du 10 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

La start-up française profite du salon à Las Vegas pour effectuer des démonstrations de son bus autonome, mais aussi pour lui ajouter une nouvelle fonctionnalité, en partenariat avec Ingenico.

Afin d'effectuer un paiement sans contact directement dans l'Autonom Cab, un écran de 15 pouces équipé d'un lecteur NFC est désormais présent ; un pas de plus vers un service de taxi autonome, avec paiement en direct par les usagers.

Du paiement sans contact dans les Autonom Cab de Navya
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Demi-sœur de Kim Kardashian et ancienne star de la téléréalité, Kylie Jenner fait partie des grandes « influenceuses » mondiales. Avec 24,5 millions d’abonnés à son compte Twitter, son moindre propos est largement relayé.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, elle s’interrogeait : « Alors, est-ce que d’autres n’ouvrent plus Snapchat ? Ou ce n’est que moi... », ajoutant « c’est tellement triste ». En clair, une célébrité donnant son avis sur un produit, avec l’effet potentiel qu’on imagine.

Hasard ou pas du calendrier, l’éditeur de Snapchat, Snap, perdait quelques heures plus tard 1,5 milliard de capitalisation boursière, son action chutant de 19,05 à 17,05 dollars. Reuters n’hésite alors pas à tweeter que Kylie Jenner en est directement responsable. Elle aura beau ajouter quelques heures après qu’elle adore toujours Snapchat, le mal est fait.

Le tweet s’inscrit en fait dans un contexte bien particulier. La révision complète du design de Snapchat a beaucoup de mal à passer. Les fiches de l’application sur Android et iOS parlent d’elles-mêmes, tant les avis négatifs sont nombreux et souvent virulents.  Qu’une célébrité comme Jenner proclame son abandon n’aurait donc fait qu’accentuer le mouvement.

Les investisseurs de Snap n’ont en effet certainement pas attendu ce tweet pour douter du futur de l’entreprise devant une telle levée de boucliers. Il est clair que l’ergonomie très particulière de Snapchat était nettement perfectible, mais l’éditeur pourrait bien s’être trompé dans sa nouvelle recette.

Notez qu’une pétition existe pour demander le retour de l’ancienne interface. Elle a collecté jusqu’à présent plus de 1,2 million de votes, symbole de la sensibilité du sujet. Snap a répondu sur le mur de la pétition qu’une mise à jour était prévue dans les semaines à venir, avec de nouvelles fonctionnalités à la clé, notamment pour mieux organiser l’interface.

Copié dans le presse-papier !

La semaine dernière, Samsung stoppait la mise à jour vers Android 8 des Galaxy S8(+) à cause d'un problème de stabilité. Elle est de retour, indiquent nos confrères de SamMobile.

Un patch est également disponible pour les clients disposant d'un Galaxy S8(+) déjà sous Oreo, et pèse 530 Mo environ.

Samsung se débarrasse donc de cette épineuse question sur son actuel smartphone haut de gamme, juste avant l'annonce des Galaxy S9 et S9+ ce dimanche.

Copié dans le presse-papier !

Les clients Azure, Dynamics 365 et Office 365 ont depuis cette nuit de nouveaux outils dans la console d’administration des services cloud. Microsoft fournit notamment un indice de risque sur les données hébergées, censé représenter le degré de conformité avec le RGPD.

On trouve également le Compliance Manager, qui affiche une vue de synthèse des services, avec pour chacun un score global et la possibilité d’obtenir des détails. Ces scores représentent un risque potentiel d’échec si des contrôles devaient avoir lieu. Comme nous l’avons largement expliqué dans notre explication du RGPD (parties 1, 2, 3), la responsabilité joue en effet un facteur clé.

Les outils de Microsoft doivent notamment aider les entreprises disposant d’infrastructures hybrides, c’est-à-dire mélangeant des services hébergés dans le cloud et d’autres sur site. Protection des données sensibles dans les applications, services et plateformes, utilisation des mêmes labels à travers toutes les solutions et détection des données personnelles sont également au programme.

Copié dans le presse-papier !

En plus d'un portefeuille de crypto-monnaie, de nouvelles trotinettes ou d'un PC tout-en-un, Archos présente Hello : son « compagnon du quotidien » à poser sur une table ou un meuble de la maison.

Il dispose d'un écran IPS HD de 7 ou Full HD de 8,4 pouces suivant le modèle, d'une enceinte, de quatre micros, d'une caméra de 5 Mpixels, d'une connectivité Wi-Fi et Bluetooth. Il est animé par un SoC avec quatre cœurs (référence non précisée), avec 2 Go de mémoire vive et 16 Go de stockage. Il exploite Android 8 (Oreo) et intègre Google Assistant.

Il se place donc en face de solutions comme le Lenovo Smart Display et le LG ThinQ WK9 (tous deux avec Google Assistant), mais aussi du Echo Show lancé l'année dernière par Amazon. Hello peut fonctionner de manière autonome grâce à sa batterie de 4 000 mAh.

Il est « dessiné par les équipes de designers d'Archos à Paris » précise enfin le fabricant, sans indiquer où il est fabriqué. Il sera disponible cet été pour 129,99 euros en version de 7 pouces et 179,99 euros pour celle de 8,4 pouces.

Copié dans le presse-papier !

Samsung annonce un investissement de 6 milliards de dollars d'ici 2020 pour développer sa technologie Extreme Ultraviolet (EUV) dans son usine de Hwaseong en Corée. Elle permet de créer des motifs plus fins et denses qu'avec les autres méthodes de gravure, grâce à une longueur d'onde plus courte.

Le fabricant compte utiliser cette technologie avec son procédé de gravure Low Power Plus (LPP) de 7 nm au cours de la seconde moitié de 2018, un calendrier déjà annoncé durant l'été 2017. Les lignes de production de l'usine de Hwaseong devraient être prêtes en 2020.

Cette annonce intéresse Qualcomm qui « prévoit que ses prochains chipsets mobiles Snapdragon 5G utiliseront la technologie 7nm LPP EUV de Samsung ». Les puces seront ainsi plus petites, avec une meilleure efficacité énergétique, mais le constructeur ne donne pas beaucoup plus de détails pour le moment.