du 09 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Deux routeurs 802.11ax chez D-Link, un AC2600 avec McAfee

Après l'annonce d'Intel, c'est au tour de D-Link de profiter du CES pour annoncer deux produits en 802.11ax, une évolution du 802.11ac avec des débits plus importants. Il est ainsi question de l'AX6000 (dual band, 4x4 MU-MIMO) à 6 Gb/s et de l'AX11000 (triple band, 4x4 MU-MIMO) à 11 Gb/s.

Ils disposent tous les deux de quatre port réseau Gigabit, d'un port WAN à 2,5 Gb/s et de ports USB 3.0. Nous avons tenté d'avoir de plus amples informations, sans succès pour le moment. Pas de prix non plus, mais une disponibilité annoncée pour le deuxième trimestre.

D-Link annonce également un routeur Wi-Fi 802.11ac à 2,6 Gb/s exploitant la plateforme McAfee Secure Home pour protéger les machines de votre réseau. Le fabricant explique que son routeur est capable d'identifier et bloquer certaines attaques, tout en proposant une solution de contrôle parental.

Il faudra certainement attendre la disponibilité du routeur prévue pour le second trimestre de l'année pour avoir de plus amples détails et vérifier le niveau de protection proposé. Pas de prix pour le moment.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Depuis mars, nous savions que l'ADLC examinerait la plateforme commune de France Télévisions, TF1 et M6. La Commission européenne expliquait alors qu'elle était « mieux placée pour étudier cette opération de concentration, au regard notamment de l'impact de cette opération sur le marché national ».

Le projet a été officiellement présenté à l'Autorité le 17 juin indique l'AFP suite à une information de la Lettre A. Si elle décide de mener une enquête rapide, elle dispose de 25 jours pour rendre son verdict. Un examen plus long est toujours possible si besoin. 

« L'Autorité devrait a priori voir ce projet d'un bon œil », ajoutent nos confrères.

Copié dans le presse-papier !

À l’assemblée générale du Geste (Groupement des éditeurs de contenus et de services en ligne), la présidente de la CNIL a confirmé la révision à venir de la recommandation de décembre 2013 relative aux cookies et autres traceurs. 

« La recommandation de 2013 sera révisée et nous publierons nos nouvelles lignes directrices début juillet, rapporte le site Écran Mobile. Les médias auront alors 6 mois pour se mettre en conformité et nous n’excluons pas des contrôles pour vérifier qu’aucun cookie n’est déposé sans obtention explicite du consentement ».

Selon Marie-Laure Denis, « nous souhaitons par ailleurs discuter des modalités opérationnelles avec l’interprofession au cours de cette période. » 

Dans un précédent billet, le groupement qui rassemble TF1, Microsoft, Le Parisien, NextRadio, RTL, Laguardère, le Figaro… avait assuré que « le scroll et/ou le clic sur un élément de la page visitée, reste[ra] un mode valable d’expression du consentement, et ce jusqu’à juin 2020 ». 

Une affirmation en contrariété avec les recommandations du groupe de l’Article 29 de juillet 2018, selon laquelle « faire défiler ou naviguer sur un site Web ne répond pas à l'exigence d'une action claire et positive », tout simplement parce qu’un internaute peut rater ces alertes en faisant « défiler rapidement de grandes quantités de textes ». 

Copié dans le presse-papier !

Toujours selon le secrétaire d’État au Numérique, Facebook a annoncé au gouvernement « que (...), eu égard aux discussions qu’ils ont eues avec nous, ils allaient transmettre les adresses IP pour les contenus de haine en ligne qui seraient demandées par la justice. Ce qui est une énorme nouvelle »

«  Jusqu’ici, quand la justice française demandait des adresses IP, Facebook ne les donnait que s’il s’agissait de dossiers relevant du terrorisme ou de la pédopornographie » affirme le secrétaire d’État au Numérique. 

En contrariété avec les propos de Cédric O, plusieurs fois dans le passé la justice a ordonné à Facebook la transmission des adresses IP, sous astreintes (voir cette décision repérée sur  Doctrine.fr). Ces échanges sont d’ailleurs mis en lumière dans le rapport de transparence de Facebook. 

Reuters assure que la procédure empruntait jusqu’alors la voie de l’entraide internationale, une voie qui pouvait prendre du temps. On comprend dès lors que dorénavant ces transmissions seront beaucoup plus spontanées…

Cette initiative intervient alors que l’Assemblée nationale examinera la semaine prochaine la proposition de loi contre la haine en ligne, qui entend imposer le retrait d’une série de contenus dans les 24 heures.

Copié dans le presse-papier !

La rumeur courrait depuis longtemps, c'est désormais officiel : la société de Cupertino se paye bien la start-up spécialisée dans les véhicules autonomes Drive.ai, comme l'indique The Verge

Nos confrères ajoutent que la société Drive.ai avait notifié l'Employment Development de Californie qu'elle allait définitivement fermer et licencier 90 employés. Apple n'a par contre pas donné de détails sur le montant de la transaction ni l'avenir des employés de Drive.ai.

Pour rappel, la firme à la Pomme travaille sur Titan, son propre projet de véhicule autonome. Elle a récemment licencié 190 personnes de ce projet.

Copié dans le presse-papier !

Le groupe Vivendi annonce dans un communiqué que les créateurs et administrateurs présumés de « beinsport-streaming.com », qui avaient été interpellés en juin 2018, seront « jugés prochainement au tribunal correctionnel de Rennes ».

« La plateforme beinsport-streaming.com, qui a depuis été fermée par les autorités, proposait une vingtaine de sites pirates, diffusant en streaming de très nombreux programmes et évènements sportifs en direct, en provenance des principaux diffuseurs de sport français, et en totale illégalité. » Celle-ci avait ainsi fait l’objet d’une plainte commune du groupe CANAL+, de beIN SPORTS et de RMC Sport.

Les mis en cause s’exposent à des peines atteignant 10 ans de prison et 750 000 euros d’amende, notamment pour contrefaçon en bande organisée et blanchiment aggravé.