du 13 février 2018
Date

Choisir une autre édition

En Allemagne, des conditions et la politique du nom réel de Facebook jugées illégales

Un tribunal berlinois a condamné Facebook à revoir ses conditions d'utilisation, sous menace d'une amende. Cette décision suit une attaque de la Fédération des associations allemandes de consommateurs (VZBZ), qui estime les paramètres par défaut  et des conditions d'utilisation contraires au droit allemand.

Sur smartphone, l'application active par défaut la localisation aux tiers dans une discussion. Les paramètres de confidentialité voient des cases précochées, permettant aux moteurs de recherche de trouver le profil utilisateur.

Huit clauses dans les conditions d'utilisation sont aussi invalides, selon le tribunal allemand. L'utilisation commerciale des noms et photos est en ligne de mire, tout comme le transfert des données aux États-Unis.

Enfin, le tribunal estime que les internautes ont le droit d'utiliser Facebook sous pseudo. L'obligation d'utiliser son vrai nom est donc jugée illégale. Le fait que cette obligation autorise, de facto, l'utilisation commerciale du nom suffit à l'invalider, écrit le VZBZ.

Dans une réponse, le groupe répond qu'il travaille à la clarté et à la légalité de ses pratiques. Il compte faire appel de cette décision.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L’environnement de développement aura donc sa version finale dans un mois et demi. Microsoft vient de confirmer l’information, en même temps que la tenue d’un évènement spécial pour fêter l’occasion.

La nouvelle est tombée juste après la publication de la Preview 3, qui corrige un nouveau lot de bugs, améliore les performances de certains composants (notamment F#), affine la nouvelle interface et fournit d’autres améliorations générales, comme un SDK unifié via le paquet NuGet Microsoft.VisualStudio.SDK.

Cette troisième préversion abandonne également le support du déploiement vers Windows 10 Mobile des applications Universal Windows Platform (UWP). Les développeurs qui en auraient encore besoin doivent donc rester sur Visual Studio 2017.

Copié dans le presse-papier !

JP Morgan Chase est devenue la première banque à créer sa cryptomonnaie maison, le JPM Coin. Celle-ci a pour particularité d'avoir sa valeur garantie à un dollar, et de cibler un marché très précis : celui des transferts d'argent interentreprises.

La banque y fait transiter chaque jour quelque 6 000 milliards de dollars, au travers du vieillissant réseau Swift, pouvant causer parfois des délais d'une journée pour la prise en compte d'une transaction. Avec son JPM Coin, la banque veut permettre à Facebook et à ses autres clients de pouvoir transférer quasi immédiatement les fonds nécessaires à leurs opérations, comme le versement des salaires dans le monde entier.

Le JPM Coin trouverait également un intérêt dans le domaine des smart contracts, très en vue dans le domaine de l'assurance. Ils permettraient là aussi de procéder instantanément à des versements lors de l'exécution d'un contrat, plutôt que de passer par le réseau bancaire classique et ses délais.

Il n'est pour l'instant pas prévu que les particuliers puissent se procurer des JPM Coin. Pour l'heure, la cryptomonnaie n'est qu'en phase de test grandeur nature avec quelques entreprises triées sur le volet.

Copié dans le presse-papier !

« C'est une fin turbulente pour ce qui fut une grande année ». C'est ainsi que Jensen Huang, fondateur et PDG de NVIDIA, résume le quatrième trimestre de son exercice 2019. Pour rappel, NVIDIA numérote ses exercices en fonction de l'année où il se termine, en l'occurrence ici, au 31 janvier 2019.

La marque au caméléon a enregistré un chiffre d'affaires de 2,205 milliards de dollars, en baisse de 24 % par rapport à l'an dernier. La marge brute a elle aussi fondu de 7,2 points pour atteindre 54,7 %. En y ajoutant des dépenses opérationnelles en hausse de 25 % sur un an, on obtient un coquet bénéfice net de 567 millions de dollars, mais en recul de 49 % sur 12 mois.

NVIDIA justifie cette contre performance par « la combinaison de stocks excédentaires dans les canaux de distribution post ruée sur les cryptomonnaies, et de la récente détérioration des conditions de marché ».   

Sur l'ensemble de l'exercice, le bilan est nettement plus favorable, avec un chiffre d'affaires de 11,7 milliards de dollars, en hausse de 21 %, tandis que la marge brute progresse de 1,5 point pour se nicher à 61,7 %. De quoi dégager un bénéfice net de 4,14 milliards de dollars, en croissance de 34 %.

En bourse, ces quelques nouvelles ont fait rebondir le cours de l'action NVIDIA de 5,3 % dans l'après-séance. À 162 dollars, elle retrouve le niveau qui était le sien avant le communiqué annonçant que les résultats seraient sans doute moins bons que prévu, publié il y a quelques semaines.

Copié dans le presse-papier !

En mars dernier, le scandale Cambridge Analytica éclatait dans la presse (lire notre analyse). Plusieurs enquêtes officielles ont été lancées outre-Atlantique, notamment par la FTC.

Selon le Washington Post, le réseau social serait en train de négocier avec la Federal Trade Commission une amende record de « plusieurs milliards de dollars ». Elle mettrait un terme aux enquêtes sur les pratiques du géant du Net en matière de vie privée et inclurait l'affaire Cambridge Analytica.

Nos confrères expliquent que ce serait (et de loin) la plus grosse amende jamais infligée par la FTC à une entreprise technologique. L'actuel « record » est détenu par Google avec 22,5 millions de dollars « seulement ».

Facebook confirme au Washington Post être en discussion avec la FTC, mais refuse de donner le moindre détail supplémentaire. L'agence reste pour sa part muette.

Copié dans le presse-papier !

En juillet dernier, la société roubaisienne a lancé une nouvelle offre baptisée Cloud Web. Il s'agit d'un mélange entre Public Cloud et hébergement Web classique avec, selon OVH, « la liberté de configuration d’un serveur isolé, la rapidité d’un disque SSD, la simplicité d’un hébergement managé ».

Deux nouveaux paliers sont désormais disponibles : Cloud Web 2 et 3. La différence se fait principalement sur le nombre de vCores (1 ou 2), la quantité de mémoire vive (2, 4 ou 8 Go) et de stockage (10, 25 ou 65 Go de SSD).

Cloud Web 3 (qui dispose de deux vCores) permet aussi « d'activer deux environnements d'exécution simultanés en même temps et d'activer simultanément des langages de codage tels que PHP et Node.js ». Tous les détails sont disponibles par ici.

Voici les tarifs actuels : 11,99 euros pour Cloud Web 1, 22,79 euros pour Cloud Web 2 et 40,79 euros pour Cloud Web 3. Chaque offre peut, selon les estimations d'OVH, accueillir environ 100, 200 ou 300 visiteurs en simultanés.