du 28 mars 2019
Date

Choisir une autre édition

Directive Droit d’auteur : 13 eurodéputés affirment s’être trompés lors du vote

Voilà qui est ballot. Plus d’une dizaine d’eurodéputés affirment s’être trompés lors du vote en séance plénière. Durant ce scrutin, ils ont voté « contre » la possibilité de rouvrir l’examen d’un grand nombre d’amendements, alors que finalement… ils souhaitaient voter « Pour ». Cela s’est joué de peu, à 5 voix près (312 pour, 317 contre).

Difficile de dire ce qu’il en aurait été en cas de résultats contraires, mais une certitude : ces rustines aurait permis un réexamen des articles 11 et 13, comme l’avait expliqué Julia Reda dans un article dédié à cette phase démocratique.

Puisque la partie « amendements » a été repoussée, le Parlement européen est donc passé directement au vote de l’ensemble de la directive, avec le sort que l’on connaît.

Qui sont ces eurodéputés tête en l’air ? Pour le savoir, il suffit de consulter ce document, page 51 : Gerolf Annemans, Johannes Cornelis van Baalen, Dita Charanzová, Karima Delli, Martina Dlabajová, Nigel Farage, Antanas Guoga, Eva Joly, Jo Leinen, Peter Lundgren, Marlene Mizzi, Michèle Rivasi, Kristina Winberg. Remarquons que quatre eurodéputés auraient voulu voter « contre », un autre « abstention ».

Pour Magnus Andersson, leader du Parti Pirate suédois, ces bévues sont bien pratiques pour se refaire une virginité à quelques encablures des élections européennes.

Les conséquences de ces erreurs ? Tout simplement… aucune, comme le note l’eurodéputée allemande Marietje Schaake. Seul compte en effet le vote formel à l’instant T. Peu importe les étourderies, peu importe que l’article 13 industrialise juridiquement le filtrage à l’échelle européenne, ou le 11, l’interdépendance entre éditeurs de presse et Facebook & cie.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Depuis plusieurs années, la FTC accuse le fabricant d'entraver le bon déroulement de la concurrence sur le marché des modems.

La juge Lucy Koh donne raison à la Federal Trade Commission : « Les pratiques de Qualcomm en matière de licences ont étouffé la concurrence sur les marchés des puces modem haut de gamme [...] pendant des années et ont nui aux concurrents, aux équipementiers et aux consommateurs », comme l'indique Reuters.

Elle demande donc au fabricant de renégocier ses contrats et d'octroyer à des prix raisonnables des licences à ses concurrents. Qualcomm a fait part de son intention de demander la suspension immédiate du jugement et de faire appel : « Nous sommes fermement en désaccord avec les conclusions de la juge, son interprétation des faits et son application de la loi ».

En bourse, cette condamnation a eu l'effet d'une douche froide avec une chute de plus de 10 % de l'action. De plus de 77 dollars, elle est descendue sous les 70 dollars.

Copié dans le presse-papier !

Après six ans dans la société et trois ans à sa tête, Mandelbrot explique qu'il quitte ses fonctions pour « des raisons personnelles ». Il en profite pour dévoiler le nom de son successeur : Andy Yang, un ancien de Reddit et de 500px.

S'il n'en est pas fait mention dans le message de David Mandelbrot, la société aurait procédé à des licenciements, c'est du moins ce qu'affirment des sources à The Verge.

Interrogés sur ce point, Mandelbrot et Indiegogo ont refusé de commenter.

Copié dans le presse-papier !

On passera sur les promesses de changer le monde (ou presque) avec une petite modification du design pour se concentrer sur l'essentiel.

Désormais, « le nom du site et son icône apparaissent en haut de la fiche de résultats » afin de mieux identifier la source. Les publicités suivent le mouvement avec « Ad » désormais affiché en haut comme les nom et icône des sites.

Bref, la mention d'une publicité est donc moins visible, permettant aux réclames de mieux se fondre dans le décor au passage… de quoi certainement augmenter un peu plus le taux de clic et donc les revenus de Google.

Copié dans le presse-papier !

L’application Premiere Rush, uniquement disponible sur iOS jusqu'ici, est désormais proposée sur Android. Tout du moins sur une sélection d’appareils puissants : Galaxy S10/10+, S9/9+, Note9, Note8, S10e, Google Pixel 3/3XL, 2/2XL et OnePlus 6T. La compatibilité grandira prochainement.

Les fonctionnalités sont les mêmes que dans la version iOS. Elles proviennent de Premiere et Audition et fournissent un flux simplifié avec édition audio et vidéo, correction des couleurs, nettoyage audio via machine learning, modèles Motion Graphics personnalisables, publication, etc.

Premiere Rush est bien entendu intégré dans le Creative Cloud d’Adobe. Toute action réalisée dans l’application est répercutée. Les projets peuvent donc être repris depuis d’autres appareils, pour être par exemple finalisés et publiés.

L’application peut être utilisée gratuitement (Starter) avec toutes les fonctions, mais un export limité à trois projets. L’abonnement lève la limite pour 9,99 dollars par mois pour un utilisateur unique, 19,99 dollars pour une équipe ou 29,99 dollars pour les entreprises. L’abonnement permet également de passer de 2 à 100 Go d’espace dans le cloud.

Copié dans le presse-papier !

Deadline explique que Constantin Film a acheté les droits à Avalanche studio et Square Enix.

Nos confrères affirment que le film gardera l'esprit du jeu : « Rico Rodriguez participe à une course contre la montre pour arrêter The Black Hand, un groupe de mercenaires meurtrier ». Le tournage pourrait débuter en 2020 si un réalisateur et un acteur pour le personnage principal sont rapidement trouvés.