du 07 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Dropbox lance ses Extensions, des plug-ins simplifiant les flux de travail

Dropbox amorce ce qui ressemble à un virage stratégique avec l’annonce des Extensions. Ces plug-ins se proposent d’importer dans l’interface du service des fonctions nécessitant d’ordinaire des applications tierces.

Les plug-ins seront lancés le 27 novembre et disponibles pour l’ensemble des utilisateurs, pas uniquement les entreprises abonnées. Une fois installés, ils fourniront des capacités accessibles depuis le site principal, via un clic droit sur un élément puis « Ouvrir avec ».

Parmi les exemples donnés, on retrouve la gestion des PDF avec apposition d’une signature électronique, l’envoi automatique d’un contrat tout juste scanné, l’annotation de vidéos et l’édition d’images, la sauvegarde automatique des modifications dans les dossiers partagés pour que l’équipe reste synchronisée, etc.

Tout est donc question de flux de travail. Les Extensions, dans leur forme actuelle, ne pourront bien sûr pas importer une tonne de fonctions dans Dropbox, au risque de rendre l’interface trop complexe et de pouvoir se passer des applications tierces complètes.

Car les Extensions vivent avant tout grâce aux partenariats mis en place pour l’instant par Dropbox, avec des noms comme Adobe, Autodesk, DocuSign, Vimeo, airSlate, HelloSign, Nitro, Smallpdf et Pixlr. Selon Dropbox, ce nombre va encore augmenter, et on attend notamment que Microsoft rejoigne le lot pour la gestion des documents Office.

Mais l’éditeur a beau parler d’un « monde de liberté », il n’évoque aucun kit de développement (SDK). On ne sait donc pas bien comment une entreprise ou même un développeur isolé doit s’y prendre pour créer une Extension.

Par ailleurs, ces plug-ins ne fonctionnent que dans le cadre d’une utilisation régulière de l’interface web de Dropbox. Ils n’ont aucun pouvoir sur les installations via client sur Windows, macOS ou autre.

Dropbox compte ainsi faire de son service en ligne un carrefour de nombreux services, plaçant les documents de l’utilisateur au cœur d’un réseau de flux de travail. Pour celui ou celle qui installe simplement son client pour synchroniser quelques documents, les Extensions n’apporteront rien.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Depuis des mois, les deux sociétés travaillent main dans la main. La répartition des rôles devrait être la suivante : Ikea s'occupe du design et de la conception, Sonos apporte la partie logicielle.

La présentation officielle est programmée pour le 9 avril à Milan, mais le Suédois profite d'avoir gagné un Red Dot Awards 2019 pour publier deux photos d'une enceinte Wi-Fi Symfonisk (il pourrait y en avoir d'autres).

Elle peut se poser sur un meuble, mais aussi faire office de petite étagère ou de table de chevet suspendue. Nous n'avons par contre toujours aucun prix, alors que la commercialisation devrait arriver au mois d'août.

Copié dans le presse-papier !

Ce matin, sur France Inter, Jean-Marie Cavada a qualifié pour sa part les Gafa de « terroristes Pac-Man », voulant manger l’argent de la culture, sans vouloir payer. Il les a accusées de « corruption », de mensonges sur le thème de la directive sur le droit d’auteur (1’06’10).

Google aurait ainsi payé 300 euros « beaucoup » d’opposants venus manifester dans la rue ce week-end. En réalité, le groupe de défense des droits numérique EDRi a pris en charge une partie des frais supportés par quelques militants venus rencontrer des eurodéputés quelques semaines avant ces manifestations. Une douzaine de personnes étaient concernées (voir cet article de TechDirt ou sur Medium)

Cavada s’en est pris aussi à Wikipédia. Le site encyclopédique a fait campagne contre le copyright « avec l'argent de Mozilla, c’est-à-dire la fondation de Google », assure-t-il. France Inter ne l’a pas une seule fois contredit.

Copié dans le presse-papier !

Clippy, l’assistant trombone apparu avec Office 97 et supprimé dans la version XP quelques années plus tard, a failli reprendre un peu de service dans Microsoft Teams.

La semaine dernière, un petit projet sur le GitHub d’Office accouchait d’un pack de GIF animés à la gloire du trombone. 24 heures plus tard, le pack était supprimé, sans explication.

Selon une source de The Verge, le département interne veillant au respect des marques aurait peu gouté à ce retour, déclenchant sa suppression.

Ce qui n’est pas du goût de tout le monde. Dans la foulée, une pétition était lancée dans le forum UserVoice de Microsoft. Peine perdue, malgré presque 4 000 signatures, la demande du retour de Clippy ayant été refusée hier.

Copié dans le presse-papier !

Alors que Samsung a donné rendez-vous le 10 avril pour présenter ses smartphones dans la famille Galaxy A, le fabricant n'a visiblement pas souhaité attendre pour dévoiler son A70.

Il intègre un écran Super AMOLED de 6,7" (2 400 x 1 080 pixels) avec une encoche en forme de goutte d'eau et un lecteur d'empreinte sous la dalle. Il est animé par un SoC à huit coeurs (référence non précisée) avec 6/8 Go de mémoire vive et jusqu'à 128 Go de stockage, extensibles via un lecteur de cartes microSD.

En plus d'un capteur optique de 32 Mpixels en façade, trois caméras sont présentes à l'arrière : 32 Mpixels pour le capteur principal, 8 Mpixels pour le grand-angle et 5 Mpixels pour mesurer la profondeur.

Une batterie de 4 500 mAh et un chargeur rapide de 25 watts complètent l'ensemble. Bien évidemment, Android 9.0 Pie est aux commandes. Pas un mot par contre sur le prix ou la disponibilité, le fabricant donne rendez-vous le 10 avril pour la suite.

Copié dans le presse-papier !

Ce téléphone pliable avait été présenté durant la conférence de Samsung juste avant l'ouverture du MWC de Barcelone.

Il dispose pour rappel d'un écran principal pliable de 7,3" et d'un secondaire de 4,6" utilisable lorsque le premier est plié en deux. Le constructeur donne aujourd'hui de plus amples informations sur sa commercialisation en France et en Europe.

Les préinscriptions sont ainsi ouvertes afin d'être tenu informé. Les précommandes seront lancées le 26 avril, quelques jours avant la commercialisation prévue pour le 3 mai dans 15 pays européens, dont la France.

Samsung précise que le tarif de son Galaxy Fold débutera à 2 000 euros. Il sera livré avec des écouteurs Galaxy Buds, un étui de protection en kevlar et une garantie d'un an à Samsung Care+.