du 26 novembre 2019
Date

Choisir une autre édition

Écologie : Paula Forteza (LREM) veut imposer des résolutions réduites sur YouTube et interdire l’autoplay

La députée a déposé cet amendement dans le projet de loi sur l’économie circulaire, en commission du développement durable.

Pour lutter contre « le gaspillage de ressources naturelles utilisées pour la transmission et le stockage de données numériques », elle compte asséner un sérieux tour de vis aux plateformes.

Au titre « de la sobriété énergétique du numérique », elle veut qu’ « en vue de diminuer les émissions de gaz à effet de serre liées à la consultation de vidéos en ligne », les contenus y soient « proposées par défaut dans une qualité combinant un confort suffisant pour l’utilisateur et la consommation de données la plus faible possible ». 

Il s’agit de l’une des quatre mesures de son amendement destiné à « amorcer la prise de conscience indispensable à l’adoption de comportements numériques plus sobres ».

Dans le flot de ces contenus énergivores, « les vidéos pornographiques représentent une part très importante de la consommation de vidéos en ligne et donc des émissions de GES associées au numérique », estime-t-elle.

Selon l’élue, ces vidéos pour adultes « consomment à elles seules 27 % des flux, entraînant l’émission de 80 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions des bâtiments ou de l’industrie en France ».

Autre chose. Paula Forteza veut interdire aux sites comme YouTube, Facebook ou Dailymotion « le lancement automatique d’une seconde vidéo non sollicitée par le consommateur après consultation d’une première vidéo ». C’est un décret en Conseil d’État qui viendrait fixer les modalités pratiques, dont sans doute le montant des sanctions. 

Troisième mesure, les éditeurs d’applications et les hébergeurs auraient pour obligation de faire « figurer en accompagnement de chaque application proposée au téléchargement sur le territoire français un indice d’impact environnemental de cette application indiquant les émissions moyennes de gaz à effet de serre associées à son utilisation au regard du volume de données dont cette utilisation requiert le transfert ». 

Enfin… La députée spécialisée sur le numérique propose que les navigateurs affichent eux aussi en temps réel « un indicateur de l’empreinte carbone cumulée associée à la navigation depuis l’ouverture du navigateur ».

Ces deux indices seraient déterminés à partir des données proposées par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

Remarquons qu’un amendement identique a été déposé par d’autres députés de différents groupes (dont Cédric Villani, toujours pour LREM). 

chargement Chargement des commentaires...