du 23 mars 2020
Date

Choisir une autre édition

Deux spécialistes du réseau s'attaquent à l'argument d'un Internet bientôt surchargé

C'est le très respecté Stéphane Bortzmeyer qui a tiré le premier dans les colonnes du blog de Framasoft, évoquant « L'Internet pendant le confinement ». Il y revient sur les différents soucis que peut rencontrer un internaute, qui relèvent le plus souvent d'un service dont les serveurs ne tiennent pas la charge, plutôt que d'un défaut de l'infrastructure du réseau des réseaux. Il met également en garde face à ceux qui pourraient tenter de profiter de la situation pour s'attaquer à la neutralité du net en Europe.

De son côté, Nicolas Guillaume, DG de Netalis et secrétaire de l'Association des opérateurs télécoms alternatifs (AOTA), est revenu sur la situation sur LinkedIn après un long fil Twitter, pour y évoquer son point de vue de FAI indépendant. Il y fustige le mélange des genres entretenu entre problématiques des réseaux fixes et mobiles, évoquant un niveau d'usage des interconnexions qui reste raisonnable et le travail des opérateurs qui consiste à être paré à de telles situations. 

Pour lui, les FAI qui jouent actuellement la carte de la crainte de la surcharge « se tirent une balle dans le pied et nous font collectivement passer pour des incompétents mal préparés à affronter des crises majeures ». Ce, alors que « nos amis des Big4 ont des capacités pour soutenir la charge et, pour certains, ils ne se privent pas d'en revendre souvent à prix d'or ». Il y voit plutôt le retour d'une problématique sur le financement des réseaux par les acteurs OTT.

Ainsi, « la perte de revenus au profit de toutes les nouvelles plateformes OTT qui déferlent dans nos pays et ne partagent pas de revenus avec les opérateurs d'accès » sera le cœur du sujet dans le cas de Disney+, pour ceux ayant fondé leur modèle économique sur les box et la revente de services aux abonnés. 

chargement Chargement des commentaires...