du 13 novembre 2019
Date

Choisir une autre édition

Données de santé : l'accord entre Ascension et Google fait grincer des dents

L'affaire a été dévoilée par le Wall Street Journal. Nos confrères parlent d'un « projet Nightingale » rassemblant des données personnelles de santé sur des millions d’Américains de 21 états. Le plus problématique étant que « les patients n’ont pas été informés », selon nos confrères. 

Les deux protagonistes ont réagi publiquement. Ascension parle d'un partenariat avec Google pour « transformer les soins », tandis que Google apporte son aide pour fournir de meilleurs soins aux patients.

Dans les faits, Ascension utilise le cloud de Google pour stocker les dossiers médicaux, ainsi que sa suite d'outils G Suite. Nos confrères du Monde expliquent que « Google et Ascension ont précisé a posteriori que l’accord était légal et respectait notamment le Health Insurance Portability and Accountability Act (Hippa). Ce texte de 1996 consacré au système d’assurance santé américain prévoit que les acteurs privés du secteur peuvent partager des données sans mettre les patients au courant si "les informations sont utilisées pour aider l’entité à assurer ses missions de santé" ».

Pour Google, c'est bien le cas :  « Ces données ne peuvent pas être – et ne seront pas – combinées avec les autres données détenues sur des consommateurs par Google ». Selon nos confrères du Wall Street Journal, les données de santé restent tout de même accessibles à près de 150 employés de Google.

Le cœur du problème dans le cas présent est donc le manque d'information auprès des patients, même si Google et Ascension affirment rester dans le cadre de la loi. 

chargement Chargement des commentaires...