du 27 septembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Elle demande à Tinder ses données personnelles… et reçoit 800 pages

En décembre 2013 sur Tinder, une parisienne envoie son premier message sur l’application de rencontre. 920 connexions, 870 matchs et 1 700 messages plus tard, elle demande à recevoir l’ensemble des données personnelles, une possibilité ouverte par le règlement européen sur les données personnelles.

Tinder s’exécute et lui envoie… 800 pages d’informations sur ses espoirs, ses peurs, ses préférences sexuelles et ses « secrets les plus profonds », comme le rapporte The Guardian. « Tinder me connaît si bien » reconnaît-elle, avant de se demander : « que se passera-t-il si ce trésor de données est piraté, rendu public ou simplement acheté par une autre entreprise ? »

Si Tinder est ici pointé du doigt, ce n’est évidemment pas la seule application à amasser tant de données personnelles sur vous. Dans le cas d'un site de rencontre, elles sont surtout plus intimes. Mais il ne s’agit ici que de la partie visible d’un seul iceberg dans un océan de services en tout genre.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après une forte augmentation de 20 % en 2016, les litiges ont encore progressé de 4,8 % l'année dernière note l'association.

En plus des soucis de facturation, livraison, résiliation et options, l'année 2017 a été marquée par des mécontentements liés aux hausses de tarifs successives imposées par les opérateurs. « En cause : l’ajout d’office d’options permettant d’accéder à des journaux, à des magazines, voire à des bandes dessinées ».

Pour l'UFC-Que Choisir, « si ces services supplémentaires n’ont pas eu d’impact sur le montant des abonnements, ils ont entraîné un profond remaniement des factures par les opérateurs qui y ont vu une bonne occasion de baisser le montant de la TVA qu’ils sont censés reverser à l’État. SFR a initié le mouvement, suivi de Bouygues Télécom puis d’Orange ».

Dans tous les cas, SFR est largement en tête des plaintes avec plus de 6 500 litiges en 2017. Le chiffre est certes en baisse de 3 % par rapport à 2016, mais représente tout de même près de la moitié des plaintes du secteur.

Copié dans le presse-papier !

Le constructeur nippon veut faire appel au sens du « Do it yourself » chez ses clients, en proposant prochainement des kits en carton qui permettront de construire une multitude d'objets. Nom du concept : Nintendo Labo.

Robots, motos, canne à pêche et autres pourront donc être fabriqués avec des plaques dans lesquelles les pièces sont prédécoupées. Comme un vaste jeu de Lego, l'utilisateur devra les assembler, éventuellement avec d'autres pièces en plastique, de la corde et autre.

Les manettes de la Switch devront y être insérées, voire la console elle-même selon l'usage. L'idée ? Laisser s'exprimer la créativité des plus jeunes, tout en empochant au passage un joli pactole potentiel. Car les premiers kits seront vendus 69,99 et 79,99 dollars tout de même.

En Europe, ces kits seront commercialisés le 27 avril. Le premier permettra de construire cinq jouets : canne à pêche, maison, moto, piano et voiture téléguidée. Le second sera totalement différent : une sorte de sac à dos équipé de poignées permettant de jouer au robot.

Outre une vidéo de présentation offrant un panorama enthousiasmant des possibilités (dans le cas inverse la vidéo aurait été ratée), le site de Nintendo précise que des démonstrations seront faites les 2 et 3 mars prochain à la Cité des Sciences et de l'Industrie, à Paris.

Copié dans le presse-papier !

Dans une note récente pour son routeur Archer C1200, TP-Link a précisé que la fonctionnalité Cast de certains appareils de Google peuvent surcharger le réseau et poser des problèmes de fonctionnement.

De nouveaux firmwares ont été proposés pour corriger le problème, mais une réaction du géant américain était attendue.

Dans une page de support concernant Google Home, il répond en indiquant que « dans certaines situations, un bug dans la fonction Cast des appareils Android peut envoyer un trafic important, ce qui peut ralentir ou toucher temporairement les réseaux Wi-Fi ».

Le problème a été identifié et devrait être corrigé à travers un correctif qui sera distribué via les Google Play Services à partir d'aujourd'hui. Google conseille de redémarrer le smartphone et de vérifier que votre routeur est à jour.

Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, le géant du Net explique que cet outil permet de visualiser en un seul endroit l'ensemble des informations et des recommandations liées à la sécurité. Tous les détails sont disponibles par ici.

Ce tableau de bord n'est par contre disponible que pour les clients Entreprise de G Suite (23 euros par utilisateurs et par mois).