du 20 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Directive Droit d'auteur : Google menace de fermer Actualités

Dans un entretien au Guardian, Richard Gingras, le vice-président de Google en charge d’Actualités, n’exclut pas de fermer le service si la directive passe en l’état, avec son nouveau droit voisin pour les éditeurs de presse institué par l’article 11. Google pourrait avoir à rémunérer les médias pour les renvois vers leurs sites.

Adoptée par le Parlement en septembre, la directive en est au trilogue, une négociation confidentielle entre Parlement, Conseil et Commission européenne, sur laquelle le groupe de Mountain View tente de peser.

Google rappelle que le service ne rapporte pas directement d'argent, en l'absence de publicités. Il est pourtant accusé par le SPQN et les grands éditeurs de leur voler le pain publicitaire de la bouche.

Pour le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil), dont Next INpact est membre, la directive pourrait surtout renforcer la dépendance de cette presse aux géants du Net, ainsi que la course à l’audience.

En réponse, Google rappelle avoir déjà coupé Google Actualités en Espagne en 2014, quand les éditeurs ont tenté d’obtenir une taxe sur les liens des agrégateurs… causant une lourde baisse de trafic.

Cet été, la société américaine s’était associée à la campagne Save Your Internet, en la soutenant via une association (la CCIA), pour dénoncer les filtres à l’upload qu’imposerait l’article 13 de la directive. Elle a depuis menacé dans un communiqué de fermer YouTube aux vidéastes amateurs, pour réserver la plateforme aux grands producteurs « sûrs »… en demandant une mobilisation des internautes.

En parallèle, la société passe par des vidéastes pour pousser ses arguments, à l’image du Joueur du Grenier ou de Julien Chièze. La perspective en inquiète certains, après le tour de vis drastique pris sur la publicité et les démonétisations massives de vidéos, en partie justifiées par le droit d’auteur.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Il prendra place dans l'Engineering Center (créé en 2011) sur le campus du géant du Net à Issy-les-Moulineaux, dans la région parisienne.

La société explique que « ce centre a pour mission d’accompagner les entreprises du monde entier dans leur transformation digitale (sic) et dans leur quête d’efficacité et de productivité accrues grâce à l’IA ».

Microsoft ne donne pas plus de détails pour l'instant.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft va offrir sa protection AccountGuard à certaines institutions européennes pour qu’elles puissent parer à une hausse des tentatives d’intrusions, sur laquelle tout le monde semble tabler.

AccountGuard n’est pas un produit à installer mais un service supplémentaire, d’ordinaire payant et offert par l’entreprise aux pays traversant des élections. Une initiative de son Defending Democracy Program, au titre très américain.

AccountGuard couvre deux aspects. D’abord une protection supplémentaire pour les comptes Office 365, Microsoft entrainant depuis des années son machine learning à la détection de menace, avec notification à la clé. L’éditeur cible tout spécialement les acteurs malveillants de haute volée, soutenus par des États.

Ensuite, des conseils et entrainements autour de la sécurité, sous forme de guide des meilleures pratiques ou des recommandations plus personnalisées pour l’espace politique. Le service débloque également des séminaires et ateliers.

Ce programme va être étendu à douze marchés européens supplémentaires, dont l’Allemagne, l’Espagne et la France. L’éditeur en aurait décidé ainsi après avoir détecté des attaques via ses Threat Intelligence Center (MSTIC) et Digital Crimes Unit (DCU).

Plus en détail, 104 employés d’institutions démocratiques auraient été visés par des attaques spécifiques de septembre à décembre derniers. La plupart seraient attribuées au groupe Strontium, connu depuis des années. Microsoft dit avoir averti les autorités concernées et aborder désormais le sujet avec leur autorisation.

Offrir AccountGuard n’est pas nouveau et permet à Microsoft de se positionner en champion de la défense informatique pendant des évènements critiques. De quoi peut-être donner des envies d’abonnement à Office 365 aux instances faisant ses courses à d’autres crèmeries.

Copié dans le presse-papier !

Après 15 ans dans la société et près de 13 ans  en tant que Président et directeur de l'exploitation, il quittera la société le 15 avril pour prendre sa retraite.

Doug Bowser, qui n'est pas de la famille du célèbre personnage mais vice-président des ventes et du marketing, le remplacera.

« J'apprécie vraiment tout ce que Reggie a fait pour Nintendo », lâche Shuntaro Furukawa, PDG de Nintendo. « Il laisse la société en bonne santé et avec une forte dynamique », ajoute-t-il.

Copié dans le presse-papier !

La découverte a été faite par l'équipe de sécurité de Check Point Research, qui a publié un (très) long billet de blog détaillant son fonctionnement.

Selon les chercheurs, elle permet de « prendre le contrôle total de l'ordinateur de la victime ». À cause d'une vulnérabilité dans la bibliothèque UNACEV2.DLL, il est possible de « créer des fichiers dans des dossiers arbitraires, à l'intérieur ou non du dossier de destination, lors de la décompression des archives ACE », explique WinRAR.

Problème, UNACEV2.DLL n'est plus mis à jour depuis 2005 et la société n'a pas accès au code source. « Nous avons donc décidé de supprimer la prise en charge du format ACE pour protéger la sécurité des utilisateurs de WinRAR », indiquent les notes de version de la 5.70 bêta.