé grâce aux dons des consommateurs précisent » nos confrères, qui détaillent le principe :

« La mécanique de jeu est simple : elle consiste à prendre des décisions en faisant à chaque fois le meilleur choix parmi ceux qui sont proposés au fil de la narration. Mais attention : si certains choix n’empêchent pas le joueur de progresser dans l’histoire, d’autres ne pardonneront pas… De trop mauvais choix relatifs à la protection des données personnelles (faux-sites, rançongiciel, piratage de données personnelles, etc.) conduiront à un game over ! ».

Des pastilles pédagogiques ainsi que des fiches éducatives sont proposées. Une partie devrait durer environ 20 minutes précise l'UFC-Que Choisir, ajoutant que « J'accepte » peut être joué par toute la famille, aussi bien sur ordinateur que mobile.

Copié dans le presse-papier !

La carte se distingue des autres modèles de la gamme Turing de par son format et son TDP, de 75 watts seulement.

Elle est pensée pour les calculs d'inférence et autres besoins en machine learning via RAPIDS. Elle vise surtout à proposer une alternative aux solutions basse consommation comme les Movidius d'Intel par exemple.

NVIDIA se dit très heureux de l'accueil fait à ce modèle, déjà intégré dans 57 designs. Il gagne surtout un allié de poids avec Google qui la propose au sein de son offre Cloud.

Elle n'est pour le moment disponible que via un programme d'accès anticipé limité. Aucune date de commercialisation n'a été donnée, pas plus que les tarifs qui seront proposés.

Copié dans le presse-papier !

Des sujets aussi vastes que la littérature, les langues, l'histoire, la philosophie, les mathématiques, la physique, la biologie, la technologie, les arts, le sport et la culture générale sont abordés.

Les chaînes sont « potentiellement adaptées à un usage éducatif » et « sélectionnées pour la qualité de leur contenu ». Le document précise que, « si les contenus creux ou anti-scientifiques ont été écartés autant que faire se peut, la ligne entre contenus proprement pédagogiques et contenus plus légers est particulièrement délicate à tracer ».

Les 350 chaînes sont regroupées par thèmes, avec un lien et un descriptif. Le ministère précise enfin que ce document sera « périodiquement » mis à jour, sans plus de précision.

Copié dans le presse-papier !

Pour l’IETF (Internet Engineering Task Force), il semble maintenant clair que HTTP-over-QUIC va devenir HTTP/3. Ce qui n’était qu’une fonction expérimentale de Google servira donc de base à la prochaine révision majeure du protocole HTTP.

QUIC, pour Quick UDP Internet Connections, se veut un remplaçant de TCP. Une nouvelle couche de transport supportant les connexions UDP multiplexées entre points, conçue pour réduire la latence et la bande passante nécessaire, ainsi bien sûr qu’une meilleure sécurité (données chiffrées par défaut).

Google réitère donc la genèse de HTTP/2, largement basé sur son protocole SPDY. Le passage de QUIC en spécification signifiera donc une adoption par les autres navigateurs. QUIC, bien que non finalisé, est cependant déjà implémenté dans Chromium et se retrouve ainsi dans les navigateurs l’utilisant, dont Opera.

On attend maintenant l’annonce officielle.